↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Billet Albumrock

Phil Anselmo : chronologie d'une polémique


Etienne, le 08/02/2016

Si vous suivez l'actualité musicale avec assiduité, vous avez certainement eu vent de la polémique qui remue la sphère metal depuis deux semaines : Phil Anselmo est accusé d'incitation à la haine raciale. Une polémique qui ne fait qu'enfler et voit aujourd'hui musiciens, politiques et organisateurs de grands festivals prendre le sujet à bras le corps. Albumrock retrace toute la chronologie de ce fait divers déplorable.

1) Chronologie, par Etienne

Vendredi 22 janvier - Lucky Strike Live, Hollywood : Dans le cadre du Dimebash 2016, un concert hommage à Dimebag Darrell, défunt guitariste de Pantera, Phil Anselmo a invité ses copains pour un moment placé sous le signe de l'hommage et de la convivialité. Dave Grohl (Foo Fighters), Dave Lombardo (Slayer), Robert Trujillo (Metallica) ou encore Robb Flynn (Machine Head) se joignent à la fête pour reprendre les titres phares de Pantera. Le groupe d'un soir s'adonne même à une reprise du Ace of Spades de Motörhead en hommage à Lemmy Kilmister, que nous avions relayé dans nos colonnes.

Tout ça aurait pu se finir dans l'euphorie. C'était sans compter sur Phil Anselmo, qui a décidé de conclure le concert par un salut nazi en beuglant "White power".

La vidéo, filmée par un spectateur, a rapidement été relayée sur les réseaux sociaux, déclenchant un taulé monumental.

Vendredi 29 janvier : Robb Flynn & co. s'en mêlent

Une semaine après le geste d'Anselmo, Robb Flynn, présent aux côtés d'Anselmo ce soir là, s'exprime sur le sujet dans une longue vidéo de plus de 11 minutes. Il y déclare qu'il n'y avait pas d'alcool dans les loges, contrairement à ce qui avait été annoncé dans un premier temps pour excuser le comportement d'Anselmo, qu'il n'épargne d'ailleurs aucunement en le qualifiant ouvertement de "grosse brute". La vidéo de Flynn intervient dans un contexte tendu où de nombreux artistes (de la sphère metal, mais pas que) ont pris position contre le comportement intolérable d'Anselmo (All Shall Perish, Darkest Hour, Sebastian Bach, Evanescence, Anthrax, The Bloodline/Divine Heresy, Angra, The Dillinger Escape Plan, Adelitas Way...). Le témoignage de Flynn reste appréciable puisqu'il est le seul présent à la soirée à s'être exprimé. Il est clair que chez les Foo Fighters ou Metallica, on tait tranquillement l'affaire pour bien faire oublier que Grohl et Trujillo ont partagé la scène d'Anselmo le soir de son salut nazi. Flynn verra son courage récompensé par les déclarations violentes de Rita Haney, ex-petite amie d'Anselmo, qui affirme que Flynn ne peut pas encadrer ce-dernier (que faisait-il donc au Dimebash dans ce cas ?) et qualifie la vidéo "d'opportunité hideuse pour cracher dans la soupe". La palme revient à Chris Kontos (ex-batteur de Machine Head) qui déclare que Flynn et Anselmo "sont deux gros cons auto-centrés". Ca c'est fait.

Samedi 30 janvier : Anselmo s'excuse

Dès le lendemain de la charge de Flynn, Phil Anselmo s'excuse publiquement dans une courte vidéo où il explique avoir fait une énorme connerie. Il met en cause sa consommation excessive et régulière d'alcool doublée d'une blague potache qui aurait dégénéré et serait complètement sortie de son contexte. Il supplie qu'on lui accorde une autre chance. Les commentaires ont été sagement désactivés par YouTube.

Lundi 1er février : premier soutien

Dans un court communiqué, Adam Crosier, chanteur du groupe Hymns (une sorte de metal avant-gardiste de l'Arkansas), soutient Phil Anselmo en affirmant que ce-dernier n'est pas raciste et est même "une des personnes les plus attentionnée, compatissante, aimante et intelligente que j'ai jamais rencontrée". Il s'agit là de la première marque de soutien reçu par Anselmo.

