↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Nada Surf


Lucky


(04/02/2008 - V2 Music - Power Pop - Genre : Rock)
Produit par

1- The Film Did Not Go 'Round / 1- See These Bones / 2- Whose Authority / 3- Beautiful Beat / 4- Here Goes Something / 5- Weightless / 6- Are You Lightning? / 7- I Like What You Say / 8- Je T'attendais / 9- From Now On / 10- Ice on the Wing / 11- Fox / 1- I Like What You Say (acoustic) / 1- Whose Authority (acoustic) / 2- I Wanna Take You Home / 3- Everyone's On Tour
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (23 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Du Nada Surf sans aucune surprise..."
Jerome, le 25/02/2008
( mots)

Mais que peut encore avoir à prouver un groupe tel que Nada Surf ? En l'espace de douze ans, ces trois américains ont pratiquement tout vécu. Propulsés par un hymne teenager par excellence, lâchés par leur maison de disque au moment du deuxième album car jugé commercialement incorrect (The Proximity Effect), revenus d'entre les morts à grands coups de batailles juridiques avec un troisième album (Let Go) sortis de leur propre structure MarDev et dont la production sera payée par billets de 1 et de 5$ issus du merchandising des tournées, et enfin, consacrés par The Weight Is A Gift, disque considéré entre autres par Mojo comme étant l'un des chefs d’œuvre de ce 21ème siècle. Pas mal, n'est-ce pas ?

Pour leur cinquième production, Nada Surf se charge donc de continuer sur sa lancée, reprenant les choses un peu la ou The Weight Is A Gift les avait laissées. Le disque s'ouvre sur "See These Bones" et la participation de Ben Gibbard des Death Cab For Cutie , suivi par "Whose Authority". Deux titres impeccables comme peuvent en pondre nos trois musiciens, un poil calibrés mais diablement efficaces. On replonge directement dans l'univers du combo, dressé au fil des mélodies accrocheuses de Mathew Caws. Un peu moins linéaire que son prédécesseur, le groupe arrive à se montrer même un peu plus ambitieux avec notamment la venue de quelques guest tels qu'Ed Harcourt au piano sur "Beautiful Beat" et sur l'étonnant "Weightless" ou encore Martin Weeks de Calexico histoire d'assurer les parties de cuivres de "Ice On The Wing". Les rythmiques sont toujours aussi accrocheuses, et Nada Surf semble parti pour se tracer une nouvelle route sans embûches dans les sillons.

Enchaînez douze bons titres les uns aux autres et vous obtiendrez forcément un bon album. Mais voila, le gros problème de Lucky est, qu'à trop vouloir bien faire, Nada Surf ne fait plus preuve d'aucune audace. Le disque se déroule sans véritable surprise, l'ensemble est bien ficelé, lissé, empaqueté mais paraît rapidement beaucoup trop familier. Difficile en effet de ne pas avoir l'impression de déjà connaître toutes ces mélodies, de déjà les avoir entendues milles fois, aussi efficaces soient-elles. On a un peu la sensation d'évoluer dans la routine d'un vieux couple. On aime bien l'autre et tous les petits moments que l'on peut passer ensemble, mais il n'y a plus ces petits fourmillements des débuts. Cette petite boule au ventre avant la rencontre, la moiteur des mains lors de l'effeuillage. Ici tout est cousu de fil blanc, tout semble déjà calculé.

Et pour ceux qui attendaient un peu plus du groupe, il faudra alors aller fouiller au fond du deuxième disque, pour peu d'avoir opté pour l'édition limitée de l'album. Passé les deux premières pistes, simples versions acoustiques de "Whose Autority" et de "I Like What You Say", se cachent deux morceaux nettement plus intéressants. Clin d’œil aux fans de la première heure ou envie de renouer avec leurs aspirations passées, on se demande juste pourquoi Nada Surf a dissimulé ainsi, dans les dernières pistes comme des gamins un peu honteux, "I Wanna Take You Home", en duo avec Juliana Hatfield, et "Everyone's On Tour", le premier possédant une bonne dose d'énergie sous jacente et le deuxième renouant carrément avec l'électricité des amplis. Ou peut être est-ce tout simplement une petite blague faite à tous ceux qui, depuis toutes ces années, attendent simplement d'eux un "Popular Bis". De quoi faire jaser sur les forums...

En attendant, Nada Surf reste ce qu'il a eu tant de mal à devenir. Un groupe de pop des plus honorables. Peut être même un des meilleurs de ces dernières années. De ces groupes dont on sait que, quoi qu'il fasse, on ne sera pas bien loin pour venir jeter une oreille. Quoi qu'il arrive, on viendra se tenir au courant de leur santé, de leur évolution. Et pour peu que vous soyez un tant soit peu amateur de cette pop douce et touchante qu'ils savent si bien distiller, on ne peut que vous conseiller de nous suivre. Quitte à avoir l'impression qu'ils ont tendance à se répéter.

Si vous aimez Lucky, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Nada Surf


You Know Who You Are


Critique d'album

Nada Surf


The Weight Is A Gift


Album de la semaine
À lire également