↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Queens of the Stone Age


Villains


(25/08/2017 - Matador - Stoner rock - Genre : Rock)
Produit par Mark Ronson

1- Feet Don't Fail Me / 2- The Way You Used To Do / 3- Domesticated Animals / 4- Fortress / 5- Head Like A Haunted House / 6- Un-Reborn Again / 7- Hideaway / 8- The Evil Has Landed / 9- Villains of Circumstance
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (41 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Jeux de rouquin, jeux de Villain"
Maxime, le 08/09/2017
( mots)

Tada ! Josh Homme nous a livré l’album qu’il nous avait exactement promis. Souvenons-nous… Dans la foulée de la sortie de …Like Clockwork, il révélait en interview être fasciné par le diptyque The Idiot/Lust for Life, ces deux disques qu’Iggy Pop avait enregistré à Berlin sous la houlette de David Bowie et publié coup sur coup en 1977. L’ex Stooges y passait imperturbablement de l’introspection sourde à la bacchanale proto-punk. Ce grand saut de cabri stylistique ne pouvait qu’inspirer notre Ginger Elvis, cet adepte du contre-pied permanent, hanté à l’idée de ressasser des formules du passé. D’où ce compagnonnage consommé sur Post Pop Depression et qui ne pouvait que laisser des traces, tant ses Queens of the Stone Age ont toujours fait office de gigantesque catalyseur. Sur ses premiers albums, il recarénait les plus belles pépites issues des Desert Sessions et on retrouve, sur ses derniers efforts, des effluves de ses projets parallèles, Eagles of Death Metal, Them Crooked Vultures et autres Arctic Monkeys. Sans surprise, ce septième opus porte les stigmates de sa fructueuse collaboration avec l’iguane : l’entame "Feet Don’t Fail Me" provient directement de ces sessions (le titre n’avait pas été finalisé à l’époque) et Homme a avoué récemment avoir longtemps résisté à l’envie de se garder "Sunday" sous le coude pour la réserver à ses Queens. Dans le fond comme dans la forme, …Like Clockwork/Villains rejoue ainsi la schizophrénie de son modèle berlinois. Le premier se révélait sombre et hanté par la mort que le frontman avait fait plus que frôler, son successeur sera lumineux, décomplexé, immédiat. Dont acte.

"I just want to dance !" "Let’s dance !" "This is a song to make the girls dance !" Tous ceux qui ont assisté à un concert des QOTSA ces dix dernières années le savent : Baby Duck n’a que ce genre d’invective à la bouche dès qu’il monte sur scène. C’est à nouveau sans surprise qu’on le voit aujourd’hui s’acoquiner avec Mark Ronson et c’est à peine si on lève un sourcil quand on apprend qu’il est allé chercher le géniteur du single "Uptown Funk" – resucée funkoïde pour galerie d’hypermarché – davantage que le producteur de Back to Black ou d’Arabia Mountain. Avec une marge d’action non extensive (Homme est un producteur émérite et veille au grain), le poster boy pour GQ accomplit les aménagements nécessaires. Avec un line-up stable et éprouvé pendant plusieurs tournées et aucun invité pour faire diversion (une première dans la discographie du gang), les Queens sonnent ici comme un véritable groupe : très mise à l’avantage dans le mix, la basse de Michael Shuman torgnole et ronronne, Dean Fertita exhume de ses claviers de baveuses nappes carpenterriennes, les guitares, en retrait sur le disque précédent, sont de retour et cisaillent en fanfare – on est loin des grondements orgiaques desert rock d’antan cela dit, mais on s’est résigné à faire une croix dessus. Seule la batterie n’a subi aucun lifting visible, enclûmant ses tempos de façon lourde et machinique comme à l’accoutumée, et l’on peine à distinguer le jeu de Jon Theodore de celui de feu Joey Castillo. Les dégâts sont donc assez limités : pas de travestissement mainstream à déplorer, juste un petit recalibrage des turbines pour lubrifier ce qui se prétend être une imparable machine à déhancher.