Mercredi 3 février : premières annulations 

Suite aux agissements d'Anselmo, le FortaRock Festival qui se tiendra à Nimègue les 4 et 5 juin décide d'annuler la venue de Down (groupe d'Anselmo). C'est par le biais d'un communiqué sur Facebook que le festival a annoncé la nouvelle :

FORTAROCK 2016  UPDATENa de recente uitlatingen van zanger Phil Anselmo tijdens het Dimebash festival in de VS, is...

Posté par FortaRock - The Festival sur mercredi 3 février 2016

"Pas de place pour le racisme ou le fascisme dans notre festival."

Idem pour le concert du groupe programmé le 8 février au Civic Theatre de New Orleans, d'où Anselmo est originaire. Par le biais d'un communiqué Facebook, la salle de concert se désolidarise complètement du chanteur et annule purement et simplement la venue de Down :

After recent actions by Phil Anselmo during the Dimebash event this past week, we have cancelled Down’s performance at...

Posté par Civic Theatre sur jeudi 4 février 2016

Jeudi 4 février : nouvelles excuses publiques

Dès le lendemain, Phil Anselmo rédige sur son site internet un communiqué officiel où il incite les membres de Down à continuer l'aventure sans lui. L'ensemble du communiqué a été traduit par le site Radiometal : 

« À tous les concernés,

Chaque citoyen a un droit inaliénable de vivre avec dignité et respect sans haine et oppression. Et je le pense vraiment, du fond de mon cœur meurtri.

Chacun sait qu’on peut choisir d’apprendre de nos erreurs ou alors continuer sur le chemin de l’insensibilité et de la destruction.

Je suis absolument responsable de mes erreurs et je ne peux que vous donner ma parole que je ne les reproduirai pas dans les FAITS. Et ce ne sont pas que des mots, je m’y tiendrai vraiment.

Les membres de mon groupe subissent les conséquences de mon comportement et je voudrais m’excuser publiquement.

Jamais dans toute ma vie je ne les emporterai avec moi dans ma chute et je leur ai suggéré en privé de continuer sans moi.

Mes plus gros obstacles sont l’abus d’alcool et d’avoir laissé échapper des réductions malveillantes de l’esprit humain lui-même. Je vais directement les confronter.

Je suis écœuré par mes propres actions et le dégoût que je traverse en ce moment est justifié par le mal que j’ai causé.

Je réalise que nous vivons dans une société où les excuses ne sont PAS acceptées facilement et que ça prend du temps quand elles le sont. Mais je comprendrais qu’on m’en veuille jusqu’à ma mort.

Du plus profond de mon cœur, et avec une grande sincérité, je suis encore une fois désolé pour le mal que j’ai causé.

Avec vérité, amour, espoir et respect,

Philip H. Anselmo »

Jeudi 4 février : soutien de Pepper Keenan, membre de Down

Alors que la Terre entière sa paie la tête de l'ancien chanteur de Pantera, Pepper Keenan (guitariste de Down) prend officiellement position en acceptant les excuses de Phil Anselmo. Il se dit "triste et choqué par le comportement de Phil la semaine dernière". Il croit en sa rédemption et espère que celui-ci fera le point sur sa vie et son comportement afin de ne plus recommencer les mêmes conneries.

Any one who knows me is aware that I am not one to dabble much in social media, however due to what transpired last week...

Posté par Pepper Keenan sur jeudi 4 février 2016

Vendredi 5 février : la polémique enfle en France

Programmé au Hellfest cet été, Down voit sa participation vue d'un très mauvais œil par Bruno Retailleau, président de la région des Pays de la Loire, qui demande l'annulation de la venue du groupe à Clisson. Emboîtant le pas du FortaRock Festival, le président exhorte le Hellfest à déprogrammer le groupe, sans quoi la contribution de la région au festival sera annulée (20 000 € pour un budget total de 16 millions d'euros).

Samedi 6 février : réponse cinglante du Hellfest

Dans une interview accordée à Ouest-France, Ben Barbaud, président du Hellfest, répond à la polémique. Voici l'interview dans son intégralité :

Comment avez vous pris la demande, par communiqué de presse, du président de la Région Pays de la Loire Bruno Retailleau de déprogrammer le groupe Down de la prochaine édition du Hellfest ? 

