↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Of Monsters And Men


Date : 05/11/2015
Salle : Casino de Paris (Paris)
Première partie :

Phénomène islandais du moment, le groupe Of Monsters & Men nous a fait l'honneur de sa visite au Casino de Paris, seule date en France de leur tournée actuelle, sans toutefois le remplir. Alors, à tort ou à raison ?

Clément, le 11/11/2015
( mots)

Ce jeudi 5 Novembre, au Casino de Paris, le groupe islandais Of Monsters & Men (OMAM pour les intimes) nous faisait l’honneur de sa présence. Véritable phénomène depuis le carton international de “Little Talks“ d’abord en Islande et aux US bien sûr, puis un peu plus tard dans le reste du monde. Cependant, le groupe ne jouera étonnamment pas à guichet fermé ce soir-là, ce qui a le mérite de surprendre lorsque l’on sait qu’il s’agit de la seul date du septuor nordique dans l’Hexagone pour cette tournée.

Le groupe s’introduit sur scène avec le morceau "Black Water", un choix curieux de par la différence d’atmosphère que celui-ci dégage comparé au reste de sa discographie. Témoin d’une ambiance plus sombre et emporté par un crescendo aux légers airs de rock progressif (j’ai dit léger hein !), le tout fonctionne plutôt bien. Une belle entrée en matière tout de même qui réveille le public et amorce en beauté le show qui enchaîne maintenant sur les classiques bien plus enjoués du groupe. “Thousand Eyes “, “Empire“ et autres “King and Lionheart“ donnent la banane il faut le reconnaître.

Mais même si le public se laisse parfois emporté par l'ambiance joviale, il manque quelque chose. L’implication de ce dernier reste relativement irrégulière et on ne peut s’empêcher de ressentir une légère frustration. Il manque cette connexion qui se fait par magie entre un groupe et son audience. Le concert est de bonne qualité, je ne dis pas le contraire. Cependant on regrette ce petit quelque chose qui donne envie de danser, de remuer les fesses et de sauter sur place (oui oui ça m’arrive). Il faut tout de même avouer que toute l’ambiance est donnée par Nanna et Arnar, respectivement la chanteuse et le batteur (oui je fais du name dropping en islandais). Ce dernier tente tant bien que mal de faire participer le public mais la prestation du reste du groupe reste bien trop timide. Ragnar, le chanteur-guitariste, y met du sien mais demeure un peu trop réservé alors que les autres musiciens en revanche sont complètement effacés. Même si leur complicité apparaît comme flagrante, on se retrouve par moments avec l’impression d’être témoin d’une fête géniale à laquelle nous n’avons pas été conviés (j’exagère à peine).

C’est finalement le morceau “Lakehouse“ qui produira le miracle. Enfin le groupe semble se réveiller et le public l’en remercie très explicitement. On enchaîne ensuite sur “Little Talks“, la magie opère alors vraiment bien jusqu’au rappel. Pour ce dernier, qui conclura magnifiquement la prestation, nous aurons droit à un “Organs“ hypnotisant interprété en petit comité autour de la chanteuse pendant que le reste de nos bien-aimés du grand Nord continue de se reposer en coulisses. Ces derniers reviendront pour interpréter “Dirty Paws“, un autre grand succès mondial d’OMAM. Le tout finira sur une interprétation exemplaire du morceau “We Sink“ et sa magnifique outro, projecteurs rivés sur le pianiste. Une très belle conclusion qui nous fait quitter le Casino de Paris avec un grand sourire.

Of Monsters & Men a livré dans l’ensemble une très belle prestation malgré ce léger coup de mou dans sa première partie. Le groupe a certainement des progrès à faire au niveau de la présence scénique mais on leur reconnaîtra tout de même une discographie entraînante et un jeu de lumières très bien pensé ! Un bon moment en somme.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également