↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Shiva's Headband


Take Me To The Mountain


(15/10/1969 - Capitol - psychédélique - Genre : Rock)
Produit par

1- My Baby / 2- Take Me To The Mountain / 3- Homesick Armadillo Blues / 4- Ripple / 5- Song For Peace / 6- Ebeneezer / 7- North Austin Strut / 8- Come With Me / 9- Good Time / 10- Kaleidoscoptic
Note de 2/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Album fondateur du rock psychédélique texan"
Steven Jezo-Vannier, le 20/09/2013
( mots)

Voici un album souvent oublié dans les "discothèques idéales" et pourtant incontournable puisqu'il est l'un des piliers du rock psychédélique texan. Shiva's Headband (le groupe de la tête de Shiva) est l'une des formations emblématiques du Texas avec The Thirteen Floor Elevators. Le groupe prend forme à Austin en 1967, autour de Spencer Perskin et de son épouse, Susan. À la fois compositeur, musicien et producteur, Perskin est l'âme du groupe. Il possède une solide formation de violoniste et de guitariste, obtenue durant ses années d'études à la Southern Methodist University de Dallas. Converti au blues psychédélique au milieu des sixties, il forme Shiva's Headband, prend place sur les scènes locales et sort deux premiers singles : "Kaleidoscoptic/Song for Peace" en 1968 et "Take Me To The Mountain/Lose The Blues" l'année suivante. Le premier titre de ce second 45 tours donne son nom au premier album, sorti en 1970, chez Capitol Records.
 
Shiva's Headband porte avec fierté son identité texane. Pour la réalisation graphique du disque, il fait appel à Jim Franklin, un artiste local, qui dessine sur la pochette de l'album un gouffre envahi par une armée de tatous, l'un des animaux symbolisant l'Etat du Texas. Jim Franklin est également le concepteur des affiches du Vulcan Gas Company, la salle de concert d'Austin dédiée au psychédélisme, dont le Shiva's Headband est devenu le groupe-maison. À la fermeture de l'établissement, Spencer Perskin et les acteurs de la scène locale donnent vie à l'Armadillo World Headquarters, (le quartier général mondial du tatou), nouvelle salle mythique de la ville, où défileront tous les groupes texans des années 1970. Dans le même temps, Spencer Perskin crée Armadillo Records, label dédié à la scène local sur lequel Shiva's Headband sort, en 1971, son second album : Coming to a Head. Quelques années plus tard, en 1977, le groupe sortira un troisième opus intitulé : Psychedelic Yesterdays, puis, en 1983, l'album In The Primo Of Life.
   
Take me to the Mountain reste le chef-d'œuvre de la formation. La douceur des mélodies tenues par le violon de Spencer Perskin, les claviers de Shawn Siegel et la guitare de Robert Gladwin, équilibre la forte présence rythmique du bassiste Kenny Parker et du batteur Richard Finnell. Cette association donne toute son identité au disque, celui d'une western-country modernisée ("Take me to the Mountain"), se teintant parfois de reflets empreints de folk anglais, intégrant des éléments de rock'n'roll ("Homesick Armadillo Blues") et de blues jazzy ("Ripple"). Dans l'ensemble, la musique du groupe fait de très fréquentes intrusion en territoire psychédélique et hippie ("Song for Peace", "Ebeneezer", "Good Time"). Les compositions rappellent tantôt l'acidité d'Al Kooper ("Ebeneezer"), tantôt les harmonies rythmées de The Band ("My Baby"). Derrière l'apparent éclectisme du tracklist, il ressort de l'écoute une étonnante cohérence, preuve que Take me to the Mountain est un album entier dans lequel Shiva's Headband donne la mesure de ses qualités.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également