"Un partenaire digne de ce nom aurait pris son téléphone pour en discuter avec moi et comprendre de quoi il s’agissait. On n’a reçu aucun appel. Ça se dit partenaire ? J’avais un rendez-vous fin janvier, mais ni Bruno Retailleau, ni Laurence Garnier (présidente de la commission culture à la Région)  ne comptaient me recevoir. Ça en dit long, quand on connaît la taille et l’importance du Hellfest dans la région. Mais je vais devancer leur décision : qu’ils gardent leur subvention de 20 000 €." (le budget du Hellfest atteint 16 millions d'euros)

Qu'est-ce qui selon vous explique cette méthode ?

"Bruno Retailleau a voulu faire plaisir à son électorat et aux anti-Hellfest qui ont relayé ce buzz, qui avait déjà fait le tour des sites de metal. Il n’attendait que ça, tout comme Laurence Garnier. Ils ont trouvé un prétexte idéal pour faire sauter la subvention."

Vous avez décidé de maintenir le groupe dans la programmation malgré le dérapage de Phil Anselmo, le chanteur de Down, qui a fait un salut nazi sur scène le 22 janvier, à Los Angeles... 

"Anselmo s’est excusé à plusieurs reprises. Il a même proposé de quitter le groupe pour ne pas nuire à ses camarades, qui doivent d’ailleurs être dégoûtés de ce qui arrive. Tout le monde est d’accord sur le fait que c’est inacceptable et que la scène metal n’est ni raciste, ni antisémite. Je connais très bien Phil Anselmo, qui est venu à de nombreuses reprises à Clisson. Et je suis persuadé que ses excuses sont sincères. Au Hellfest, on n’a jamais eu ce genre de comportement, on ne l’a jamais vu arborer ni signe distinctif, ni discours, en concert comme en loge. Je crois profondément que c’est quelqu’un de bien. C’est un provocateur qui joue les gros bras et qui perd pied quand il est ivre. Il a fait une énorme erreur. Mais des gens qui font des raccourcis populistes et qui disent des horreurs quand ils ont trois grammes d’alcool, on peut en trouver beaucoup, y compris en Vendée."

Vous émettez des doutes sur la venue du groupe malgré tout ?

"Ils avaient prévu six ou sept dates en Europe et je sens que la tournée va être annulée. J’ai eu l’agent de Down au téléphone et étant donné l’ampleur que prend la polémique, je les vois mal monter sur scène."

Dimanche 7 février : magouilles et politique

Suite à la réponse de Ben Barbaud, c'est donc la présidente de la commission culture de la région Pays de la Loire qui fustige le président du Hellfest via Twitter :

La subvention de la région est donc annulée. Le groupe reste maintenu à ce jour, même si Down ne tournera a priori pas au vu de l'ampleur de la polémique, avec ou sans Anselmo.

Dimanche 7 février : karaoké métisse

Anselmo poursuit son chemin de croix en participant à un karaoké durant le weekend du Days of Horror Convention qui se tient à Atlanta. Au cours de cette session, il interprête une reprise des Smiths ("How Soon Is Now") en compagnie du groupe vocal afro-américain The A-League. Ce-dernier a publié un communiqué sur son site en déclarant que cette association avait pour but de "prouver que tout le monde peut s'amuser ensemble et y parvenir indépendemment de sa race, de son âge, de son sexe ou de sa classe sociale".

Scaryokee definitely lived up to the hype tonight

Posté par Days Of The Dead sur vendredi 5 février 2016
Mardi 9 février : lettre ouverte du Hellfest
 
Suite à la récupération politique du comportement d'Anselmo par les pouvoirs publics, Ben Barbaud s'exprime dans une longue lettre ouverte.
 
La voici :

« Chère Mme Garnier, Cher Mr Retailleau, respectivement Présidente de la Commission Culture et Président du Conseil Régional des Pays de la Loire.

