↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

KaZ


Incandescent


(12/09/2005 - - - Genre : Rock)
Produit par

1- Enragé / 2- Rien / 3- Mademoiselle / 4- Tout est pareil / 5- RAS / 6- Sur Terre / 7- Facile / 8- 27 ans / 9- Petite soeur
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Rock énervé à souhait, et en français ..."
Lilian, le 01/11/2005
( mots)

Auteur il y a 3 ans d'un 6 titres bien accueillit par la critique, "Hier ou demain", KaZ revient avec son premier véritable album autoproduit: "Incandescent". Il faut tout d'abord souligner l'effort qui a été fait sur le packaging; de quoi faire pâlir moult graphistes. Une identité graphique qui est d'ailleurs lié au clip du tube "RAS", tout simplement somptueux et tout en dessins animés. Bref un support de grande classe pour une musique qui en vaut bien la peine.

Et oui, car dans l'univers underground des autoproduits se cache parfois de véritables petites perles. Et à l'instar d'autre Demago ou Stuck in the Sound, le quatuor de KaZ à tout pour devenir un des grands groupes du rock français. "Incandescent" nous dévoile neufs titres fait d'un rock aussi énervé que délicat, où la guitare un rien saturée ne cesse d'asséner sa colère, alors que le chant vacille constamment d'une sombre quiétude vers des cris de rage. Un chant toujours juste qui ne va jamais dans l'excès. Le titre (tube) "RAS" est d'ailleurs la meilleure synthèse de cet album. L'ambiance oppressante qui règne dés les premiers accords et bien tenue par le chant, disparaît dans un final explosif. Ainsi KaZ livre sur cet album des chansons mélodiques et énervées ("Enragé", "27 ans", "Tout est pareil") mais sait aussi nous proposer des titres bien plus légers, mais tout de même sombres, comme "Sur terre", tout en acoustique, "Mademoiselle" ou encore "Facile" et ces étranges vocalises pendant les refrains. "Petite sœur" est quant à lui un titre où l'intérêt principal se situe dans le message qu'il propose. Car si KaZ s'en sort avec mention au niveau musicale, il ne faut pas non plus oublié de saluer la qualité des paroles. Les textes, intelligents et bien dosés, valent bien qu'on s'y attarde un peu.

Même si la production exige un léger réglage du son pour faire ressortir au mieux les basses, cela n'enlève rien du tout à la qualité de cet album. KaZ est un groupe qui ne devrait pas manquer de se faire connaître, et qui permettra une nouvelle fois de réconforter ceux qui penseraient que la scène française n'a pas d'avenir. Et en attendant de les croiser enfin sur scène, "Incandescent" n'en finira pas de passer en boucle dans ma platine.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

KaZ


Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également