↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Superfood


Don't Say That


(19/01/2015 - Infectious Music /Pias - Brit Pop - Genre : Pop Rock)
Produit par Al O'Connell

1- Lily For Your Pad To Rest On / 2- You Can Believe / 3- Superfood / 4- TV / 5- Pallasades / 6- Mood Bomb / 7- i / 8- It's Good To See You / 9- Don't Say That / 10- ii / 11- Melting / 12- Right On Satellite / 13- Like A Daisy
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Un groupe aux comparaisons superfaciles"
Mathilde, le 02/02/2015
( mots)

Superfood est un groupe aux comparaisons superfaciles. Au cœur de leur musique, on retrouve sans détour des miettes de l’acid house mancunienne du milieu des années 80 et toute la génération 90ies bien mâchée, soit la crème des super hits Brit pop d'une ère sacrée. Des Stone Roses à Blur, le quatuor pioche allègrement dans un héritage sans en changer les codes. C’était déjà le cas sur leur Ep Mam qui annonçait largement la couleur. Refaire du vieux avec du neuf, mouais. Prenez garde les bambinos, beaucoup s’y sont cassé les chicots.

On pourrait croire les Superfood issus de La Manchester Music City. Dommage, les gamins sont de Birmingham mais se montrent bien décidés à faire danser la populace comme au temps des clubs. Dès le début du  premier titre, l’album est étiqueté. On se prend un relan de Ian Brown dans le museau avec le streetwear "Lily For Your Pad To Rest On". Attendu mais redoutablement dansant. La basse est louvoyante à faire groover à peu près n’importe qui. Cet esprit feel good se retrouve plus tard sur "TV" et "Mood Bomb", un peu niais mais qui fait le job. L’influence de ce cher Albarn ne tarde à se manifester sur "It’s Good To See You In The Morning" qui est le parfait petit frère de "Country House".

Bien sûr depuis les 90ies le temps ne s’est pas arrêté, il y a eu du passage, et Superfood est empreint également de ce "twist" salutaire qui le sauve du pastiche pénible. On retrouve sur l'album des accents d'Arctic Monkeys,  Beck ( "Don’t Say That ") ou encore Jagwar Ma qui ont déjà remué le terrain Oasis-Supergrass-gros-sourcils-baggy-et consort et en ont un peu changé la teinte, l’ont inévitablement modernisé. Sur le titre éponyme se trouve certainement la plus nette démarcation portée par la belle voix de falsetto de Dom Dangerton (voix fantaisiste qu'il aurait fallu sans doute davantage explorer) . Plus loin "Right On Satellite" sauve l’enchainement des titres dispensables de la fin ( "Melting", "Like A Daisy") avec sa guitare claire Smithienne bien envoyée.

Dangereux de ressortir les recettes à l'origine de groupes cultes et qui ont marqué un golden age anglais. Mais les jeunots de Superfood ont su ici jouer leur Topchef  et servent une assiette présentable, apportent du relief et du goût au sunday roast/yorkshire pudding dominical du pub. Le piège de la redite est de justesse évitée, l’ensemble est gourmand (avé l'assen) même si loin d'être ingénieux et mémorable.
Superfood c’est de la boustifaille goûtue mais un peu grasse sur les bords. A déguster avec l’amie modération pour éviter que ça reste sur l'estomac.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également


TalkTalk - Messagerie privée en direct