↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

A Perfect Circle


Date : 31/01/2004
Salle : Zenith (Paris)
Première partie : Melissa Auf Der Maur
Toutoun, le 20/02/2004
( mots)
Le chanteur de Tool, les ex-bassiste, guitariste, et batteur de Marilyn Manson, Smashing Pumkins, The Vandals, mélangez le tout et vous obientrez quelque chose au son inqualifiable, naviguant entre magie et mystique... Il me tardait vraiment de les voir en concert. Depuis l'histoire atroce qu'il m'était arrivé à leur dernière date en France (j'avais loupé le dernier billet à une heure près) où ils faisaient la première partie de Deftones. Fan depuis leur première production en mai 2000, les quelques centaines de kilomètres qui me séparaient du Zenith furent rapidement tracés et c'est quand même avec un peu de retard que j'entre dans la salle qui sans conteste, m'a fait vivre un de mes plus beaux concerts. La première partie était donc orchestrée par Melissa Auf Der Maur. Je dois avouer qu'elle m'a surprise, la petite ex-Hole et Smashing Pumkins , un gros rock qui bougeait bien. Apparament je ne fus pas le seul à apprécier et ce sera sans réticences si un jour je dois assister à un de ses concerts. Mais bon, les cow-girls c'est bien joli, moi j'étais là pour APC. Et je pense que personne dans la salle ne fut déçu ! Bien qu'on ai tous eu un peu peur au début lorsque Keenan à chanté la première chanson derrière un rideau ! Toutefois, les régisseurs avaient installé tout un jeu de lumière, ce qui faisait croire au public que le chanteur androgyne dansait par saccades. Mettez en plus une musique très lente et sourde ("Vanishing") et vous obtiendrez une superbe intro ! Il y a peu de mots pour définir l'expérience que nous vécûmes ensuite, mêlant des emprunts d'agressivité puis de calme, tendresse et hargne, tous les sentiments furent décrits dans cette salle de manière magnifique. Les voix sorties de la folie de Keenan nous firent tous trembler, tandis que le son hyper entraînant nous enchaînait dans des ballades saturées. L'ambiance du public ne fut donc qu'à la hauteur des prestations et c'est bien une des premières fois où je ne vois qu'une salle remplie de fans. L'ambiance ressentie ne pouvait alors qu'être celle que tout groupe pourrait rêver et on fut encore plus proche de lui lorsque Jeordie White poussa la chansonette seul, sur un blues frenchie, où la foule l'accompagnait avec coeur. Etonnés nous furent aussi à la re-écoute de "The Nurse Who Loved Me" car si sur "Thirteen Step" il apparaît comme un titre a part, limite a du Eels, la version live que nous avons eu n'avait pas grand chose a voir : les violons lancinants remplacés par des guitares saturés la rendit plus violente, limite inquiétante ! Ce fut une réelle surprise de la découvrir comme ça et on se demande même pourquoi la version studio en est si loin. La fin du show fut dans la même tonalité que tout le reste : un son impeccable, des jeux de lumières absolument sublimes et se prêtant totalement à la magie de A Perfect Circle. Environ 1h45 après leur apparition, les membres de groupe commencent à quitter la scène... mais Twiggy (basse) en bon déconneur reprend la guitare de Billy, qui lui pique la batterie de Josh ! C'est parti pour un bon "rock à Billy", limite The White Stripes !! Personnellement j'ai trouvé ça assez lollesque et ça m'a au moins permi de les laisser rallumer la lumière et ressortir un peu moins tristement. Un son encore plus gros que Manson à Bercy, plus pro que celui de Muse, une ambiance aussi bonne qu'à Ben Harper, un jeu de scène à la hauteur d'Orange Blossom, que voulez-vous, ce fut pour moi mon plus beau concert. On notera une qualité de son irréprochable, où tous les instruments étaient parfaitement audibles les uns des autres (ce qui est loin d'être le cas pour tous les groupes) et toujours ce côté mystérieux de Keenan : seul les premiers rangs ont pu voir son visage ! Le chanteur nous lança un "See you next summer !", Belfort ? C'est possible, quoi qu'il en soit, j'y serai...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Album de la semaine
À lire également