↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

OK Go


Of The Blue Colour Of The Sky


(30/01/2010 - Capital Records - rock - Genre : Rock)
Produit par

1- WTF? / 2- This Too Shall Pass / 3- All Is Not Lost / 4- Needing/ Getting / 5- Skyscrapers / 6- White Knuckles / 7- I Want You So Bad I Can't Breathe / 8- End Love / 9- Before The Earth Was Round / 10- Last Leaf / 11- Back From Kathmandu / 12- While You Were Asleep / 13- In The Glass
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Quand OK Go tente la séduction susurrée façon Prince. Déstabilisant."
Elise, le 27/03/2010
( mots)

Ce qu'on aime avant tout chez OK Go, ce sont leurs clips. Ceci pour deux raisons principales : ils sont étonnants et redonnent un peu de sens à l'utilisation d'un clip, et ils permettent de savourer une chanson qui sans cela aurait intéressé beaucoup moins de monde. Parce qu'OK Go n'est pas vraiment le genre de groupe qui séduit les masses par un beat clair, une sonorité facilement cataloguée ou une voix hors norme. Ces américains se font un malin plaisir à mélanger les genres, les sons et les tendances, à la manière du bordel sans nom entraîné par une petite bille en fer dans le clip de "This Too Shall Pass". Of The Blue Colour Of The Sky va surprendre les fans de Oh No, précédent opus dansant et addictif. Ok Go passe ici la vitesse psyché-funk et décide d'ajouter une bonne dose de Prince dans sa mixture. Gare à l'explosion du petit chimiste.

D'abord, évitons à certains de perdre du temps. Si Prince vous agresse les oreilles à chacun de ses mots, si vous éxecrez les susurrements poisseux et pseudo torride du Kid de Minneapolis, il va falloir rapidement sélectionner vos titres sur Of The Blue... Sur les 13, une moitié fait l'impasse sur l'influence majeure du disque, et donne un coup de rock dans cet océan de sensualité funk version Ok Go. L'autre moitié lui est totalement dévouée, s'y plonge et s'y prélasse pour donner un coup de jeune aux vibrations oubliées de Prince. Que ce soit en lui injectant des cris et de la guitare saturée dans le déconcertant morceau d'ouverture "WTF?" (d'ailleurs assez mal choisi, plus rebutant qu'entraînant), ou en la jouant 100% référence sur "Skycrapers", les Ok Go malaxent leur référence, la presse et la coule dans leur pop-psyché si particulière."All Is Not Lost' est sûrement le plus représentatif de cette appropriation, mais Ok Go ne s'est pas arrêté là, et comme à son habitude, tente les mariages les plus improbables. Cela donne un moment assez drôle avec "I Want You So Bad I Can't Breathe" où l'alliance entre la pop minimale, la ryhtmique du refrain et la voix fonctionne bien. On a également la version geek avec "End Love", ses bidouillages en fond sonore et son ambiance futuriste ou le trip hippie "Back From Kathmandu" avec claquements de mains et timbales en soutien. 

Et puis, il y a tous les autres titres, différents, moins marqués au fer rouge de l'inspiration extérieure. Des titres où l'on trouve encore une fois un mix de genres et de sonorités. Entre le gentiment dansant "This Too Shall Pass", le très vibrant et sexy "Needing/getting" et le sautillant "White Knuckles" et sa trompette à sourdine, le non-amateur de Prince pourra trouver son bonheur. Toutes ces compositions brillent d'une inventivité ornée d'une pointe de décalage, tout comme l'ovni électro "Before The Earth Was Round", le très beau guitare-voix "Last Leaf" ou le morceau de fin "While You Were Asleep". Ok Go montre ainsi sa capacité à faire de tout, à jouer hors des cases et des marquages, sans pitié pour le pauvre gérant de rayon fnac qui ne sait où ranger le CD. Le meilleur rayon reste évidemment celui de la pop, car c'est bien de cela qu'il s'agit, une vraie pop qui utilise toute la culture qui l'entoure pour mieux s'enrichir.

Reste que Of The Blue... et son titre à rallonge est un album long, trop long. Il le parait d'autant plus qu'un manque de rythme dans les enchaînements et certaines longueurs inutiles dans les titres tuent l'excitation que peuvent susciter les meilleurs. Peut être faudrait-il un énorme clip pour illustrer tout cela, et attendre la fin sans s'ennuyer. En attendant, Ok Go s'écoute mieux au compte-goutte, au gré d'une envie pour un titre ou un autre, que d'un seul tenant.

Si vous aimez Of The Blue Colour Of The Sky, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

OK Go


Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également