Il ne vous aura fallu à peine plus de 2 mois pour trouver le fameux prétexte à l’annulation d’un partenariat historique, long de 10 ans, entre la Région des Pays de la Loire, et le festival HELLFEST, plus important festival de musiques actuelles en France que je représente.

Non Mme Garnier, vous n’aviez pas l’intention de me rencontrer, et ce malgré mes demandes effectuées dès votre investiture à la Région des Pays de la Loire en décembre 2015. Un rendez-vous avait en effet été convenu mais avec votre « assistante » seulement, preuve en est du peu de considération que vous aviez réellement pour notre manifestation, fraichement élue meilleur grand festival français et ce pour la 2ème année consécutive. Ce même rendez-vous vient subitement de changer et nous avons reçu en ce jour un courriel nous informant finalement de votre présence en lieu et place de votre assistante. Que nous vaut finalement l’honneur de votre présence si soudaine ? Ne faut-il pas y voir une nécessité pour vous de soigner votre défense afin de justifier votre récente sortie médiatique ?

J’ai lu avec grand intérêt vos derniers communiqués en date. Communiqués relayés sur vos réseaux sociaux à vos 5000 followers. Je m’empresse donc de vous répondre sous la même forme mais aux yeux de nos 300 000 followers. Des réponses justement, j’aurais eu à cœur de vous en donner si vous aviez eu la courtoisie de me contacter avant de jeter l’opprobre sur un événement qui n’a jamais eu le moindre incident à déplorer et dont la majorité des ligériens, des médias nationaux et des services de préfecture ne tarit pas d’éloges quant à son organisation et son bien vivre ensemble. Car en effet, j’ai pris connaissance de votre « exigence de déprogrammer le groupe DOWN » par voie de presse… étrange façon de communiquer pour une collectivité qui se dit être « partenaire »…

Je vais donc à mon tour m’employer à vous donner ma vision de l’affaire et ce, en commençant par un rappel des faits qui ne pourra que mettre en lumière vos réelles intentions quant à notre manifestation. À l’inverse de vous, je n’ai aucun intérêt à dissimuler mes réelles intentions, ni à mentir à des électeurs car je ne suis pas homme à mandat. A vrai dire la politique me dégoûte comme bon nombre de français et seule ma passion pour mon métier et ma musique me pousse à vous écrire cette réponse, que je me serais bien passé de vous envoyer.

Vous avez reçu en date du mardi 2 février un e-mail provenant du collectif « Provocs Hellfest ça suffit » (collectif notoirement reconnu comme étant de farouches opposants à notre festival) vous alertant d’un dérapage ayant eu lieu aux États-Unis, et montrant un artiste (Philip Anselmo) , dont vous ignoriez l’existence il y a encore 72h, effectuant un salut hitlérien en prononçant « White power ». Nous avons comme vous, et je parle au nom de toute la communauté des fans de musiques extrêmes, dénoncé cet injustifiable discours. Toutefois, vous omettez sciemment de préciser que cet homme s’est excusé publiquement à deux reprises, jurant ne pas être antisémite ou haineux envers qui que ce soit. Et a contrario de vous, nous connaissons cette personne et pensons être assez responsables et bienveillants pour justifier de sa place parmi les artistes invités à notre festival. Il ne s’agit pas ici de complaisance envers des propos inacceptables comme vous le martelez, car le festival que je dirige n’est pas et ne sera jamais une tribune pour ce genre de propos racistes et haineux. Cette personne a commis une grave erreur qu’il regrette sincèrement mais il est fallacieux de le faire passer pour quelqu’un qu’il n’est pas. Je pourrais si vous le souhaitez vous envoyer une longue liste d’artistes ayant dépassé les bornes de la provocation sous fond de prises d’alcool et de drogues en trop grandes quantités. Le rock’n’roll a ses excès que seuls les fans et les connaisseurs peuvent comprendre et pardonner… David Bowie en son temps, Sid Vicious et j’en passe… Philip Anselmo est je vous l’accorde sur ce coup là un imbécile, un artiste provocant et sulfureux comme le rock’n’roll sait en produire parfois, mais un artiste que je tiens à défendre car persuadé qu’il n’est pas de ces individus aux idées nauséabondes… Mais avouez-le, cela ne vous intéresse pas, seul le prétexte à votre désengagement envers notre événement est important afin de faire plaisir à votre électorat « conservateur ». Dois-je vous rappeler que vous avez toujours voté contre le soutien (financier et moral) de notre manifestation lorsque vous étiez dans l’opposition régionale ces 10 dernières années ? Vous entendre dire que depuis votre élection, votre conseil régional n’a jamais « retiré son soutien au festival et qu’il n’en a même pas agité la menace » n’est qu’une énième manœuvre politicienne visant à tromper les ligériens sur vos réelles intentions.

