↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Chronique Livre

Muse de A à Z


Auteur : Christel Moreau Paru le 9/10/2003 Collection : Les guides MusicBook 123 pages / 5 €

"Petit abrégé de grammaire musienne"
Lilian, le 16/12/2003
( mots)

Vous avez dû, comme tout le monde, voir fleurir au rayon librairie ces petits livres aux couvertures plus colorés les unes que les autres, qui vous promettent un lexique détaillé de vos groupes préférés, de A à Z. Et là vous vous êtes dit : "Enfin une bonne raison de ne pas devenir une star !" de façon à ne jamais être aussi mochement caricaturé (voir les couvertures), mais aussi, "voilà l'occasion d'en savoir plus sur le groupe que j'aime".

Et ce coup-ci c'est au tour de Muse de passer par la caricature et de se retrouver détaillé de la tête à Z, comme l'on déjà été quelques célébrités comme Ben Harper, Björk, Radiohead ou Noir Désir, et quelques médiocrité comme Lorie ou Alizée (la liste est longue...).

L'auteur de cet ouvrage, Christel Moreau, entame les festivités par une brève biographie qui s'apparenterais plus à un constat qu'à une chronologie, nous contant la montée en flèche du groupe vers le succès. Puis le dictionnaire commence, une avalanche de mots allant d'"Absolution" à "Zénith". Parmi les mots clef essentiels, il y a bien sûr les noms de nos chers musiciens : "Bellamy", "Howard" et "Wolstenholme" (dites-le comme vous voulez !) donnent place à une biographie détaillé de chacun des membres du groupe, et assez bien foutu, du moment qu'on apprend plein de trucs. Car quand on fait un livre comme celui là, ce n'est pas pour copier le style de grands auteurs, mais plutôt pour partager (vendre...) des connaissances. En tout cas, ici on sent bien qu'il y a un vrai travail de fond effectué par Christel Moreau, qui remercie d'ailleurs Naïve (label français de Muse) au passage.

Autre mots clefs, et là c'est plutôt pas de bol, les nom des albums ! Pas de bol, car dans l'ordre alphabétique, "Absolution", "Origin of symmetry" et "Showbiz" sont dans le plus grand désordre chronologique. C'est le bémol du dico, et c'est le cas sur l'ensemble des infos, un peu déroutant pour l'habitué de biographie que je suis. Mais heureusement pour les gros fainéants comme moi, une chronologie est disponible à la toute fin, héhé ! Quelques autres mots en surprendront plus d'un, comme "Nescafé", "Stereophonics" ou encore "Occultes", mais je vous laisse le soin (et le plaisir) de découvrir pourquoi ils apparaissent dans le petit guide de Muse.

L'affaire est close sur une très courte interview où l'on n'apprend pas grand-chose, suivie de citations intéressantes ou délirantes des membres du groupe, avant l'inévitable discographie.

A 5 € le dico sur le groupe, on s'attend forcément pas à de la grande littérature, mais plutôt à tenir en sa possession un florilège d'informations sur Muse, et c'est le cas, donc le contrat est remplit pour les Guides MusicBook. Vu qu'on est dans un style tout autre que la biographie, c'est dommage juste de ne pas trouver quelques pages de photos ou des images illustrant les définitions, en plus des images en noir et blanc des pochettes d'albums.

En savoir plus sur Muse
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également