↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Rite


Hobo Metall


(02/05/2006 - Longfellow Deeds - Stoner Metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Of Shit And A Fan / 2- Blowflies / 3- In Need Of Discipline / 4- Bullet Rush / 5- Fistrule / 6- I Will Let You Down / 7- Ode To Nothing / 8- Bottomfeeder / 9- Full Frontal Backfire / 10- Hobo War
Note de 2.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Un disque à découvrir pour qui aime être pris pour un punching-ball humain."
Maxime, le 06/02/2007
( mots)

Jamais pochette d’album n’aura été si justement appropriée. Rite, c’est ça : un lutteur monolithique, 200 kilos à sec, agrippant le pauvre auditeur innocent par la colback pour lui imposer fissa une séance musclée de torture express. Palmarès : deux manifestes brutaux dédiés à l’étripage de barbaque. Arbitre : les frenchies de Longfellow Deeds, trop heureux d’assister au massacre. Groupe formé à la fin des années 90 par cinq finlandais aux noms de barbares viking, Rite n’a cessé, d’albums en albums, de chanter le broyage de chair, célébrer le pilonnage de colonne vertébrale, glorifier la mutilation sanguinolente. Leur troisième disque sera leur épitaphe : Hobo Metall, c’est le terme qu’ils ont choisi afin de décrire le bulldozer sonore qui leur tient lieu de musique. Même si elle se nourrit de riffs baveux de type stoner, leur mixture est en effet difficilement assimilable à un genre précis. Le combo n’a ni la verve contestataire du Hardcore, ni le décorum démoniaque de Slayer. Balayant d’un revers de machette toute référence à un quelconque contexte social, rejetant toute obédience à Satan, Rite concentre toute son attention sur la douleur, la sauvagerie, la bestialité, comme l’attestent les titres de leurs compos ("Of Shit And A Fan", "Fistrule", "I Will Let You Down").

Aussi douloureux qu’une séance de fist-fucking non consentie, les 10 titres de Hobo Metall se la jouent Jackass au goulag, les rires gras en moins, l’hémoglobine en plus. Prenant nos esgourdes à partie, le groupe allume le hachoir à viande sur le cruel "Of Shit And A Fan". Guitares-tronçonneuses, batterie-marteau piqueur, basse-exploseur de plexus, soit le cauchemar ultime de tout fan de Keren Ann. L’entreprise de démolition se poursuit de plages en plages, déroulant la liste des ecchymoses : écartèlement sadique ("Blowflies"), castration violente ("Fistrule"), cervelle trouée au gros calibre ("Bullet Rush"), décapitation sommaire ("Ode To Nothing"). Si l’ensemble se montrera redondant au possible pour le profane, l’amateur de musique bodybuildée appréciera la production, sèche et efficace comme il faut, ainsi que les changements de rythme qui se complaisent à varier les plaisirs de torture ("I Will Let You Down", "Bottomfeeder"). Expérience âpre et éreintante, Hobo Metall est à réserver à un public averti. En revanche, ceux qui aiment être pris pour des punching-ball humains seraient tout aussi indiqués de venir sur le ring se frotter à ces implacables bourreaux du riff. Victoire par chaos garantie.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également