↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Panda Bear


Person pitch


(09/04/2007 - Paw tracks - rock electro psyché - Genre : Autres)
Produit par

1- Comfy in Nautica / 2- Take Pills / 3- Bros / 4- Im Not / 5- Good Girl/Carrots / 6- Search for Delicious / 7- Ponytail
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (13 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Un album magique et envoûtant. La pop fantaisiste a un avenir doré devant elle!"
Florent, le 21/08/2007
( mots)

Panda Bear, alias Noah Lennox, est un génie de la scène pop actuelle. Non seulement le garçon participe aux beaux jours d’un des groupes les plus innovants et intéressants en matière de folk-rock psyché actuel (les bien nommés Animal Collective ), mais en plus celui-ci travaille sur un projet solo pour le moins attirant. La recette semble simple : un vrai talent de mélodiste, des bidouillages électroniques et une voix adaptée à un style tordu et planant. Après un premier album prometteur, Lennox remet le couvert. A table, donc!

L'entame, semblable à un chant de cérémonie religieuse qu'on entendrait dans une cathédrale subaquatique, plante d'entrée le décor d’une musique s'avérant théâtrale, psychédélique et versatile. Il est toujours étonnant, à la première écoute, de ressentir autant d’attirance que de rejet au sein d’un même album. C'est pourtant le cas ici. On se prend à naviguer entre rêves et cauchemars, ne sachant pas bien où la musique vous entraîne, si ce n’est loin de la réalité.

Panda Bear aime à traficoter sa musique, et ajouter différents bruitages (cris d'animaux, eau, sirènes, pleurs, moteur...) et ingrédients de post-rock, tantôt oppressants tantôt lumineux. Sur ce Person Pitch, on songe parfois à Devendra Banhart comme à Sigur Ros ,comme sur le très planant "Take pills" au titre évocateur. Tambourins et chant en écho mettent en avant une atmosphère psychédélique rappelant notamment les Beach boys, les Byrds ou les Pink Floyd période 1967-68. Puis le tout s’accélère et s’enjolive ; l'envie vous prend alors de participer à une danse quelque peu mystique.

Les morceaux sont souvent joués sur différents rythmes, et accélèrent ou ralentissent d'eux mêmes à un certain moment, comme ciselés en deux. C'est le cas pour le petit chef d'oeuvre "Bros". Pourquoi chef d'oeuvre? Ce morceau tient tout simplement d’un certain génie. Introduit par un hululement (la nature et les animaux reviennent comme un leitmotiv tant au niveau des paroles que des ambiances), le tout évoque de très nombreuses influences et non des moindres. Ouvrez le tiroir pop psychédélique période sixties-seventies, saupoudrez le tout sur une ambiance tout en ondulations et en échos, et laissez-vous bercer au gré de la voix envoûtante de Lennox, comme dans un état second.

Le morceau se poursuit alors davantage vers le mystique (réincarnation ?), pour finir dans un semi brouhaha de bad trip. Panda Bear, tel un shaman, arrive à exhorter chez l’auditeur des choses enfouies et touchant terriblement aux tripes. On se laisse totalement guider au fil des différentes écoutes, et à chaque nouvelle, des choses inédites semblent se dévoiler.

On reste encore dans le « tiré par les cheveux », que ce soit sur le lancinant "I'm not "ou sur le diptyque "Good girls/carrots". Panda Bear, paraissant en équilibre instable, parvient à tenir la longueur sans souci, en acrobate bidouilleur de talent. D’ailleurs, si ce dernier morceau débute comme une danse indigène, rythmique et bruitages afro mis en avant, le tout se re-européanise si l'on peut dire, et revient sur des bases de brit-pop psychédélique plus avouées, et le tout prend une allure vraiment sympathique.

L'album se clôt sur deux morceaux encore très space : un "Search For Delicious" sombre et mélancolique, situé quelque part entre prog-rock et post rock, rappelant de ci de là quelques expérimentations de Thom Yorke ou encore une fois les Sigur Ros . Pour finir, la ballade apaisée "Ponytail" nous ramène lentement vers une réalité paraissant d'un coup assez fade et sans fantaisie. On ne sort donc pas totalement indemne du voyage au pays de Panda Bear. Ce Person Pitch est sans aucun doute un album majeur de l’année.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également
Compte-rendu de concert