↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Pink Floyd, from discovery to immersion


Nicolas, le 16/01/2012

Dix bonnes raisons d'écouter Pink Floyd en 2011

Parce que si vous croyez connaitre Pink Floyd, c'est que vous n'y connaissez rien !


Rares sont les groupes à posséder une discographie aussi riche et éclectique que Pink Floyd. Pensez quand même qu'entre ses changements de leader, de Syd Barrett à Roger Waters en passant par un peu tout le monde, la formation a eu le temps de toucher à à peu près tous les styles de rock avant-gardiste durant les décennies 60 et 70. Le gros de l'exploration comprendra donc 12 albums studio, auxquels vous pourrez ensuite ajouter 2 bandes originales de film et quelques lives. Une fois ce pré-requis assuré, vous apprendrez que l'une des pièces maitresses du groupe consiste en une compilation de raretés (Relics) à peine connue du grand public ! Et si vous en voulez encore, Internet saura vous prodiguer nombre de bootlegs à ce jour inédits, notamment en terme de vidéos live qui demeurent actuellement trop rares et trop restrictives sous leur forme officielle. Vous ne connaissez pas Pink Floyd ? Eh bien vous n'êtes pas près d'y parvenir, et ça, c'est un sérieux gage de longévité...

Nicolas

Parce que Pink Floyd a inventé la démocratie de groupe


Forcément, quand le leader, chanteur, lead guitariste et parolier pète un câble et doit être exclu de la formation, il faut que les autres se bougent un minimum pour pouvoir survivre. Et c'est ainsi que, de 1968 à 1973, Pink Floyd décide de poursuivre ses expérimentations sans posséder de meneur. Comment avancer, dans ce cas ? En faisant appel aux dons naturels de chacun et en les exploitant au mieux de l'intérêt général. Ainsi les compositions sont partagées entre Waters, Gilmour et Wright, tout comme le chant, tandis que le même Waters et Mason se chargent de l'aspect technique et logistique. Quand l'un des membres a une idée de chanson, il l'apporte aux autres et l'affaire se termine invariablement en jam collectif. Le morceau plait à tout le monde ? Il est conservé. Il n'apporte pas satisfaction ? Retour à la case répétition et jam, ou direction la poubelle. C'est aussi simple que ça, et ça fonctionne à la perfection... disons au moins jusqu'à The Dark Side Of The Moon. Pas étonnant que la musique de Pink Floyd parvienne à créer un tel consensus populaire...

Nicolas

Parce que Pink Floyd a élaboré l'album pop ultime


Oui, c'est vrai, il n'y a pas que des adorateurs de Pink Floyd. Vous l'avez probablement entendu autour de vous : "C'est chiant", "Ce n'est pas du rock", "C'est trop cérébral", "Ça ne riffe pas assez", "C'est mou du genou". Soit. Nul ne peut plaire à tout le monde, c'est bien connu. Sauf que le Floyd a, malgré ses travers, engendré le chef d’œuvre des chefs d’œuvres de la pop contemporaine, rien de moins, et ça, ça n'est pas rien. Car bizarrement, à l'écoute de The Dark Side Of The Moon, les mauvaises langues se taisent, les détracteurs se font plus frileux, les contempteurs partent se cacher. Quant aux autres, il écoutent et ils apprécient, tout simplement. Comment peut-il en être autrement d'un disque qui est parvenu à une telle perfection formelle, et ce des années avant l'ère numérique ? D'un disque qui a inspiré des générations entières de musiciens, de quelque bord qu'ils soient, de la pop la plus radio-friendly au metal le plus extrême ? D'un disque qui, privilège ultime, a recueilli et recueille aujourd'hui encore un parfait plébiscite critique et public ? Alors un bon conseil : avant d'affirmer que vous n'aimez pas Pink Floyd, allez quand même jeter une oreille à ce culte pop absolu. Et si vous n'aimez pas au premier passage, risquez-vous à deux ou trois écoutes supplémentaires. Vous verrez : ça marche à tous les coups !

Nicolas

Parce qu'il y a forcément un album de Pink Floyd qui vous correspond


Voilà un groupe qui n'a jamais commis deux fois le même album. On taxe souvent Pink Floyd de rock progressif ? C'est un tort, il faudrait plutôt parler de rock évolutif. Et dans cette longue pérégrination vers l'accord parfait, il est probable que vous découvrirez un disque qui vous parle plus intimement que les autres. Psychédélisme 60's, jams hallucinatoires, innovations technologiques, folk acoustique, ambient, progressif, pop FM, rock (conceptuel, soft, tendu, stadium)... il y en a pour tous les goûts, à différents degrés selon les albums et les périodes. Cherchez, tâtonnez, expérimentez, et vous finirez par trouver.

Nicolas

Parce que Pink Floyd est le psychédélisme


On a déjà eu l'occasion de le dire ici mais la répétition fixe la notion: le psychédélisme revient à tenter de traduire musicalement les effets produits par la prise de drogue. Et dans ce domaine Pink Floyd c'est l'Everest, même si les membres du groupe (à part Syd Barrett) se sont toujours défendus de quelque accointance que ce soit avec les drogues: "We were out of it, not on acid, but out of the loop, stuck in the dressing room at UFO" (Nick Mason). Cela dit entre The Piper At The Gates Of Dawn avec ses comptines pop explosées par des flashes d'acide, Meddle et son "Echoes" qui ressemble à une plongée verticale dans un cerveau en plein trip, on est en droit de penser que l'œuvre de Pink Floyd représente une sorte de quintessence du psychédélisme. Même The Wall peut entrer dans ce schéma, rongé qu'il est par une paranoïa sous cocaïne. Pas sûr que ça constitue une valeur ajoutée pour la musique mais c'est déjà ça.

