↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Firenze Rocks 2019


Rudy, le 26/06/2019

Samedi 15 juin


Eddie Vedder entame son concert au piano (la seule fois de la soirée) avec le rare 'Cross the river'. Suivent une rafale de titres de Pearl Jam, pour le plus grand bonheur de la foule (le pays européen qui compte le plus de fans du groupe de Seattle). Ça commence avec 'Elderly Woman Behind the Counter in a Small Town' et son refrain reprit en chœur par le public italien, puis suivent 'I am mine' (et ses quelques pains) et le magique 'Immortality'!!! Eddie rend hommage à ce pays qui lui a tant donner, à lui et à son groupe et embraye sur 'Wishlist', avec une emphase finale sur le couplet 'I wish I was the verb to trust, and never let you down'... L'émotion monte d'un cran avec le poignant titre sur la solitude et les envies suicidaires qu'est 'Indifférence'...


Peut-être aussi sous le coup de l'émotion, l'Américain fait une petite boulette, trouvant le public bien chaud pour une clôture de festival... sauf que le lendemain se produiront encore, entre autres, The Cure.
'Wildflowers' est dédiée à son auteur Tom Petty (il y a d'ailleurs un chapeau blanc accroché sur scène en hommage). Avant le premier titre tiré de la magnifique BO du film 'Into the Wild': 'Far Behind'.

Jusque là seul en piste avec sa guitare acoustique et une grosse caisse, il est rejoint par une section de musiciens à cordes, les Red Limo String Quartet, et l'ensemble joue 'Just Breath' (le seul morceau de Pearl Jam que je semble être le seul à trouver horriblement flasque...) dédié au réalisateur Franco zafirelli, décédé le jour même.

Le set prend encore une autre tournure quand Vedder prend son ukulélé pour jouer 'Can't keep'. L'accompagnement des violons et autres cordes donnent ici une belle puissance théâtrale au morceau. La section de cordes relève alors le curseur frisson avec 'Black', la chanson la plus poignante de répertoire d'Eddie Vedder. Mais quand le violon, laissé seul, continue la mélodie avant le tag 'we belong together', la foule, électrisée, prolonge le plaisir une fois les instruments tus, en fredonnant l'air après la fin de morceau... Magique. En signe de reconnaissance, Ed Ved passe sa bouteille de vin au premier rang (certainement du Barolo, où il jouera deux jours plus tard un concert dans une fête du vin)...

Après le sombre (et rare en concert) 'Parting ways' (les chemins se séparent) le chanteur mentionne le couvre-feu du festival et nous claque, en pied de nez, une version fougueuse du 'Should I stay or should I go' de The Clash au ukulélé électrique !

L'enchaînement avec 'Porch' et une version instrumentale de 'Alive' du quartet, nous fait rester dans les cimes d'une soirée d'exception. Après un 'Betterman' chanté par 65,000 gorges déployées, la tension redescend quelque peu avec le retour sur scène de Glan Hansard qui a ouvert pour le leader de Pearl Jam mais ça remonte rapidement avec les deux meilleurs titres d''Into the Wild': 'Society' et 'Hard Sun' (Vedder seul à nouveau).

Comme pour un set de Pearl Jam, tout ça se termine dans l'allégresse sur la reprise de 'Rockin' in the free World' de Neil Young.


Tout le monde est content.
Bonne nuit.

En savoir plus sur Tool, The Smashing Pumpkins, Eddie Vedder
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également