↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Rob Crow


He Thinks He's People


(18/10/2011 - Temporary Residence - Pinback divisé par deux - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Sophistructure / 2- Scalped / 3- This Thread / 4- Tranked / 5- Prepare To Be Minded / 6- Buold / 7- Pat's Crabs / 8- So Way / 9- Locking Set Putnam In A Hot Topic / 10- Purpose / 11- I'd Like To Be There / 12- Unstable / 13- Hangnailed
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"La tête pensante de Pinback signe un album solo aussi simple que brillant"
Nicolas, le 03/12/2011
( mots)

Question qui tue : qui parmi vous connaît, en toute bonne foi, Rob Crow ? Pas grand monde, il y a fort à parier. Les plus fouineurs auront néanmoins reconnu la moitié cérébrale et inspirée de Pinback, petit duo indie pop originaire de San Diego et vanté à corps et à cri par votre serviteur depuis quelques années. Or étant donné que le cinquième album de Zach Smith et de l'ours californien ne verra pas le jour avant l'année prochaine (et mine de rien, le temps commence à se faire long depuis Autumn Of The Seraphs), autant ne pas se faire prier et aller se délecter d'un avant goût de ce qui nous y attendra. Ca tombe bien : si Pinback est encore capable de délivrer une matière au moins aussi consistante que sur cet effort solo, on risque de se régaler.

Parler de He Thinks He's People nous ramène à un problème habituel quant on s'attaque à Pinback : celui d'expliquer en quoi cette pop se révèle si singulière et jouissive. Ici, vous ne trouverez pas de refrain qui tue ni de ritournelle instantanée, pas de riffs ravageurs ni de contrastes auditifs séduisants. La pop de Crow repose sur des juxtapositions d'idées mélodiques nombreuses, parfois à peine esquissées, parfois longuement tournées en tous sens et mises en valeur par des lignes instrumentales qui s'ajoutent en surimpression. Presque pas de refrains, pas ou peu de riffs : l'homme préfère les arpèges de guitare, tant acoustiques qu'électriques, auxquels il accole une basse ronde et claquante, une batterie soft et des claviers sibyllins. Ceci, tout du moins, définit parfaitement le style de Pinback auquel l'apport de Zach Smith consiste essentiellement en des travaux de seconde voix, d'harmonisation, d'enregistrement et de production. Crow, à l'inverse, est le moteur du projet : c'est lui qui apporte sa vision géométrique des notes, sa science lumineuse des transitions et son avalanche de mélodies. Pensez quand même que cet album enchaîne treize titres, avec pour chacun deux ou trois thèmes au minimum, et le tout en moins de 35 minutes ! Cela vous donne une petite idée de la richesse de ce disque.

Pour autant, même si le style de Pinback se repère instantanément, Crow a souhaité explorer des facettes plus aventureuses de son songwriting dans ce projet solo, ceci afin de ne pas nous faire oublier que le type est omniprésent au sein de la scène trop peu connue de San Diego (il est également membre de Heavy Vegetable mais aussi de Physics, Optiganally Yours et Thingy, rien que ça). On retrouve donc une grande variétés d'ambiances sur ce disque : rythmiques extrêmement complexes ("Sophistructure" ou les schémas de Tool appliqués à la pop), acoustique tranquille ("This Thread", "Pat's Crabs", "Purpose", "Unstable", tous quatre de très haute volée), décharge stroboscopiques sous acide ("Build"), folk indie ("I'd Like To Be There"), alternance de dissonances de cordes et d'un refrain séraphin en diable ("Prepare To Be Minded", rappelant furieusement l'excellent "From Nothing to Nowhere") ou encore pop catchy atonale ("Locking Set Putnam In A Hot Topic", génialissime malgré sa simplicité apparente). Ailleurs, Rob Crow va flirter avec l'électro bon enfant sans ses à côtés tape à l'oeil ("Scalped", très planant, ou encore "Tranked" gonflé par des rythmiques soufflantes) quand d'autres morceaux se placent en pleine filiation pinbackienne ("So Way", "Hangnailed", magnifiques).

Il est toujours facile d'encenser un artiste peu connu : les amateurs apprécient toujours les fleurs lancées à leurs idoles, et la masse des incultes s'en soucie comme d'une guigne. D'ailleurs, on ne va pas se voiler la face : la plupart des lecteurs d'albumrock ne liront pas cette chronique. Dommage : les absents ne savent pas ce qu'ils ratent, car avec He Thinks He's People, Rob Crow nous livre un petit album de pop simple, aussi brillant que sans prétention. Aux dernières nouvelles, le prochain Pinback paraîtra en 2012 et aura pour nom Information Retrieved : on en piaffe d'avance.

 

Si vous aimez He Thinks He's People, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également