Ce festival est une formidable aventure et réussite humaine qui aura permis de faire tomber nombre de préjugés sur un public trop souvent, et à tort, stigmatisé et caricaturé comme étant violent, occulte voire sataniste. Vous devez sans doute faire partie des dernières personnes à ne pas vous en être aperçu, cela est regrettable et inquiétant lorsque que l’on sait que les ligériens vous ont fait confiance pour mener à bien une politique culturelle diversifiée dans notre région des Pays de la Loire. Une région si dynamique ne devrait-elle pas se réjouir et être fière de voir de jeunes passionnés comme nous le sommes, d’avoir réussi une telle aventure en territoire rural ? D’avoir su créer 15 emplois à temps plein, 500 CDD et contrats intermittents dans un secteur culturel capricieux ? De générer plus de 5 millions d’euros de retombées pour le vignoble Nantais et d’être un formidable outil de communication touristique pour un territoire trop méconnu ? J’ose espérer, en tant que contribuable ligérien et vendéen de surcroit, que mes autres collègues et acteurs culturels n’auront pas à subir les foudres de vos convictions moralisatrices qui selon moi, sont un frein à la liberté de création culturelle. C’est pourtant un des derniers fleurons de la culture dont les français peuvent être fiers !

Au cours de son histoire le festival ne s’est jamais politisé, mais nous ne sommes et n’avons jamais été dupe de vos intentions. Une interview de décembre 2015 sur la chaine France 3 viendra confirmer nos propos. Vous déclariez alors à l’époque : « Le Hellfest ? Je n’aime pas… « […] » « Vous êtes déjà allée au Hellfest ? Non, parce que je n’aime pas ». Nul doute que vous aurez bien du mal à convaincre les nombreux ligériens que votre intention première était de consolider un partenariat avec notre événement que vous percevez comme sataniste et violent.

Alors oui, je vous le redis : gardez vos subventions, nous, les amoureux de musiques extrêmes, n’avons pas besoin de recevoir des leçons de morales émanant de responsables politiques n’ayant jamais pris le soin de visiter, de comprendre et de considérer notre festival et se permettant de lui exiger une ligne de conduite. Ne pensez-vous pas que ce sont à nous organisateurs et aux fidèles festivaliers participants à l’événement de décider de ce qui est bon et ce qui ne l’est pas pour notre événement dont vous ne connaissez rien ? Ne pensez-vous pas plutôt qu’il est de votre devoir d’élus de vous soucier des réels problèmes qui rongent notre société plutôt que de vous en prendre à un festival et à une communauté de passionnés de musiques, qui vivent pendant 3 jours en paix et en harmonie et dont la quasi-totalité des habitants de Clisson louent le respect, la politesse et la gentillesse ?

Madame Garnier, Monsieur Retailleau, vous faites fausse route et j’en suis le premier attristé mais vos petites tactiques politiciennes ne pourront venir couvrir la réalité de la situation : il vous fallait simplement trouver un prétexte pour justifier de l’arrêt de notre partenariat. Point d’inquiétude de notre côté, nous nous y étions préparés dès votre élection. Le HELLFEST est, et restera un festival apolitique, pacifiste, indépendant, organisé par des fans pour des fans et qui n’aura de cesse de faire résonner sa musique que vous jugez si diabolique et « infréquentable » a contrario de toutes les personnes qui ont eu la chance de venir le visiter. Je vous mets d’ailleurs au défi de me trouver ne serait-ce qu’une seule personne ayant assisté à notre festival et pouvant prouver que notre événement est un rassemblement incitant à la haine raciale ou religieuse. Vous n’en trouverez aucune, madame et monsieur les élus…encore une fois vous vous trompez de combat. Madame Garnier, je vous sais candidate à la mandature de la ville de Nantes, que je porte profondément dans mon cœur, ville ô combien culturelle et dont je suis fier, je vous invite à revoir vos positions car je vivrais (et de nombreux nantais aussi) très mal le Nantes à « culture sélective ».

