↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Slayer


Repentless


(11/09/2015 - - Thrash metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par Nuclear Blast

1- Delusions of Saviour / 2- Repentless / 3- Take Control / 4- Vices / 5- Cast the First Stone / 6- When the Stillness Comes / 7- Chasing Death / 8- Implode / 9- Piano Wire / 10- Atrocity Vendor / 11- You Against You / 12- Pride in Prejudice
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (15 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 1.5/5 pour cet album
"Rien de neuf sous le soleil noir."
Fanny, le 15/09/2015
( mots)

Le destin des trasheux de Slayer était incertain à l'annonce du décès du guitariste fondateur, Jeff Hanneman en 2013. Et c'est à l'aide des baguettes de Paul Bostaph – qu'on avait pu entendre sur Divine Intervention -, et de Gary Holt (Exodus), que Kerry King et Tom Araya se mirent au travail.


Et on est loin du mémorable Reign in Blood. Après un "Desilusions of Saviour" prometteur, introduction instrumentale au riff accrocheur et au rythme lourd, on enchaîne sur le titre éponyme et porteur de l'album, "Repentless", dédié à Hanneman.


« No looking back, no regrets, no apologies
What you get is what you see
(..)
I'll be beating this guitar 'til the day I die »


Le thème est plutôt fédérateur, Bostaph enchaîne les descentes de toms avec dextérité, mais l'ensemble semble un peu léger. On retrouvera étonnamment, face à ce mémorial fougueux, un autre genre de message semblant également adressé à Hanneman, sur "You Against You" :


« Is this your paradise? You think you thought this through?
'Cause when you rolled the dice, the house came down on you
Don't care what you do or say, your suicide begins today
Have fun in paradise, this hell is just for you »


De toute évidence on a le sens des adieux chez Slayer.


Le gros travers de cet album est avant tout son manque d'innovation. Tant du point de vue des textes – messages vengeurs adressés à une société manipulée, régie par l'argent, aux politiques véreux, beaucoup de « fuck » pour souligner la rage dans le propos – , que de la composition – structures très classiques et convenues, aucune nuance dans le chant. On reconnaîtra malgré tout la qualité de jeu de Bostaph, tout comme celle des solos de King, qui ne suffisent malheureusement pas à sauver cet opus.


Quelques rescapés à noter : "When The Stillness Comes", à l'atmosphère plus sombre et brumeuse et au rythme plus lent, permettant à Araya d'appuyer davantage son texte par des accents toniques et des variations, plutôt que de le marteler sur les couplets et de screamer sur les refrains, à l'instar du reste de l'album. Les fans endeuillés apprécieront également "Piano Wire", titre inachevé de Jeff Hanneman, enregistré à l'époque de "World Painted Blood" mais ré-enregistré pour l'occasion et retravaillé – le jeu de Hanneman n'est donc pas sur la version finale, mais il s'agit bien de sa composition –, qui détonne par un son plus proche des origines du groupe et pourrait évoquer "Postmortem". Ce titre est peut-être le seul marqueur d'un changement de direction notable du groupe, tant le chant y détonne – d'aucuns pourraient y retrouver des nuances d'un James Hetfield des beaux jours –; la simplicité des enchaînements de triolets en fait un bon morceau de trash classique et apporte la preuve que la virtuosité dans un bordel musical – aussi bien organisé soit-il – ne suffit pas toujours à ancrer un morceau chez l'auditeur. 


C'est peut-être là que le bât blesse: Slayer semble ici se cantonner à la démonstration, un état de ce dont ses musiciens sont capables, en dépit de la mort de l'un des membres ayant contribué à les porter jusqu'ici. Mais cet album ne parvient pas à éviter l'écueil de la redondance, quand il aurait probablement mieux valu prendre une direction radicalement différente, et profiter de la présence de musicos de talent pour explorer une autre scène, plus mélodique, ou offrir aux auditeurs un véritable album mémorial, retour au source d'un trash-métal lourd et direct, sans fioritures. C'est englué dans une absence de vision et un son finalement déjà entendu que le groupe nous délivre un album ne pouvant que laisser l'auditeur sur sa faim.

Note de 3.5/5
Désormais aux commandes du navire, Kerry King surprend de par sa capacité à tenir la barre malgré l'absence du compositeur de génie qu'était Jeff Hanneman. Sans forcément atteindre des sommets d'originalité, Repentless n'en demeure pas moins morbide et brutal et se veut plus que réussi compte tenu de sa genèse chaotique.
Commentaires
stef1811, le 20/12/2015 à 22:31
Je reconnais les efforts du groupe pour ne pas sortir un n ieme album baclé, alors bien sur on est pas au niveau de la grande époque mais c'est certainement ce qu'ils ont fait de mieux depuis l'après Seasons il y 25 ans. Kerry a fait le job les compos sont plus elaborées et on retrouve des riffs dignes de leur gloire d'antan, les solos aussi ont été plus travaillés ca s'entend de suite. Alors que manque t'il a cet album ? Jeff Hanneman ! Celui qui était au sommet de son art pas le Jeff des dernières années qui venait jouer ses plans en touriste dans un groupe qui n'en était plus vraiment un. Il faut bien s'y résoudre le passé est mort et le dicton on ne peut pas être et avoir été s'applique a bon nombre, place aux jeunes !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Slayer


World Painted Blood


Album de la semaine
À lire également


TalkTalk - Messagerie privée en direct