Pierre D

Parce que Pink Floyd fut officiellement détesté par Johnny Rotten


Ce n'est pas une nouveauté, Pink Floyd est généralement classé dans la catégorie fourre-tout du rock progressif (même si on a bien du mal à voir le lien) et ce genre fut presque unanimement détesté par les groupes de punk rock apparus à la fin des années 70. Parmi les grandes figures de ce "mouvement", Johnny Rotten fut l'un de ceux qui afficha le plus clairement sa haine du groupe par le biais d'un t-shirt à l'effigie du groupe modifié par ses soins sur lequel on pouvait lire "I Hate Pink Floyd". Même si on sait depuis que les goûts du sieur Rotten n'était pas aussi étriqués que le laisse penser cette formule (cf. son interview pour Capitol Radio le 15 juillet 1977 où il passa différents disques tous plus éloignés les uns des autres de la sainte tritinité punk "Stooges/New York Dolls/Ramones"), avouons que pour être détesté ainsi par la figure de proue du punk anglais Pink Floyd doit bien avoir produit quelque chose de significatif culturellement parlant.

Pierre D

Parce que Pink Floyd nous réconcilie avec les anciens


Quel autre groupe à pu traverser les âges avec autant de facilité et de cohérence ? L'intemporalité de l'oeuvre de Pink Floyd nous offre forcément ce qui nous plait et ce qui nous rassemble au sein d'une famille. Papa écoutait déjà quand il était jeune, alors que la génération suivante grandissait au même rythme, après avoir testé la platine vinyle familiale en scratchant sur The dark side of the Moon. Une ineptie bien vite remplacée par une passion héréditaire pour cette musique moderne, d'un avant-gardisme tel qu'encore aujourd'hui, la musique de Pink Floyd continue de trouver son écho dans la bande musicale du vingt-et-unième siècle.
Peut-être nos enfant scratcheront-il avec nos CD ?

Geoffrey

Parce qu'ils sont soooo vintage


Et même si cet effet de mode commence à quitter les 70's pour du plus vieux (années 50) ou du plus récent (80, limite 90), le vintage a largement investi nos années 2010, à grands coups de vieilles chaises réutilisées et de manteaux chinés. La musique n'est pas en reste, et qui peut mieux incarner l'essence d'une époque qu'un groupe qui l'a inventée et dominée ? Pink Floyd, c'est du vintage éternel, celui qui transforme une soirée de beuverie en moment d'élévation spirituelle, celui qui vous rend cultivé sans vous obliger à réciter du Flaubert, bref, celui qui fait tout à notre place, et garantit le respect de tous.

Elise

Parce que Pink Floyd a inventé l'Azimuth Coordinator...


Vous aussi vous voulez franchir le mur du son, et tester votre nouvelle chaîne Hifi. Selon la légende, comme tout bon revendeur de matos stéréo, vous allez la tester avec Dark Side of The Moon.
Parce que Le Floyd a été un des groupes qui a le plus expérimenté en matière de recherche sonore, en testant des sons, en les coordonnant, en les déformant, parfois en jouant avec le hasard.
Parce que vous voulez vivre une expérience de spatialisation du son, retrouver les sensations sur les versions quadriphoniques de Atom Heart Mother ou Wish You Were Here...Alors vous allez poser sur la platine "Cymbaline" (pour la pureté des guitares et des percus....), Saucerfull of Secret (pour la cavalcade à la caisse claire qui tourne sur les murs....), Atom Heart Mother (pour les sons guerriers de la suite du même nom) . Fermez les yeux, quittez votre salon, vous êtes au milieu d'une salle de concert...nous sommes en 1973....irremplaçable !

Christine

Parce que Pink Floyd est Beau.


Difficile de dire le contraire quand on se plonge réellement dans les disques du Floyd. Si l'on excepte quelques travers expérimentaux genre Ummagumma et les concepts pompeux à la The Wall, on ne peut que se laisser aller au flamboyant romantisme qui habite des titres simples comme "Cirrus Minor", "Julia Dream" ou encore "Paintbox", le meilleur se trouvant dans des pièces comme "Echoes" et "Saucerful Of Secrets", menées jusqu'au plus profond des éthers après de longues minutes de bruitisme angoissant et de chaos. L'éclaircie divine après la tempête. Si vous êtes un minimum sensible aux bienfaits de la douceur onirique, alors vous y trouverez votre bonheur.

Geoffroy
En savoir plus sur Pink Floyd
Commentaires
Sylv, le 05/08/2018 à 09:40
A momentary lapse of reason n'est pas que passable : cet excellent album contient au moins deux joyaux et est très sous-estimé. Hormis The Final Cut, aucun album du Floyd n'est raté et au moins quatre sont des chefs-d'oeuvre : Meddle, The dark side of the moon, Wish you were here et The wall. Étant donné le sublime absolu auquel atteignent certains morceaux de leur oeuvre (Echoes, The Great gig ont he sky, Shine on you crazy diamond I to V parmi d'autres) et leurs extraordinaires innovations musicales, conceptuelles et scéniques, les Pink Floyd me semblent être le meilleur groupe de tous les temps. Loin devant les Beatles, les Doors et a fortiori les Stones.