Puisse notre « Feu » subvention venir en aide à des associations culturelles dynamiques, innovantes et créatrices de rêves … et sachant quand il le faut, dépasser les limites du politiquement correct… BORN TO LOSE, LIVE TO WIN, LONG LIVE ROCK’N’ROLL !

Ben Barbaud

Président de l’association HELLFEST PRODUCTIONS

PS : Le pardon et la compréhension ne sont pas que des vertus uniquement chrétiennes. Les passionnés du HELLFEST et des musiques extrêmes sont aussi des gens capables de débattre et d’accepter les différences d’opinions. Les portes de notre « festival de l’enfer » vous sont donc toujours ouvertes et je reste persuadé que nos centaines de milliers de fans seraient ravis de vous démontrer à quel point leur événement n’est qu’amour et fraternité ! »

Mercredi 10 février : soutien du maire de Clisson (où a lieu le Hellfest)
 
« Le maire de Clisson soutient le festival Hellfest sans équivoque. Il rappelle qu'aujourd'hui, la commune n'attribue pas de subvention financière au festival. Avant, pendant et après le festival, la ville met à disposition du personnel pour que l'événement annuel se déroule dans les meilleures conditions, et met également à disposition une petite parcelle de terrain dont elle est propriétaire sur le site même du festival. »
 
Xavier Bonnet évoque ses responsabilités : « Pour le maire de Clisson, il s'agit avant tout que la sécurité publique soit assurée sur le territoire de la commune de Clisson tant à l'intérieur du festival (dont l'organisation assume la charge), qu'à l'extérieur du festival (la mairie assume cette charge). Des réunions régulières sont organisées pour appréhender ces sujets avec l'organisateur, les services de l'État et la ville de Clisson. »
 
Précision du maire de Clisson : « Une convention de partenariat lie l'organisation du festival à la mairie de Clisson. Cette convention arrive à échéance pour l'édition 2016 (durée de 5 ans), et sera renouvelée après cette édition. »
 
Il rappelle enfin qu'il n'y a jamais eu de débordements depuis les débuts du festival à Clisson. « Pour ce qui concerne la programmation des groupes, cela est de la responsabilité de l'organisateur. Le maire réaffirme que depuis que le festival existe sur Clisson, il n'y a pas eu de débordements haineux, racistes ou antisémites. Les relations avec Benjamin Barbaud sont bonnes et la coopération va au-delà de toute polémique politicienne. »
 
« Le festival Hellfest, ajoute le maire, est aujourd'hui ancré à Clisson, la ville souhaite que les relations constructives établies avec l'organisateur soient poursuivies dans un climat serein. Si un groupe, ou un membre d'un groupe venait à être condamné par la justice, ou venait à être interdit par une décision de justice, alors ce groupe ou ce membre d'un groupe ne devra pas venir jouer à Clisson. »
 
« Je fais confiance à l'organisateur pour qu'aucun débordement ne soit constaté sur une des scènes du festival. Si cela devait arriver, je n'hésiterais pas à saisir les autorités compétentes. Il y a quelques années, des groupes ont été déprogrammés pour des raisons similaires, il n'y a pas de raisons que Benjamin Barbaud laisse des groupes entacher le festival par de tels agissements. »
 
Source : Presse Océan
 
Rappel politique : Bruno Retailleau, lui aussi raciste 

C'est lors d'un débat sur le mariage homosexuel au Sénat que Bruno Retailleau, qui s'est offusqué de la présence de Down au Hellfest, a déclaré à Esther Benbassa, sénatrice Europe-Ecologie-Les Verts: "Nous ne sommes pas de la même couleur politique et d'ailleurs nous ne sommes pas de la même couleur." Un représentant politique public, élu, dans l'enceinte du Sénat. Et qui par-dessus tout vient donner des leçons.