Justement : Villains est-il cette fusion improbable entre Black Sabbath et Kool & The Gang que les premières critiques extatiques s’étaient dépêchées de vanter ? Evidemment non. Si la publication en avant-première du single "The Way You Used To Do", avec son rythme enlevé, ses handclaps et son refrain nonchalant pouvait pointer vers cette direction, dès la (trop) longue intro de "Feet Don’t Fail Me", on a compris qu’Homme n’adopterait pas la frontalité mais nous ferait le coup habituel de l’album long en bouche, gavé de chausse-trappes, de faux départs, de zig zags et de vertigineuses pièces à tiroir. L’art d’un "Lust For Life", du parfait morceau rock pour danser, exige une science de l’efficace, du vol direct, du gimmick un peu pute et on doutait que le Californien oserait – ou aurait encore la capacité – de s’abaisser à ce genre d’exercice qui réclame de lâcher prise ; une gageure pour un musicien aguerri qui prend désormais davantage son plaisir à arpenter les chemins sinueux que dévaler les pentes en ligne droite. Ou bien il faut entendre cette note d’intention comme on imaginerait un remake de Flashdance réalisé par Nicolas Winding Refn : de lents travelings sur des jeunes gens décoratifs aussi expressifs que des zombies, dansant dans un couloir sombre sous une pluie de néons stroboscopiques, avec un Josh Homme sanglé de cuir jouant la meneuse de revue virile.

En lieu et place du manifeste rock pour dancefloor auquel nous n’avons de toute façon jamais cru (on n’est pas chez LCD Soundsystem, ni même chez Death From Above ici), l’ex Kyuss se complait à affiner ce qu’il esquissait autrefois sur "Tangled Up In Plaid", "Battery Acid" ou hier sur "Smooth Sailing" : l’alliance du boogie rock rustique des premiers ZZ Top avec les refrains sucrés du glam, une fusion casse-gueule sur le papier mais qu’il avait toujours exécuté avec aisance, mains de charretier et voix d’ange. Il affine le polish sur cette réalisation en apportant aux meilleurs pistes de l’album ("Feet Don’t Fail Me", "The Way You Used To Do", "The Evil Has Landed") un délicieux lustre pop, labourant de mini débauches soniques où Humble Pie et Slade ripaillent de concert, tandis que Led Zeppelin sodomise Bowie dans une orgie glitter sur fond de Marshall gueulantes. Dommage que cet esprit ne perdure que par intermittence. Après avoir enclenché le groove synthétique de "Feet Don’t Fail Me" et expédié son single pailleté, le taulier siffle la fin de la récré, ralentit la cadence et tamise les lumières de l’arrière salle. Nous revoilà enserrés dans les rets de la "noirceur joyeuse", cette expression inventée par le géant rouquin pour décrire la couleur générale du mal aimé Era Vulgaris, et qui demeure la marque de fabrique de ses productions depuis lors, tel un leitmotiv obsédant.

C’est là où la comparaison avec les deux premiers disques solos de sa majesté Pop s’arrête, tant Villains se démarque finalement peu de son prédécesseur. La cavalcade ténébreuse "Un-Reborn Again" évoque "If I Had A Tail", tandis que le final "Villains of Circumstance" arpente le sillon tracé par la ballade lancinante "The Vampyre of Time and Memory" pour la muer en une marche grandiloquente qui semble appelée à reboucler sur "Keep Your Eyes Peeled". A l’inverse, le funk pachydermique suffocant de "Smooth Sailing" n’aurait pas dépareillé sur cette nouvelle livraison, comme s’ils provenaient des mêmes sessions. On pourrait d’ailleurs dire la même chose des textes qui, même s’ils sont moins directement autobiographiques que sur …Like Clockwork, brassent des thématiques voisines : regard ironique sur les mœurs contemporaines, rédemption, réversibilité du bien et du mal, difficulté et/ou nécessité de rester soi-même… on navigue dans des eaux similaires. Si bien qu’au fil des écoutes, on a la sensation étrange de découvrir, avec plusieurs années d’écart, le second disque d’un double album, tant Villains prône davantage le pas de côté, l’exploration d’une autre facette que la rupture franche. Le visuel de la galette, à nouveau confié aux mains expertes de Boneface, renforce ce sentiment d’unité et on a l’impression d’assister à la réunion de deux jumeaux séparés à la naissance, l’un se révélant juste un peu plus extraverti que l’autre.

