↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Weezer


SZNZ: Autumn


(22/09/2022 - Atlantic, Crush - Power pop - Genre : Rock)
Produit par Daniel Omelio, Suzy Shinn, Tyler Cole

1- Can't Dance, Don't Ask Me / 2- Get Off on the Pain / 3- WHAT HAPPENS After you? / 4- Francesca / 5- Should She Stay or Should She Go / 6- Tastes Like Pain / 7- Run, Raven, Run
Note de 2/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Les sanglots longs des violons de l'automne... (vers connu)"
Nicolas, le 04/10/2022
( mots)

Bon, on va partir du principe que ceux qui lisent ces lignes ont écouté SZNZ: Spring et SZNZ: Summer, on va également tabler sur l’idée qu’ils ont aimé la démarche et - au moins dans une certaine mesure - le résultat en dent de scie. Septembre est arrivé, la rentrée également. Finies la canicule et la sécheresse, revoici la fraîcheur et la pluie. Allez, coupons court à tout suspens : Rivers Cuomo parvient-il à nous faire goûter à ce contraste saisonnier ? Réponse : non, pas plus qu’il n’avait réussi à nous faire remarquer la démarcation entre juin et juillet. Avec une nuance de taille cette fois-ci : le rock de Weezer, souvent encore aussi charnu que chez ses deux grands frères, se pare ici de synthétiseurs et fricote parfois avec la pop FM à accointances plus ou moins dansantes. Pas systématiquement, mais c’est un fait. Drôle de conception de l’automne, soit dit en passant.


La qualité de composition reste à l’avenant des précédents EP : ni géniale, ni indigente, juste dans la moyenne basse - et sans doute indigne - du talent réel de Cuomo, mais passons (on en a déjà amplement parlé ailleurs). On va tout de suite régler son compte à ce fameux “What Happens After You?” qui verse dans une grande électro-pop charnue, une version plus crâneuse de ce que l’on retrouvait sur Pacific Daydream, à l’aise dans ses baskets et finalement plutôt sympatoche malgré son overdose de “whoohoohoo-hoohoohoo-hoohoohoo-hoo-hoo” (et plus si affinité). Notez que les guitares restent de mise, ça ferraille sec (Patrick Wilson connaît son affaire derrière ses caisses) et in fine ça passe assez bien. Moins juteux dans la pop, “Francesca” empile certes quelque peu les poncifs mélodiques mais vise au cœur et tape dans le mille, même si la flèche a failli se loger dans l’œil - bon et le final meringué est aux fraises, c’est un fait. “Should She Stay Or Should She Go”, quant à lui, se pavane tranquillement sur les bords de plage à la nuit tombée, détendue et rafraîchie, avec le petit saxo qui va bien en fin de piste. Ça tient plus de l’été indien californien que du crachin breton, cette histoire-là, mais ça passe. Pour le reste, respirez, c’est du rock, tendu et concerné (“Can’t Dance, Don’t Ask Me”), un peu plus téléphoné parfois (“Get Off On The Pain”, malgré quelques respirations bienvenues), se mariant cette fois-ci de façon plus crue et dénudée avec les violons de Vivaldi (sur le très dépréciateur “Tastes Like Pain”) ou plus tarabiscoté, nuancé et un poil surjoué (“Run, Raven, Run” qui part un peu dans tous les sens).


Alors, lequel est le meilleur / le moins mauvais ? Le printemps ? L’été ? L’automne ? Il n’y a pas de réponse évidente à apporter. Les goûts et les couleurs de chacun, n’est-ce pas. Ce troisième opus se montre à la fois plus varié (un peu) et moins constant (un peu) que ses deux prédécesseurs, mais la différence tient dans les détails et l’on retrouve tout autant la power pop mi-solaire mi-plombée de Weezer sur ce disque gris que sur le vert ou l’orangé, sans grand coup de génie au fond des entrailles. Plus que quelques semaines à attendre avant l’hiver, mais on doute de voir la donne changer par miracle, et si la catastrophe sidérale paraît évitée quant à ce projet quadripartite bizarre, on peine toujours autant à en comprendre ne serait-ce que l’intérêt, hormis quelques singles certes agréables pour parfaire les setlists. Vivement le retour au format album.


À écouter : "What Happens After You?", "Should SHe Stay Or Should She Go"

Commentaires
MathildeAR, le 20/10/2022 à 10:00
Oui vivement l'album parce que là c'est l'éclate éclatée au sol