↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Tori Amos


Scarlet's Walk


(28/10/2002 - Epic - Pop rock introspective - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Amber Waves / 2- A Sorta Fairytale / 3- Wednesday / 4- Strange / 5- Carbon / 6- Crazy / 7- Wampum Prayer / 8- Don't Make Me Come To Vegas / 9- Sweet Sangria / 10- Your Cloud / 11- Pancake / 12- I Can't See New York / 13- Mrs. Jesus / 14- Taxi Ride / 15- Another Girl's Paradise / 16- Scarlet's Walk / 17- Virginia / 18- Gold Dust
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (13 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
""
Aurélie, le 28/02/2004
( mots)

Tori Amos, de son vrai nom Myra Allen, fait partie de ces artistes pour qui les étiquettes n'ont guère de sens. Après une formation classique au conservatoire de Baltimore où elle développe le jeu de piano puissant et percutant qui la caratérise, elle fonde un groupe de hard-rock à Los Angeles. Par la suite, elle se tourne vers une pop rock introspective et favorise l'éclosion de toute une scène féminine grâce à ses chansons dépouillées dont la plus bouleversante - "Me and a Gun" - raconte sans détour un viol subi en 1985.

Scarlet's Walk, premier album sorti chez Epic et dernier album en date de la chanteuse (qui vient par ailleurs de sortir un Best Of intitulé Tales of a Librarian), se situe dans la lignée des précédents Boys from Pele et From the Choirgirl Hotel. Enregistrés en Cornouailles, les 18 titres du disque s'articulent comme toujours autour de la colonne vertébrale pianistique, véritable seconde voix de Tori Amos. Le résultat est une nouvelle mystique, où voix et instrument se confondent organiquement (notamment sur "Pancake" et "Scarlet's Walk").

Mais ce que l'on retiendra de cet album, c'est avant tout l'originalité du concept sur lequel il repose : Scarlet's Walk est en effet une sorte de "road movie" musical à travers l'Amérique contemporaine, qui met en parallèle l'histoire de l'après-11 septembre et celle de Scarlet, l'héroïne et alter ego imaginée par Tori Amos... Tout au long des plages, nous suivons donc Scarlet dans un long voyage à travers l'Amérique (d'ailleurs, le livret contient en plus des paroles la carte de ses différents itinéraires), de Los Angeles à Baton Rouge en passant par la Floride, le Texas et le territoire des indiens Cherokee (Tori est elle-même descendante de ce peuple opprimé par les colons). Au cours de ce périple, l'héroïne rencontre de nombreux personnages fascinants, dont "Mrs Jesus" et "Crazy" qui donnent leur nom à deux titres de l'album. Mais où va donc Scarlet ? Tout semble suggérer qu'elle est perdue au milieu de ce vaste territoire ("Wednesday" : I think that I'm lost here / Lost in a place called America). On comprend pourtant peu à peu que la destination finale du voyage, ce devait être New York, mais que celle-ci est maintenant hors d'atteinte ("I Can't See New York", mon titre préféré).

Ce titre incitera certainement l'auditeur à lire les textes de ce "roman musical". La découverte risque d'être surprenante pour le non-initié. En effet, comme souvent chez Tori Amos, derrière les méandres harmoniques tendres et innocents se cachent de véritables études de société, des mœurs, de la psychologie humaine avec ses joies et ses peines, qui plus est fortement teintées de politique. Ce à quoi semblent finalement aspirer les soixante-quatorze minutes de Scarlet's Walk, ce n'est rien moins qu'à réveiller l'Amérique de sa torpeur post- 911, lui montrer que le melting pot dont elle a fait son idéal est en proie à la dislocation et qu'elle doit se remettre en question. "Aujourd'hui, et plus que jamais, les Américains ont besoin de partir en quête. Ils veulent entendre la chronique d'une histoire d'amour avec un pays, avec l'âme, pure ou sombre, de l'Amérique, mais ils veulent aussi qu'on les aide à se poser les bonnes questions.".

Après quelques disques où Tori Amos semblait à la recherche de l'idée originale sans forcément la trouver, elle fait mouche avec les histoires de Scarlet, et nous offre un album magnifique d'un bout à l'autre, bénéficiant de mélodies mémorables et de textes à la fois politiques et poétiques. Du grand art.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Tori Amos


Night of Hunters


Album de la semaine
À lire également