↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Thirty Seconds to Mars


Date : 30/06/2010
Salle : La Coopérative de Mai (Clermont Ferrand)
Première partie : SOMA
Emilie, le 29/07/2010
( mots)

Après deux dates remarquées à Lille et Paris-Bercy en mars 2010, Jared Leto et sa rock band repassent semer le vent sur les terres françaises. Deux nouvelles dates tombent, faisant premièrement l'objet de rumeur en ce qui concerne Clermont Ferrand, étant donné qu'ils seraient programmés dans une des plus petites (mais costaude) salle des alentours : la Coopérative de Mai. C'est après quelques centaines de recherches, des genoux abimés à force de prier, et des crampes de doigts à force de les croiser, que la fameuse date est confirmée. Ô bonheur Ô joie dans les cœurs ! Le concert qui arrive, aux antipodes du dernier passage (16 000 places VS 1500 ) s'annonce dores et déjà exceptionnel. Il affichera d'ailleurs sold out quelques semaines avant le jour J.

 File d'attente peu banale dans l'ensemble :  toiles de tentes et duvets qui surplombent l'entrée, café et viennoiseries offertes par la salle pour les arrivants matinaux … Plutôt agréable jusqu'à ce que les messieurs de la sécurité fassent parler leurs muscles plutôt que leurs cerveaux, et décident de faire tenir quelques centaines de personnes derrière des barrières prévues pour deux côte à côte, et ce sous un soleil des plus plombants. C'est donc en mode sardine huileuse que la file se portera pendant plus de 2 heures. En lot de consolation, des membres de la team compatissants (Shannon Leto, Tomo Milicevic, ou encore lepetitcaméraman) prendront soin de leur friture préférée, venant faire signes et animer un peu le tas, attirant cris et convoitises, pendant que Braxton Olita séduira ses demoiselles en leur jouant un peu de guitare sèche sous ses Ray Ban jaunes et son sourire Colgate, et que Jared Leto prendra une photo en douce. Que demande le peuple ? (de l'air et de l'ombre peut être …)

Ouverture des portes : bousculades, piétinements des vigiles, arrachages de cheveux, coups de griffes, déchirages de vêtements … ou presque. Tout le monde fini tout de même par s'entasser dans la petite salle, tenant visiblement à reproduire à l'exact les conditions de la file d'attente, c'était tellement fun. C'est décidé, personne ne pourra applaudir, bouger les bras, ou même respirer pendant ce concert. Finalement ce n'est pas si grave, tant que les paupières clignent encore pour chasser les grosses gouttes de sueur arrivant du front. Choix de maître en ce qui concerne la première partie, puisqu'il s'agit de SOMA. Le groupe idéal pour faire sauter à l'unissons (pas le choix de toute façon) la foule, et réveiller la bête rockeuse qui sommeillait dans ces corps transpirants. Après un petit set pêchu de 30-45 minutes, ils quittent la salle sous les applaudissements moites et les yeux plein d'amours de leurs nouveaux fans. Courte pause, le temps de rappeler au public qu'ils sont en train d'agoniser, et surtout de changer les instruments et terminer les derniers réglages des tant attendus 30 Seconds To Mars.

C'est sous les applaudissements ou autres cris passionnels, que Shannon, Tomo, Braxton et Tim se positionnent stoïquement à leurs postes. Jared, sous ses grosses lunettes de soleil et son trench beige, fera une entrée beaucoup plus mystique et mystérieuse sur ''Escape'', jouant avec la fumée, les contre-jours et sa grosse lampe torche. Dès les premiers instants le public est en émoi, et ne perdra d'ailleurs pas cet engouement de tout le concert, participant largement à la qualité de cette date. Shannon et sa batterie, légèrement surélevés sur scène, sont, conformément l'album, exextrêmement puissants et présents, rythmant à merveille la voix plutôt parfaite de Jared (qui a troqué son trench contre un T-Shirt XXL, et retiré ses lunettes pour le bonheur de nos yeux). Les sons résonnent comme dans une boite de conserve à l'acoustique de qualité, chaque son nous passe sous la peau et nous fait vibrer. Le groupe reste fidèle à lui même, débordant d'énergie et sollicitant le public à jumper ou à chanter. Impossible de ne pas bouger, d'une part car c'est inconcevable face à tant d'énergie, et surtout parce que vos deux voisins – dont vous avez les épaules coincées sous les leurs- vous soulèvent mathématiquement dans leurs sauts. Set list à aimer et à contester à la fois : au grand désespoir d'une bonne quantité de fidèles, ils ne jouent pas ' From yesterday', titre phare et tellement parfait, ni 'Hurricane', une des tueries du dernier album. A coté de ça, ils vont offrir deux morceaux du premier album, '  Buddha for Mary' (qui est la chanson choisie  par le public), ' Capricorn'. La chanson en acoustique ce jour là sera 'The Story'. ''The Kill'', autre titre emblématique, aura deux couleurs et fera de ce morceau un des meilleurs du concert : il débutera délicatement à la guitare sèche, et finira totalement déjanté, avec un Jared qui se jettera dans le public à deux reprises – de quoi en perdre quelques-unes et quelques-uns. Autre moment d'hystérie humaine comme ils aiment tant attiser, lorsque Shannon se sied au bord de la scène, à quelques centimètres des plus près, pour jouer L490. Après moins de 2h de show, et 16 chansons, vient la finale, '' Kings and Queens'', où Jared aidé de son vigile, sélectionne (sous quels critères, le débat est ouvert) des personnes du public, pour venir avec lui sur scène, rappelant le thème et le clip.

Toute cette agitation, cette exaltation et cette ferveur font quelque peu oublier les conditions épuisantes et difficiles du 'fan dans le bain de foule'. Les 30 seconds to mars restent à leur hauteur, dégageant l'énergie qu'ils vantent dans leurs morceaux, et n'abandonnant pas leur pouvoir hypnotique et mystique qu'ils entretiennent avec leur public. A coté de ça, il est quand même bon de notifier que le beau leader s'est montré plutôt avare quant aux transitions et échanges avec le public, compte tenu de la salle qui pourrait se prêter à une atmosphère plus intimiste. De plus l'absence de 'From yesterday' entache tout de même la qualité de la set list, set list peut être trop rapidement enchainée. La quarantaine se ferait elle sentir ? Ou alors Jared tient il à maintenir ce coté inaccessible et mystique, comme il aime tant le faire ? A vous de juger. D'un point de vue général, ce concert à La Coopérative de Mai, restera dans les annales des Echelons. On en prend plein les yeux,  plein les pattes aussi, mais notre cerveau embué et manipulé, ne garde que le meilleur. C'est ça, 30 Seconds to Mars.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également