↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

My Concubine


La Tangente


(12/12/2004 - Happy Home Records / Nocturne - spleen pop mélancolique - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Comme Knox Johnston / 2- Les numéros de beaux salauds / 3- La tangente / 4- Les sorcières de Salem / 5- Divin Loser / 6- Perdus en hiver / 7- Ecoloving système / 8- Le hasard et la nécessité / 9- Ex hippie / 10- A vif / 11- Maudit petit ange
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (24 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Prendre La Tangente et s'abîmer dans les délicieuses contrées du spleen-rock..."
Nikko, le 19/01/2006
( mots)

Délicieuses contrées du spleen-rock, embarquement immédiat. Prendre La Tangente et s’abîmer, au choix, dans les abysses marins, dans les vapeurs d’alcool ou s’abîmer, tout simplement et douloureusement. My concubine, combo parisiano-londonien aux allures badines mais aux productions chiadées, avec ce deuxième album, creuse l’écart, prenant la tête autant qu’ils se mettent en marge. C’est ennuyeux, mais l’ennui, c’est la source qui abreuve leur pop-song mélancolique, épaisse, liquoreuse sans être sirupeuse, éthérée sans être clinique. S’ils s’en foutent, Eric Falce et Pascale Kendall en tête, de faire différemment, c’est probablement qu’ils font mieux. Mieux que La position du tireur couché, cousins burlesques jamais élégants, perdus par cette même filiation à Gainsbourg qui sublime My Concubine. C’est qu’ici elle n’écrase rien, ne parade pas, ne cherche pas à s’assumer dans le second degré d’une variété sixties. Ici, tout n’est que désordre et beauté, détresse calme et volupté.
Onze titres comme autant de pellicules, univers cinématographiques développés en sépia et éclairés dans le brouillard, écrits avec goût, chantés avec classe par deux voix sibyllines glorifiant les médiocres et leurs déficiences. Presque un album-concept, baudelairien dans l’esprit, qui aurait dû propulser nos dandys mélancoliques vers une reconnaissance logique. Mais n’est pas clinquant qui veut. Le brillant son mât de My Concubine attendra leur troisième opus pour connaître une méritée consécration.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également