↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Yas


Arabology


(08/06/2009 - AZ - Electro-pop-arabe - Genre : Autres)
Produit par

1- Aräbology / 2- Get it right / 3- Yaspop / 4- Oloulou / 5- Da / 6- Azza / 7- Coït me / 8- Ma rida / 9- Gamil / 10- Fax / 11- Mahi / 12- A-Man
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"Yas signe le retour du producteur de Madonna pour un projet électro-pop oriental"
Geoffrey, le 30/09/2009
( mots)

Yas comme Yasmine. Arabology comme Arabe. Le concept de cet album est, semble-t-il, jeté : on a à faire à un disque prônant la langue arabe comme le moyen d’envouter l’auditeur qui osera s’y aventurer. Mais d’aventure il n’y a pas vraiment, car un battage médiatique important introduit cette création comme le nouveau projet de Mirwais. On sait alors un peu plus à quoi s’attendre : Mirwais a en effet donné sa personnalité artistique à deux albums de Madonna, Music et American Life, et s’est également fait connaître avec son propre disque Production dont le single "Naïve Song" a servi la pub pour McDo et le générique de la série Clara Sheller. Le projet prend donc toute sa dimension, et l’écoute d’Arabology promet une confrontation orient-occident des plus salvatrices !

La pertinence de cet album ne tient qu’en une seule idée : sortir la langue arabe de son carcan world, et la transposer à une musique pop plus actuelle, et ainsi moderniser l’image et les aprioris que l’on peut se faire de cette langue, qui apparaît ici très mélodieuse. La chanteuse libanaise Yasmine Hamdan interprète ainsi avec volupté et dans sa langue natale un répertoire inscrit dans une thématique résolument actuelle, et dans des tonalités extrêmement synthétiques. Mais si cette alchimie a parfois été tentée, souvent avec succès, nous sommes très loin des succès artistiques de Mig ou de Orange Blossom. Car loin d’être planante et ambitieuse, l’électro est ici hédoniste, urbaine, taillée pour les dancefloor et la bande FM. Pour preuve, le single "Get it right" et sa rotation sur les radios durant l’été.

On est en présence, en effet, d’une production très accessible, dont l’omniprésence de Mirwais rappellera sans raccourcis ses deux coproductions avec Madonna. Sauf qu’ici, Madonna vient des médinas. Mais la différence s’arrête là. Car musicalement, l’ambiance est strictement la même, et on ne sera que rarement surpris par la cohabitation, malgré une piste introductive ("Aräbology") qui restera quasiment le seul morceau valant réellement le détour, mêlant les ambiances électroniques et d’autres plus imagées, presque cinématographiques. Le reste de l’album reste d’une grande banalité, et mélange allégrement les sonorités technoïdes actuelles et d’autres plus kitsch, parfois inspirées des tubes dance du début des années 90. Mais là où il semble que l’on jette la première pierre d’un lynchage motivé par une écriture de l’album qui semble trop facile, on découvre ici ou là des morceaux bien écrits et efficaces comme "Coït Me", ou encore "Mahi" qui reprend un traditionnel irakien et "A-Man" dont le sample est tiré de "Man machine" des Kraftwerk. Quelques références qui rassurent sur le travail des artistes.

En revanche, cela ne pourra faire d'Arabology un chef-d'oeuvre. Au mieux lui rendre un aspect moins commercial, dans la définition négative du mot. La faute à Mirwais qui semble nous servir une musique trop réchauffée, pourtant très agréable il y a 10 ans. Mais c’était il y a 10 ans. Du coup, si le premier passage du disque paraît automatiquement agréable, une écoute prolongée de l’album provoque vite un ennui profond, malgré une certaine qualité de production indéniable.

Si vous aimez Arabology, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également