↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Muse


Date : 08/11/2003
Salle : L'Amphitea (Angers)
Première partie : Cave In
Toutoun, le 08/11/2003
( mots)
Angers, 8 novembre, 20h00, 6°C à l'ombre. Simplement en short + T-shirts j'ai pas peur, je sais bien que dans quelques instants je serai en sueur... 8h10 : coup de téléphone d'un collègue déjà sur place : Kyo serait en première partie !!! Merde ! C'est quoi ce bordel ??! La peur me prend au ventre (ainsi que le froid) et je presse donc le pas. En passant la sécurité sans (trop) d'encombre, les premières basses sont font entendre... Mon dieu, Kyo monteraient-ils le son sur scène ? Une fois sur place le doute n'est plus permis, ce n'était pas Kyo ms Cave In qui faisait la première partie !! Soulagement, doucement on commence à prendre part à leur set. Plutôt pas mal d'ailleurs. Personnellement je ne connaissais pas mais en live ça donnait du style St Anger c'est-à-dire du gros riff à 2 guitares + basse avec un chant où on comprend rien ! Sympa en live mais en studio, j'avoue que j'ai un peu peur... 21h, les lumières se rallument et Cave In commence à ranger son matos et la dizaine de techniciens de la tournée d'Absolution préparent le set du trio anglais. Peu à peu, la scène s'organise : l'estrade montée sur les amplis de Chris et le module pour le clavier sont rapidement installés. Tiens, du RATM qui passe en fond, ça fait plaisir ! Tiens, du Beyonce, ça fait pas plaisir !! 45 minutes plus tard... Allez c'est bon ! La foule est ultra-compressée, et on a eu largement le temps de crier toutes les voyelles de l'alphabet !! Mais Muse aime se faire désirer et des "Remboursez, nos invitations !" se font bien entendre, même dans les gradins... La lumière s'éteind enfin, la musique arrive. Roulement de tambours. Ce sera sur "Apocalypse Please" que ce concert commencera ! Le public peut enfin exprimer sa joie d'être là et ça se fait bien sentir. Déjà "Hysteria" (une de mes préférées sur Absolution) arrive en second mais la foule ne cesse de danser et de pogoter. La sueur colle déjà au T-shirt, pas de doute, on va vraiment passer une bonne soirée !! Un léger "merci" après un décalquant "Time Is Running Out" et un technicien apporte encore ue nouvelle guitare à Matt (il en a échangé une au milieu de "Hysteria" !). Si "Song for Absolution" est la pièce la plus répulsive du dernier opus, elle prend en live toute sa puissance et elle est ici transformée en un entraînant slow. Non vraiment on pourra dire que cette fois-ci, Muse n'a pas su transmettre leurs émotions en studio, tant pis... Mais dites moi, je la reconnais celle-là ! Une magnifique 7 cordes rouge signé Lag...(si un jour vous voulez me faire un cadeau, n'hésitez pas hein ??!) Pas de doute, Matt ne prend cette gratte que pour un seul morceau. Je me retourne et gueule "CITIZEN ERASED !!!". Surpris furent les regards se tournant vers moi, mais ils se transformèrent rapidement en sourire lorsque les premiers accords fusèrent. C'était gentil de la part des p'tits anglais, c'est ma chanson préférée, tous albums confondus... ~6'30, plus tard, Matt finit au piano, la foule chante à sa place, les lumières devienent bleues et violettes et un coucher de soleil accéléré est projeté derrière le groupe. Mattew étant au clavier il en profite pour faire un petit medley de 4 chansons (bon c'est vrai j'me rapelle plus des titres!) en finissant sur un "Sunburn" magnifique qui enthousiasme au plus au point le public. En même temps, une caméra au niveau du clavier nous montrait les prouesses de Matt sur cet instrument, assez impressionnantes d'ailleurs. Voyant que ça nous a fait plaisir, ils nous rebalancent une pièce maîtresse de "Showbiz" : "Muscle Museum". Les frissons des premières écoutes datant d'il y a 4 ans reviennent et même si le solo n'a pas été joué, ce fut l'un des plus beaux morceaux. Quite à faire les chansons les plus connus, pourquoi pas "Plug in baby" ? Paf voilà, et paf on reprend une méchante baffe dans notre gueule... Pendant ce temps là, les pogos reprennent... ...Et continuent sur "The Small Print"... Matt nous l'annonce : "Butterflies and Hurricanes" sera leur dernier morceau. A peine un "OOoooooh" de la part de la foule que les premières notes arrivent. La tension monte, Chris aide au chant, les cordes ne pouvant être présentes sur scène, on les voit déjà en couleurs flashy et psychédéliques sur le mur du fond. Déjà finit, le trio repart rapidement en coulisse. Merde non on nous l'as déjà fait celle-là ! Presque 10min de huées et d'encouragements pour les faire revenir c'est un peu abuser quand même !! Tiens, Chris s'installe au clavier, "BlackOut" commence doucement...les énormes ballons de baudruches tombent du plafond. "Oh !! Il neige !!", oui mais des confettis, ça changent de l'ambiance un peu trop sérieuse du reste du concert et chacun essaye tant bien que mal d'attraper le sien... Je commence à avoir peur, la toute dernière compo va bientôt arriver et on aura pas vu un bout de "Stockholm Syndrome"...(GROS !) Soulagement, les premières notes bien typées metal grognent et ce que l'on a apellé longtemps (avant Absolution en fait) le "trip metal", le puissant riff nous déhanche pour un dernier pogo, un dernier headbanging... Une dernière ovation et Muse se retire enfin. Les lumières, trop rapidement se rallument, la magie prend finallement fin. La sueur et la soif nous prend au ventre, c'est un signe : pas de doute, ce fut un bon concert !! Angers, l'Amphitea, ~23h et toujours 6°C à l'ombre. Là par contre, on se les caille sévère !! Rien à foutre, j'aurais eu mes hits perso : "Hysteria", "Stockholm Syndrome", "TSP", "Muscle Museum" mais surtout "Citizen Erased" !!! Allez, CLi(t)oMobile, ramène nous à Nantes ! Au retour, les oreilles sifflèrent, les bonnes impressions restèrent et prendront bientôt place dans les (très) bons souvenirs, sa main chaude pris la mienne et ses yeux bientôt se fermèrent... Ce fut vraiment une bonne soirée...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également