↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

While She Sleeps


You Are We


(21/04/2017 - - Metalcore britannique - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- You Are We / 2- Steal The Sun / 3- Feel / 4- Empire Of Silence / 5- Wide Awake / 6- Silence Speaks (ft. Oli Sykes) / 7- Settle Down Society / 8- Hurricane / 9- Revolt / 10- Civil Isolation / 11- In Another Now
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"While She Sleeps se complique la tâche mais gagne en nuance pour en sortir grandi"
Erwan, le 16/05/2017
( mots)

En deux albums, While She Sleeps est devenu l’une des têtes de gondole incontournables de la vague hardcore britannique. Avec You Are We, le groupe se lance dans des compositions plus complexes et tente de gagner en nuance. Quitte à se compliquer la tâche.


Après l’EP The North Stands for Nothing sorti en 2010, While Shee Sleeps a très vite bénéficié d’une certaine notoriété et publicité. Par ses grands frères, Bring Me The Horizon, Architects, Parkway Drive ou encore Asking Alexandria, pour lesquels ils ont tourné. Par les labels, comme Search and Destroy qui produit leurs deux premiers albums, et Good Fight Music qui diffuse très vite leur musique aux USA, où elle se vend plutôt bien. Et par les institutions britanniques qui portent la scène hardcore que sont Kerrang! et le Download Festival. Avec le vent dans le dos, le groupe va pourtant sortir du circuit de production qui les accompagnait depuis This Is the Six et passer par un financement participatif pour sortir sa troisième fournée.



La reconnaissance du groupe pour ceux qui participent à sa production allant jusqu’à s’inscrire sur la pochette du disque, à travers son titre "You Are We", le nouvel album de While She Sleeps prend une dimension particulière. Que vaut la liberté limitée d’une maison de production au cahier des charges plus ou moins stricte, contre l’imposante attente de plusieurs dizaines de milliers de contributeurs sans qui jamais cet album n’aurait vu le jour ? Lassé des locaux trop étroits, le groupe compose et enregistre son nouvel opus dans un studio qu’il a construit lui-même durant l’année 2015. Une façon selon Lawrence Taylor (chanteur du groupe) de mieux s’approprier l’espace, de bouger, de faire vivre la musique à son aise en la gravant sur bande. Un moyen peut-être également de ne pas transformer le soutien du public en pression au moment de composer, niché dans un cocon bâti sur mesure.


Brainwashed (2015), aussi brutal qu’il pût être, restait un disque résolument mélodique. Même un bloc d’agressivité comme "New World Torture" laissait la part belle dans son refrain à une certaine virtuosité soliste. Les riffs de Long et Welsh (les deux guitaristes) étaient emprunts d’une énergie et d’une simplicité punk qui donnait beaucoup d’air aux compositions pour accompagner la voix monstrueuse et éraillée d’un Lawrence Taylor qui se remettait d’une opération de la gorge. Mais contrairement à ses prédécesseurs, You Are We semble avoir été composé pour mettre au premier plan ces ambitions mélodiques et tisser une atmosphère plus épaisse autour des différents morceaux.



On y retrouve plus de nuances dans les mélodies, avec quelques touches d’acoustiques (en introduction de "You Are We", dans "Wide Awake" ou "Silence Speaks") et de son clair ("Empire Of Silence"). Mais le changement le plus important se trouve dans le partage des voix entre Taylor et Welsh et l’utilisation du chant clair. Comme ses grands frères, While She Sleeps se lasse des voix systématiquement criées et va chercher un registre plus émotif pour parler de sujets plus graves qu’à l’accoutumée, s’interrogeant en quelques lignes sur les récents bouleversements du monde, Donald Trum et le Brexit en tête.


"We're building walls where there should have been bridges", "Empire Of Silence"


"Sail for hope, safest seas. How shallow of me to live like my life's misery. Will we be washed up with the wreckage of savior ?", "Settle Down Society"


"Said the sceptic born and bred negative. No peace for the calm collective, there's a cold war coming in. Go !", "Civil Isolation"


Dans un ensemble plus édulcoré, la puissance des refrains prend aux tripes. Pas tant parce qu’ils tranchent avec certains couplets plus doux que grâce à l’utilisation de chœurs et de double voix pour les appuyer. En bonus, While She Sleeps accueille Oli Sykes (chanteur de Bring Me The Horizon) sur "Silence Speaks", comme pour souligner sa nouvelle orientation. Que les fans se rassurent, While She Sleeps n’a pas bradé son identité comme Bring Me The Horizon a pu le faire sur son dernier album et conserve encore tout ce qui a fait de lui une valeur sûre. Avec ses nouveaux choix, le groupe s’est même enrichi, habile dans la nuance avant d’exploser toujours aussi violemment. Difficile de dire aujourd’hui si You Are We sera le dernier disque avant le déclin. Pour l’instant, il reste malgré ses quelques déficits de production, l’album manquant parfois de basse et le son des guitares rythmiques étant un peu écrasées, la meilleure œuvre de While She Sleeps.


Titres à retenir : "You Are We", "Steal The Sun", "Civil Isolation"

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Anathema


The Optimist


"

Que ce soit bien clair : The Optimist est un album majeur, sans conteste le meilleur d’Anathema et l’un des plus sérieux prétendants au titre de disque de l’année 2017. Si vous ne connaissez pas encore le rock atmosphérique aussi simple qu’envoûtant des natifs de Liverpool, ne manquez pas ce road trip musical digne de David Lynch qui confine au chef d'oeuvre.

"
À lire également