↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Muse


Hullabaloo Soundtrack


(01/07/2002 - Taste - Evo rock - Genre : Rock)
Produit par John Leckie, Paul Reeve, Matthew Bellamy, John Cornfield

1- Forced In / 2- Shrinking Universe / 3- Recess / 4- Yes Please / 5- Map of Your Head / 6- Nature_1 / 7- Shine Acoustic / 8- Ashamed / 9- The Gallery / 10- Hyper Chondriac Music / 1- Dead Star / 2- Micro Cuts / 3- Citizen Erased / 4- Showbiz / 5- Megalomania / 6- Dark Shines / 7- Screenager / 8- Space Dementia / 9- In Your World / 10- Muscle Museum / 11- Agitated
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (57 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
""
Jérémie, le 01/01/2002
( mots)

Il y a des groupes comme ça, j'ai vraiment l'impression qu'ils ne réussiront jamais à me décevoir... et Muse est le premier de ceux-là.
Ces trois Anglais nous ont donc sorti un double DVD en même temps qu'un double CD. Rien que ça !
Alors parlons du double CD... Déjà son nom. Hullabaloo. On pourrait croire que c'est une province exotique dont ils sont tombés amoureux lors de leurs voyages à travers le monde. Mais non, ça veut tout simplement dire... VACARME !
Le premier CD de ce Vacarme contient donc une sélection de B-Sides enregistrées entre Mars 1999 et Octobre 2001, c'est à dire la période où Muse a commencé à jouer dans la cour des grands (leur premier album est sorti en septembre 1999) jusqu'à leur double date au Zénith de Paris.
Inutile de dire qu'on a droit à tout sur cette sélection de Faces B (ouais, c'est le terme français). C'est justement le but même de ce genre de compilation : cela permet de se rendre compte de toute la diversité (ou pas ;)) d'un groupe et de découvrir ses faces cachées, des morceaux plus expérimentaux, (plus personnels aussi ?).
Et sur ce coup là, bien sûr, ils ne vont décevoir personne ! Certains chansons, comme "Shrinking Universe", auraient pu figurer sur un album, elles sont de la même trempe, dans le même style : refrains accrocheurs, énergiques, moments plus calmes, et toujours très mélodiques. D'autres font carrément dans l'étrange, le bizarre ("Forced In" ou "The Gallery" - totalement instrumentale), des musiques qui pourraient figurer dans des films nimbés de mystère, où le groupe nous montre qu'il aime triturer les sons, combiner les effets pour trouver ce qui leur convient, ce qui installera l'atmosphère qu'ils souhaitent... A côté de ça, "Yes Please" joue dans un registre plus fou fou, dans le style "on fait du bruit et on veut que ça bouge". Et puis on passe sur des choses plus calmes, mais toujours aussi mélodiques, qui changent cependant de ce qu'ils nous font d'ordinaire : "Nature_1", du Muse mais à base de guitare sèche, "Shine Acoustic", une douce petite ballade, "Map Of Your Head", une petite chanson amusante et originale, excellente elle aussi, ou encore une des mes préférées, "Hyper Condriac Music", qui ressemble à "Hyper Music" (de Origin Of Symmetry), mais dans une version très calme, très triste et étrange, bourrée d'une énergie toute contenue.
Un premier CD qui nous montre donc beaucoup de facettes de ce groupe que je vénère (était-il besoin de le préciser ?), et chacune de ces chansons est excellente, soignée et menée à bien comme ils le souhaitaient. On pourrait croire qu'ils attachent moins d'importance à leurs Faces B, mais ce n'est absolument pas le cas.

Ecoutons maintenant le deuxième CD. Très intéressant lui aussi, puisque c'est un CD live enregistré au Zénith de Paris les 28 et 29 Oct. 2001. Pour une fois qu'un groupe jeune, en pleine progression, nous sort un CD Live, plutôt qu'un vieux groupe sur le déclin...
Et là où c'est vraiment intéressant, c'est qu'on peut se rendre compte de ce que Muse donne sur scène. Là, on a la droit à du brut, à du live, et Muse en live, ils savent se déchaîner ! Matthew Bellamy n'hésite pas à se déchirer la voix, les sons sont puissants, les riffs explosent (les guitares aussi, remarque...), et la qualité du live est vraiment excellente. Ce CD ne privilégie ni les chansons les plus bruitesques ni les plus douces, mais allie les deux et passe de l'une à l'autre, quand ce n'est pas les deux en même temps sur un même titre ("Citizen Erased" ou "Dark Shines"). Mais que ce soit dans la douceur où dans l'énergie, Muse excelle. Leur son est explosif, mais il sait également être doux et s'envoler dans des hauteurs lyriques.
On retrouve sur ce deuxième CD leurs "tubes" "Showbiz" et "Muscle Museum", mais c'est tout, pas de "Sunburn", de "Newborn", pas de "Plug in Baby", de "Bliss" ou de "Feeling Good"... ce qui n'est pas plus mal : autant privilégier l'originalité !

Allez, j'arrête ici les superlatifs ! Ce double CD, c'est vraiment du bon, on y trouve les côtés les plus introvertis, les plus personnels du groupe et on découvre toute leur énergie sur scène.
Vive Muse !

Avis de première écoute
Note de 4.5/5
L'apothéose du groupe dispensée en 2 galettes d'exception. Un live diaboliquement efficace, enragé où la puissance scénique des Anglais explosent le quota d'endorphine moyen dans le corps de tout auditeur. "Dead Star" s'impose comme un titre majeur et comble l'absence dommageable des hits du groupe ("Plug In Baby", "New Born"). Régal inégal, les b-sides proposent quelques efforts non essentiels mais offrent le luxe de (re)découvrir l'immense talent de Muse pour la composition de titres rock épiques ("Yes Please"). Malheureusement, pour la (presque) dernière fois...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Juill. 2019
5
Critique d'album

Muse


Simulation Theory


Critique d'album

Muse


Drones


Critique d'album

Muse


The 2nd Law


Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également