↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Vivian Girls


Everything Goes Wrong


(07/09/2009 - In the Red Records - NoisePop / Shoegaze - Genre : Rock)
Produit par

1- Walking Alone At Night / 2- I Have No Fun / 3- Can't Get Over You / 4- The Desert / 5- Tension / 6- Survival / 7- The End / 8- When I'm Gone / 9- Out For The Sun / 10- I'm Not Asleep / 11- Double Vision / 12- You're My Guy / 13- Before I Start To Cry
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Les filles cools de Brooklyn sortent un 2e album cool, mais un brin faiblard. "
Margaux, le 28/01/2010
( mots)

Previously chez les Vivian Girls : souvenez-vous cet album éponyme surf punk vintage de meufs qui ne se la jouent pas. Kickball Kathy, Cassie Ramone et Ali avaient séduit tout le monde avec leurs mélodies entêtantes qui faisaient oublier les souffrances induites par le split de Black Tambourine. Le premier opus était comme une bourrade de l’amitié un peu brutale donnée par ta meilleure amie camionneuse, tu sais, celle qui est toute tatouée. "Youpi", entend-on hurler. Car les Vivian Girls reviennent pour un deuxième album tout en fulgurance. Les Vivian Girls étaient les filles cool par excellence et le sont d'ailleurs encore. Sauf qu’elles ont choisi le genre musical cool dont il est dur de s’émanciper. Ca gueule toujours de façon nonchalante, ça distortionne sa guitare, ça transpire dans ses chemisettes à carreaux, ça fait souffrir les pédales et ça fait bouger ses cheveux. Bref, ça envoie toujours du lourd. Mais comme le témoignait le single "Moped Girl" entre les deux albums, ça le fait moins.

Les mélodies imparables sont moins fréquentes et moins efficaces. Bien sûr "The End" et "When I’m Gone" sont tout aussi jouissives que "Wild Eyes". Mais les innovations dans le genre sont plutôt limitées, et il en ressort parfois une bouillie musicale tonitruante et souvent épuisante. Elles échouent là où elles avaient tant réussi lors de leur premier album : être bruyantes tout en restant écoutables sur le long. Certaines chansons se détachent par leur musicalité ("I’m Not Asleep"), d’autres par leur côté irritant ("Out for the sun"), voire même basculent dans la caricature du genre ("Can't Get Over You" et ses choeurs surf à la "wahoooo") L'album est tellement brouillon qu'on a l’impression que Everything Goes Wrong ne dépasse pas le bon jam entre copines. Il manque un petit je ne sais quoi pour faire de cet album le digne héritier du précédent.

Il n'en reste pas moins que les Vivians Girls occupent toujours le haut du panier en ce qui concerne la nouvelle vague de shoegaze provenant de Brooklyn. Pleines d'énergie, suant le Ramone par tous les pores, elles passent le cap du deuxième album sans trop de heurts. Oui, Everyhing Goes Wrong est cool. A défaut d'être fantastique.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Vivian Girls


Vivian Girls


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également