Pour un frontman qui se gargarise en interview de la prise de risque, de la mise en danger, de la mutation permanente, on ne peut pas dire que l’on sente souffler le vent de la révolution sur cette septième réalisation. Car voilà 10 ans que Josh Homme (on pourrait même remonter à la seconde moitié de Lullabies To Paralyze, que même ses laudateurs les plus zélés n’évoquent jamais) commet plus ou moins le même disque. L’humeur générale, les thématiques, l’approche sonore et le traitement des guitares évoluent, mais le fond reste inchangé, soit un rock qui aime les contrastes, peaufine ses climats, accumule avec jubilation les breaks aventureux, se complaît à changer de pied au moment où l’on pense que le morceau nous a tout dit, confectionne avec gourmandise des mille-feuilles de riffs vrillés qui ne révèlent leur véritable saveur qu’au jeu des écoutes répétées. Comme ses aînés, on savoure ainsi Villains au casque avec un certain bonheur, un brin de perplexité, et parfois, une pointe d’ennui poli, notamment le long de ces ballades dispensables que même le chant enjôleur et assuré de Josh Homme ne parvient pas à transcender ("Fortress", "Hideway"). On apprécie les guitares martiales et tordues de "Feet Don’t Fail Me", le rodéo ramonesque "Head Like A Haunted House" que Homme dégobille façon Lux Interior gavé aux amphétamines, on goûte les barbelés électriques vaporisés dans un écho lugubre qui scandent "Domesticated Animals" tout en trouvant le titre un peu trop mécanique quand il aurait été hier délicieusement robotique. On regrette ces réverbs crades qui envahissent l’espace, ces mediums amples et nébuleux qui écrasent le plexus, ces lignes acides qui nous retournent le cerveau et qui nous faisaient réécouter "You Would Know", "Monster in the Parasol" ou "God Is In The Radio" jusqu’à l’obsession.

Mais avouer cela revient sans doute à commettre une erreur, tant le géant rouquin a toujours refusé la nostalgie et le retour en arrière. On nous répétera que le groupe gagne en profondeur ce qu’il perd en percussion. Soit. Sorti 15 ans presque jour pour jour après Songs For The Deaf, Villains pose les Queens of the Stone Age exactement là où son capitaine voulait les conduire : ni au-dessus, ni en-dessous de son chef d’œuvre indépassable mais ailleurs, loin de son ombre écrasante, empêchant toute comparaison. Avec plus de 25 ans d’activisme et après avoir – excusez du peu – créé un genre avec son premier groupe culte et publié deux des plus grands disques rock des années 2000, Josh Homme a payé son tribu au dieu païen du rock’n’roll et peut désormais se faire plaisir. Son pied, il le prend désormais à confectionner un "Evil Has Landed" supersonique, la pièce maîtresse de cet album, le "Song For The Dead" du QOTSA 2010 : un pur tour de force électrique constellé de duels de guitares jouissifs, de riffs crunchy en diable, d’un basse vrombissante qui lamine les reins, de lignes mélodiques entêtantes, de ponts en forme de gouffres abyssaux, avant de tout fracasser avec ivresse dans le mur du son. Ce titre, qui annonce de véritables boucheries en live, condense à lui seul l’idéal de composition et de maîtrise de son art dont fait aujourd’hui preuve Josh Homme et justifierait presque à lui seul d’aller se perdre dans les méandres de son Villains. Le bonhomme confirme à nouveau son statut de ponte du rock US et peut tranquillement se tirer la bourre avec son pote Dave Grohl, sur le point de débouler avec son neuvième Foo Fighters. Charge à la jeune garde, armée d’hymnes inédits et d’une énergie nouvelle, d’aller menacer un règne que l’on subit avec délice mais qui commence aussi à s’enliser dans une relative redondance. On continuera à se prosterner devant la maestria et la puissance de feu des reines de l’âge de pierre, tout en souhaitant ardemment un régicide.

