↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Sigur Ròs


Kveikur


(14/06/2013 - XL Recordings - Post Rock - Ambient - Expérime - Genre : Autres)
Produit par

1- Brennisteinn / 2- Hrafntinna / 3- Ísjaki / 4- Yfirborð / 5- Stormur / 6- Kveikur / 7- Rafstraumur / 8- Bláþráður / 9- Var
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (26 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Nouvel album qui signe là le renouveau du groupe dans la continuité."
Geoffrey, le 05/07/2013
( mots)

Sigur Ròs, chantre d’un post-rock atmosphérique et aérien, avait quelque peu déçu, il y a à peine plus d’un an, lors de la sortie du précédent disque bâclé, Valtari. Un disque produit sur les cendres encore fraîche d’un EMI racheté quelques mois auparavant par Universal Music, qui a également provoqué le départ du pianiste Kjartan Sveinsson dont l’issue a beaucoup inquiété quant à l’avenir du groupe. L’occasion pour le groupe de tourner une nouvelle page de son histoire, tout en opérant un retour aux sources, faites de longues plages atmosphériques et d’envolées lyriques de Jonsi. 

Sur le papier, rien de très déstabilisant pour les fans de la première heure qui retrouvent ici ce qui a pu faire le succès des premiers disques : guitare à l’archet propre au post-rock, sonorités bruitistes et industrielles, et effets typiques d’une musique fortement imagée, froids comme le nord. L’excellent "Yfirborð" illustre cette transe dont est capable le groupe, dans un optimisme surprenant, compte tenu du contexte, et qui semble inhabituel chez les islandais. Optimisme en forme de renouveau pour le groupe, qu’on retrouve également dans la composition des titres "Ísjaki", "Stormur" ou encore "Rafstraumur", soit près de la moitié des titres qui amène un sourire à celui qui l’écoute. Et si ce n’est l’optimisme qui donne à Kveikur son originalité et son côté entrainant, le reste de l’album tend davantage vers un rock presque dynamique, façon Oceansize, là aussi loin de ce qui caractérise le groupe (à l’image des splendides et sombres Ágætis byrjun, () et Takk), ce qui n’est néanmoins pas sans rappeler Með suð í eyrum við spilum endalaust, l’album qui a précédé Valtari. Ainsi, d’entrée, l’album s’ouvre sur des guitares saturées et un rythme appuyé. Le groupe additionne alors, d’un titre à l’autre, les contradictions de styles, créant des morceaux à la fois complexes et addictifs, et lorgnant du côté des heavenly voices de Dead Can Dance ("Hrafntinna"), ou de celui d’une pop au rendu plus accessible, dans un format ne dépassant que trop rarement les 5 minutes.

Mais la force de Kveikur, dans la discographie du groupe, réside sans aucun doute dans le fait d’assumer toute sa place de nouvel album, formé à partir de petites évolutions dans la constance stylistique. Rien de révolutionnaire, mais Kveikur est pourtant tourné vers l’ouverture sur un public qui n’aurait pas encore été conquis par l’univers si particulier des islandais, sans pour autant faire fuir les fans originels qui trouveront ce qu’ils attendent de Sigur Ròs : de la magie, et surtout une bonne dose de savoir-faire, prouvé ici une nouvelle fois.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Sigur Ròs


Takk..


Critique d'album

Sigur Ròs


Agaetis Byrjun


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également