Source : Nouvel Obs
 
Rappel historique : Pantera, white metal ?
 
Ce n'est un secret pour personne, Pantera a toujours été un groupe plus que borderline sur les questions raciales. En 1992 (déjà), les paroles de l'album Far Beyond Driven furent considérées à tendance raciste (voire homophobe, histoire de compléter la panoplie). Une interview d'Anselmo et Vinnie Paul de 1992 traite ce sujet et est à visionner ci-dessous. Au-delà de ces suppositions jamais réellement confirmées, Pantera a toujours eu des positions très tranchées sur les questions récurrentes de la société américaine (le port d'armes notamment). N'hésitant pas à exhiber le drapeau confédéré sur ses amplis, Dimebag Darrell a lui entretenu un certain flou autour de ces orientations politiques, présumées extrêmes. L'histoire ne retiendra malheureusement rien de tout ça et un gars comme Darrell est aujourd'hui érigé au rang de divinité du metal "grâce" à son assassinat tragique sur scène en 2004. Anselmo a donc de nombreuses casseroles derrière lui. Mais à l'époque "glorieuse" de Pantera (1990-1995), il n'y avait pas smartphones pour filmer, et encore moins de réseaux sociaux pour relayer l'information.
 
 
2) Le point de vue d'Albumrock

À la rédaction, les avis sont partagés quant à la nécessité de vous livrer un avis. Certains ne souhaitaient d'ailleurs pas s'exprimer en leur nom propre, mais ne voyez évidemment pas là l'ombre d'une sympathie pour le geste d'Anselmo. Et vous n'avez certainement pas besoin de nous pour vous dire ce qu'il faut en penser.

Après une discussion plus que soutenue sur notre forum, nous avons décidé de vous livrer un avis au nom d'Albumrock dans son ensemble.

Nous condamnons évidemment tous le geste d'Anselmo, même si nous sommes partagés sur les suites à donner à cette affaire et sur la réaction qui aurait été la plus appropriée de la part du Hellfest.

La rédaction s'étonne de cette escalade de communiqués entre les deux partis. Pour tout vous dire, nous sommes assez affligés par l'image déplorable que cet incident donne au milieu du métal.
Sans oublier la triste gestion politique du problème, de la part d'un élu sans aucune connaissance de la sphère metal et à la crédibilité plus que discutable sur ce type de sujet.

Nous pensons néanmoins que ledit milieu, eut égard aux très rares individus parfois plus que borderline qui gravitent dans son sillage, ne peut pas tolérer le moindre doute quant à des accointances avec des personnes flirtant avec le racisme ou le nazisme. Par conséquent, au lieu de défendre son artiste, Ben Barbaud aurait probablement dû le déprogrammer. Et ce qui vaut pour le Hellfest vaut aussi pour le Download festival. Il semble tout aussi logique qu'Anselmo ne puisse pas se montrer en public au moins pendant un certain temps, quitte à ce que Down joue sans lui. Enfin, il faut aussi savoir entendre les excuses et le repentir du fautif, et lui permettre de remonter sur scène s'il ne répète pas ce genre de geste choquant à l'avenir.

N'hésitez pas, de votre côté, à nous dire ce que vous en pensez dans les commentaires, et espérons que ce triste fait divers fasse des émules positives afin que le milieu du rock n'ait plus à rougir des quelques extrémistes qui entachent son image.
 
"Give me love , give me peace on Earth"
En savoir plus sur Pantera, Down

Commentaires
jojo, le 16/02/2016 à 16:59
Si les excuses d'Anselmo sont sincères, et que par ses actions futures, cela sert à rapprocher les communautés plutôt que les diviser, alors quelque chose de positif ressortira de cette affaire. Et, accessoirement, je pourrai réécouter du Pantera ou du Down sans malaise. Je pense par ailleurs que, si Retaillau et Garnier ont effectivement profité du scandale pour surfer sur la "vague" anti-Hellfest, la question initiale de la déprogrammation reste légitime. Maintenant, Anselmo s'est excusé, et semble sincère. A voir donc...
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Album de la semaine
À lire également


TalkTalk - Messagerie privée en direct