Note de 2.5/5
Une étrangeté que ce Villains affreusement mal produit - qu'est ce que c'est que ce son de guitare... - très (trop) court et dont le seul vrai morceau de bravoure réside dans une conclusion remarquable de justesse. A réserver aux fans de Homme et sa troupe.
Note de 3.5/5
Josh Homme livre encore une fois un très bon disque, néanmoins pas meilleur que les trois précédents même s'il se montre plus frontal et, on va dire, plus "remuant". Villains ne gagne pas beaucoup à s'être fait produire par Mark Ronson dont la patte n'apporte foncièrement rien au cool-rock burné et fumeux des Reines de l'Âge de Pierre. L'intro à rallonge de "Feet Don't Fail Me" n'a pas grand intérêt (et aurait dû être séparée du morceau en question), les synthés distillés ici et là non plus, seuls les quelques essais de violons se montrent pertinents. La prise de son n'est pas optimale, et le traitement vocal en pâtit parfois. Par ailleurs ce LP 7, souffrant d'une entame enjôleuse qui peine à transcender son statut de Rated R revisité sans grand génie, gagne à être découvert et apprécié à la réécoute, ce qui permet notamment de jouir de très bons morceaux, bien écrits et bien construits, comme "Fortress", "Un-Reborn Again" ou le grinçant et entêtant "The Evil Has Landed". Les Queens Of The Stone Age demeurent plus que jamais une valeur sûre, même si leurs grandes années sont indéniablement derrière elles.
Commentaires
IMNOTROBOT, le 16/09/2017 à 15:51
C'est malheureux que les différentes communications au sujet de la production de l'album, de sa réalisation et au final du contenu de celui-ci ait conduit à des attentes bien trop démesurées et erronées de la part des auditeurs lambdas, critiques et amateurs du groupe et de la musique en général. Cela vient poser la faible limite entre écouter un album et le savourer comme pur récepteur d'un produit commerciale, et donc, cela vient bien marquer le glissement de la place de spectateur vers celle de consommateur. Pour ma part, premièrement déçu des sonorités premièrement abruptes et synthétiques de cet album très influencé Bowie/Iggy, j'ai petit à petit pu me saisir du contenu et pu en saisir les différentes émotions et influences de l'ensemble de la carrière des Queens (référence à l'époque Era Vulgaris, Rated-R -je pense à ce chœur faussement joyeux et l'orchestration de la fin de Un-reborn again-, Like Clockworck et le reste de ce qui a pu influencer Josh...). Rien de bien novateur, mais des bons morceaux maîtrisés et qui puisent ce qu'il faut pour venir nous dire quelque chose et dont la forme est très bien construite.N'est-il pas déjà novateur qu'un groupe avec l'univers de QOTSA puisse continuer à proposer ce qu'il fait si bien ? Tout se déroule parfaitement, il n'y en a pas trop de 9 titres, pas assez ? et bien il faut s'en contenter. Peut-être quelques intros-outros de morceaux que l'on aurait bien aimé retrouver comme thème récurrent et repère logique entre les morceaux, dommage... (Domesticated animals par ex...) Si l'on cherche du jamais entendu, de l'innovation surpuissante et de la création qui n'a déjà bien plus l'air d'exister dans l'industrie actuel dû au propre format de celle-ci et des canons actuelles musicaux, bref, que l'on aime rêver et fantasmer à chercher frénétiquement LE chef d'oeuvre qui viendra tout bousculer là-dedans, passez chemin. Des bons morceaux cohérent entre eux comme il est rare d'en entendre encore, juste patience à acquérir pour se permettre d'au moins en profiter, il me semble bien rare d'entendre ce genre de sonorités et de parti pris dirigé vers un si LARGE public chez d'autres groupes avec autant d'activité et de renommé derrière-eux...
Dragovan, le 11/09/2017 à 09:04
Très bonne critique de Maxime, comme toujours. Pour cet album de QOTSA, je suis mitigé. On sent en effet qu'il s'agit d'une suite logique de Clockwork (même ambiance, même artwork) mais je suis déçu par plusieurs points. Tout d'abord le nombre de titres : seulement 9 ! Un peu radin le Josh pour le coup. Ensuite pas de chanson forte qui se démarque véritablement. Autant dans Clockword, j'adorais Keep Your Eyes Peeled, If I had a Tail et I Appear Missing...qu'ici rien de ressort du lot ni me fait vibrer. J'aime bien Fortress et Evil has landed, mais pas de chair de poule ni envie de pousser le volume à fond. Côté positif : l'album est bien homogène et pas de chanson pourrie à zapper. Et je reconnais qu'après plusieurs écoutes, on apprécie mieux les chansons qui s'avèrent toujours aussi bien composées et complexes. Josh a du talent et je suis certain d'être plus emballé par le prochain album.
Skotor, le 08/09/2017 à 17:02
Merci pour cette excellente critique et pour avoir remis à sa place un disque que j'ai trouvé beaucoup trop surévalué par les médias (83% sur Metacritic ? La blague). Je suis plutôt adepte des changements, des évolutions, des transformations de style des groupes qui ont déjà quelques albums au compteur, mais là je me suis repassé la galette plusieurs fois pendant une semaine et j'ai abandonné - Like Clockwork m'avait fait le même effet. Le côté superficiellement complexe du disque prend le dessus sur la (petite) flamme furieuse qui habite quelques morceaux intéressants. C'est divertissant et bien construit, mais ça manque de profondeur et de bestialité. Lu dans Le Monde : "Quelques charges électriques prouvent que lorsque l’ascendant rock lourd prend le dessus, l’intensité des débuts demeure intacte...". Moi qui écoute en boucle les albums de Kyuss et l'éponyme en ce moment, j'ai bien ri.
adrock, le 08/09/2017 à 16:58
En tout cas, ils maîtrisent bien l'outil marketing les Queens. "Je ne respecte aucun code", "Je prends des risques", "on veut enflammer les dancefloors", il en aura pas fallu plus pour que 75% des critiques tombent dans le piège et crient à la révolution, alors qu'en fait non. Je mets au défi quiconque de réussir à enflammer un dancefloor sur un titre comme Hideaway.
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Nov. 2017
7
Album de la semaine
À lire également