↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Offspring


Smash


(08/04/1994 - Epitath records - Punk-Rock Californien - Genre : Ska / Punk)
Produit par

1- Time To Relax / 2- Nitro (Youth Energy) / 3- Bad Habit / 4- Gotta Get Away / 5- Genocide / 6- Something To Believe In / 7- Come Out And Play / 8- Self Esteem / 9- It'll Be A Long Time / 10- Killboy Powerhead / 11- What Happened To You / 12- So Alone / 13- Not The One / 14- Smash / 15- Session
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (57 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Un des meilleurs représentants de la musique Punk Rock US des années 90."
Lulu, le 05/09/2006
( mots)

L'histoire du Rock est truffée de courants qui se succèdent et qui participent à la richesse de cette musique. En 1994, Nirvana (et donc 75% de la musique grunge) jette l'éponge. Tous les fans de rock recherchent de nouvelles idoles. De nouvelles sensations. Les yeux se tournent sur le mouvement Punk Rock américain qui connaît cette année là un énorme regain d'intérêt dont les fers de lance sont les albums Dookie de Green Day et ce Smash de The Offspring. Sorti chez un label indépendant, Epitath, cette galette trouvera, sans aucune concession et à travers des chansons Punk Rock (presque Métal), un accueil incroyable de la part de millions de gamins en skate.

Ce succès est en grande partie dû au tube "Come Out And Play" diffusé à tire larigot sur toutes les TV et les radios du monde entier. Rien de bien original, un riff bien trouvé, un petit passage arabisant et voilà Offspring les nouveaux leaders de la génération X. Un deuxième tube viendra enfoncer le clou un peu plus tard, "Self-Esteem" et Smash devient Le disque à avoir pour ne pas faire tâche dans la cours de récré. Mais si on se penche sur le reste de l'album avec quelques années de recul, il devient évident qu'à aucun moment, Offsping n'avait désiré se travestir pour vendre sa musique. Tour à tour Punk rock énervé ("Nitro (Youth Energy)", "Bad Habit", "Genocide" ou "It'll Be A Long Time" entre autres) qui ne ralentit le tempo que pour accélérer peu de temps après, Ska sautillant ("What Happened To You?"), Métal Rock ("So Alone", "Killboy Powerhead") ou Power Pop inspirée ("Gotta Get Away", "Something To Believe In" ou la sublime "Smash"). The Offspring connaissent toutes les ficelles pour faire bouger leur public de plus en plus nombreux. Cette urgence et cette rage est canalisée de façon superbe par Thom Wilson des Dead Kennedys (dont l'album Punk Fresh Fruits For Rotting Vegetables est une pure merveille de Punk fin 70's engagé politiquement).

Magnifique de bout en bout, cet album ne démérite en aucun point. Mais rien ne laissait présager à l'époque les déceptions des albums qui lui succéderont. Sauf peut-être leur départ d'Epitath vers Sony. The offspring ont eu la permission de jouer dans une grosse écurie à la condition de laisser leurs couilles au vestiaire. Certes certaines chansons seront sympa (l'album Americana notamment) mais il n'y a plus cette urgente et cette énergie que l'on retrouve dans Smash. Et l'énergie dans le Rock, c'est quand même un gros facteur d'excitation musicale.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

The Offspring


Days Go By


Critique d'album

The Offspring


Splinter


Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également