↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Puscifer


Conditions of My Parole


(18/10/2011 - Puscifer Entertainment - Fourre-tout à la Maynard - Genre : Rock)
Produit par

1- Tiny Monsters / 2- Green Valley / 3- Monsoons / 4- Telling Ghosts / 5- Horizons / 6- Man Overboard / 7- Toma / 8- The Rapture (Fear Is a Mind Killa Mix) / 9- Conditions of My Parole / 10- The Weaver / 11- Oceans / 12- Tumbleweed
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (16 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Malgré ses apparences le second album de Maynard & Co est à prendre au sérieux."
Marc, le 17/11/2011
( mots)

Comme on pouvait s'y attendre, Maynard James Keenan a réussi à nous surprendre. Eh oui, ce contresens a sa logique car avec ce trublion il faut décidément s'attendre à tout. Ses adorateurs les plus impatients se morfondent toujours en espérant un nouvel album de Tool depuis près de six ans, d'autres, plus tolérants, se sont contentés de le voir reformer A Perfect Circle pour une tournée américaine, en attendant plus, forcément. Mais personne n'avait misé sur la récréation Puscifer pour une matérialisation réelle de son temps. C'est pourtant avec ce collectif créé de toute pièce par MJK et par faute d'une plus grande disponibilité que ce second album est né. En effet, le viticulteur-chanteur qu'il est depuis quelques années se plaît à rester auprès de ses vignes pour récolter les fruits de sa débordante passion, alors, pour marier l'utile à l'agréable, quoi de plus naturel que d'enregistrer un album dans ses caves, au milieu des fûts, en invitant une myriade de musiciens et deux chanteuses à partager sa fabrication.

Conditions of My Parole est donc sa dernière cuvée, dans laquelle il a investi beaucoup de ses propres liquidités sous l'identité de Puscifer Entertainment, avec une mainmise totale quant à l'indépendance de son projet. Plus qu'un groupe, Puscifer est un amalgame d'idées et d'expressions qui s'expriment à travers la vidéo, la comédie, la théâtralité absurde, l'obscénité et la confrontation d'innombrables styles de musique, y compris électronique, du metal à la country en passant par l'alternatif atmosphérique. Alors que le premier album V Is for Vagina avait vu le jour presque fortuitement, ce second opus ressemble davantage à un album proprement dit. Sur sa pochette on retrouve l'humour caricatural et potache de MJK, déguisé en taulard et affublé d'un énième postiche, mais il ne faut évidemment pas s'y fier. Pour ses fans et ceux qui le connaissent un peu, Maynard James Keenan est sans aucun doute l'un des artistes le plus intelligent, brillant et déroutant de la musique actuelle, et ce n'est pas cet album qui fera changer d'avis ses nombreux fidèles. 

La qualité vocale de MJK, toujours aussi impressionnante sur tous les rythmes et inflexions, est le principal atout de Conditions of My Parole. Il y forme un duo très complémentaire avec l'Anglaise Carina Round qui l'accompagne sur chacun des morceaux, excepté "Oceans" (Juliette Commagere). S'il y a une chanson pour chaque humeur et une ambiance pour chaque chanson, il faut reconnaître que les trois premières manquent toutefois de profondeur et apparaissent un peu sommaires dans leur construction. Beaucoup trop uniformes et lentes pour les fans de Tool, un peu trop trip-hop pour ceux d'APC ? Sans doute. Mais toute personne à la recherche d'un son plus détendu et expérimental devrait aimer l'une d'elles, au moins. Et si Conditions of My Parole couvre un grand éventail de styles musicaux avec une production sans faille, on retrouve notre Maynard adoré avec "Telling Ghosts" : une guitare obsédante au démarrage, une explosion de batterie et MJK de crier "The more you take, the more you need / The more you suck, the more you bleed..." avant que le tempo et les voix ne redescendent et ne remontent, sans l'envie d'une fin, ou presque. Le besoin d'un bon gros rock hybride et électronique est totalement contenté avec "Toma", où le chant toolesque de Maynard et la très lourde rythmique à la NIN ravissent les tympans. "The Rapture" rappelle le Thirteenth Step d'APC et des chansons comme "The Noose" et "Vanishing", avec le même genre de sensibilité dans l'atmosphère et les arrangements. Sur cette éclatante lancée, la chanson la plus Pusciferienne est donc bien "Conditions of My Parole". La plus groovy, la plus décalée et la plus provocatrice de l'album est un bijou à mettre en toute occasion pour vibrer au son des "oh oh oohh whoah whoaaah whoaa ohh" en dansant tel un zombie avant de finir par errer en plein décor de western lors d'un "Tumbleweed" crépusculaire.

Cet album est un "Twin Peaks in the desert" selon MJK. Si l'analogie n'apparaît pas immédiate, on se surprend à intégrer ces paroles sans condition au fil des passages. Avec des textes et des structures de morceaux plus étoffés dans son entame, cet opus serait même totalement réussi. Malgré tout, sans ressentir la force d'envoûtement que l'on peut éprouver avec Tool ou A Perfect Circle, ce second album de Puscifer finit par faire pleinement son effet grâce au magnétisme de Maynard James Keenan qui a définitivement l'art de provoquer quelques séismes intimes.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Puscifer


"V" Is for Vagina


Album de la semaine
À lire également