↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Tanith


In Another Time


(24/05/2019 - Metal Blade Records - Hard Rock / Heavy épique US - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Citadel (Galantia, Pt. 1) / 2- Book of Changes / 3- Wing of the Owl (Galantia Pt. 3) / 4- Cassini's Deadly Plunge / 5- Under the Stars / 6- Mountain / 7- Eleven Years / 8- Dionysus / 9- Under the Stars (Reprise)
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Tanith, une entrée fracassante. "
François, le 01/04/2020
( mots)

Le début de l’année 2020 s’est déjà  bien écoulé avec son lot de classements des meilleures sorties de l’année précédente (dont le nôtre), et il faut dire qu’une d’entre elles m’est passée sous le nez. Il s’agit du premier album du groupe new-yorkais (mais un peu anglais) Tanith, In Another Time


Premier point fort, la pochette, qui nous entraîne, au choix, dans les ambiances progressives des 70’s, ou dans l’univers heroïc-fantasy du Heavy Us des années 1980. En fait, musicalement, on est un peu entre les deux. Pour attirer immédiatement le chaland, et pour faciliter l’approche, disons que l’album conviendra parfaitement à ceux qui aiment : le hard-rock mélodique des années 1970, le rock progressif un peu heavy, la NWOBHM ou le heavy US épique. Et bien sûr les curieux en tout genre. 


Le groupe est en plein dans la vague revival, dans le genre de Wytch Hazel ou Hallas (sans les claviers). Comme ces deux groupes, on se trouve dans le haut du panier. Alors, bien sûr, ils trichent un peu : leur guitariste, Russ Tippins, n’est autre que celui de Satan, groupe culte de la NWOBHM. D’ailleurs, l’excellent "Book of Changes" évoque de nombreux traits de l’esthétique présente sur leur tout dernier album (Cruel Magic, 2018). Mais ils poussent vraiment le côté revival jusqu’au bout, en s’enregistrant en analogique par exemple. 


Musicalement, le talent et l’osmose du combo, pour un premier album, laissent sans voix. La musique est dense, parfaitement exécutée, soignée. Les mélodies sont vraiment très bien trouvées, les variations nombreuses donnent un petit côté progressif, les guitaristes font vraiment des chorus envoûtants. Bref, c’est un très bon cru. Le premier titre, "Citadel (Galantia Pt.1)", regorge de ces éléments pour un morceau à tiroir très accrocheur, et ce dès l’introduction. La basse n’est pas non plus en reste, en témoigne l’excellent "Cassini’s Deadly Plunge". 


Mais une originalité vient du chant : en effet, Tippins le partage avec Cindy Maynard, dans un duo masculin/féminin qui fonctionne parfaitement bien. Si les inspirations heavy sont importantes, ne vous attendez pas à la moindre trace d’hurlements, au contraire. 


Si les amateurs du début de la NWOBHM seront conquis par les riffs cavaliers comme celui de "Under the Stars" ou par les nombreux traits de guitare très mélodiques et épiques, la touche 70’s est vraiment celle qui ressort le plus. Au-delà de l’enregistrement, cela vient également de la relative douceur de l’ensemble, des sons de guitare, du chant, de la rythmique toujours très légère, de quelques voyages vers les 60’s et des couleurs progressives (écoutez la seconde partie de "Wing of the Owl" ou "Under the Stars (reprise)"). Les titres ont vraiment des structures complexes qui nous amènent de surprise en surprise, sans jamais être complexe à l’écoute. Et ils parviennent à nous emporter rapidement dans leur sillon, à s’incruster dans notre esprit. 


Parmi les groupes des années 1970 qui ont pu les inspirer, on pense à Thin Lizzy, mais également à Wishbone Ash pour les duels de guitare, les ambiances médiévales et le goût de la mélodie. Si bien que "Eleven Years" évoque en introduction "Wings of Desire" (Strange Affair, 1991) pour se marier ensuite à l’Americana du type America. Le groupe d’Andy Powell retrouve vraiment une nouvelle postérité dernièrement, et le magnifique "Dionysus" (un des sommets de l’album) vient apporter un témoignage de plus. 


Je n’ai aucun morceau à conseiller dans ce chef-d’œuvre : tout est excellent, du début à la fin. Il laisse espérer une suite légitime des aventures de la formation, qui s’affirme déjà comme une référence du genre. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Mark Lanegan


Straight Songs Of Sorrow


"

A peine 7 mois après la sortie de l’excellent Somebody's knocking , revoilà déjà un nouvel album de Mark Lanegan, Straight songs of sorrow . Si les fidèles du vieux loup américain sont habitués à la régularité stakhanoviste de ses sorties, ce douzième disque solo (le sixième en 8 ans) revêt un caractère particulier, car il parait conjointement à son autobiographie, sortie aux Etats-Unis sous le nom de "Sing Backwards and Weep".

"
À lire également