↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Kaiser Chiefs


Education, Education, Education & War


(31/03/2014 - Caroline Records - Brit-rock - Genre : Rock)
Produit par

1- The Factory Gates / 2- Coming Home / 3- Misery Company / 4- Ruffians On Parade / 5- Meanwhile Up In Heaven / 6- One More Last Song / 7- My Life / 8- Bows & Arrows / 9- Cannons / 10- Roses
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (11 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.0/5 pour cet album
"Un album aussi pénible que son titre"
Mathilde, le 30/04/2014
( mots)

Kaiser Chiefs 2014, c est comme du pain de mie sans rien dessus, ça a du mal à passer. Eux qui représentaient la Grande Bretagne côté classe populaire : le foot, le fish and chips, les tenues improbables, les refrains de masse et la gouaille qui va bien... Kaiser Chiefs n'est plus. Garçons cherchent identité. Les anglais semblent en effet en mauvaise posture suite au départ de Nick Hodgson, le compositeur en chief. Si vous cherchez le groupe originel, vous le trouverez plus certainement sur sa compil Souvenir, car c'est tout ce qu'il en reste.

La déchéance d'un groupe en dix chansons, du Maxïmo Park qui aurait picolé... Pas facile de s'enfiler Education, Education, Education & War sans s'offusquer. L'album précédent s'intitulait The Future Is Medieval (mais quel futur nom d'un chien?!). Savent-ils au moins quelle voie emprunter? Celle de Ricky (de voix) a aussi changé d'ailleurs... Finalement est-ce qu'on parle bien de Kaiser Chiefs? C'est à y perdre son anglais tant l'image du groupe a subi une profonde mutation. La plus manifeste réside en l'allure du chanteur qui a perdu du poids, des cheveux jusqu'à en être méconnaissable lui aussi. Peut être que son admission récente dans l'émission musicale aux gros fauteuils rouges qui tournent y est pour quelque chose. Faisons le calcul: - un batteur/compositeur - dix kg + une place au jury de The Voice, ça donne quoi? Beaucoup de talent en moins, à n'en point douter. Pourtant on leur demandait pas grand chose depuis la dernière fois, où ils n'avaient déjà pas été foutus de choisir seuls les titres à éditer (l'auditeur devait se composer lui-même son album en piochant dans une liste).

Ils auraient pu tenir le cap quoi, faire perdurer leurs hymnes qu'on appréciait, surtout en été, dans les festivals ou les barbecues, en brayant des "lalalalala nanana"... Si on décortique un peu cet album, désormais on rigole jaune. "Boss and Arrows" a des relents de Stone et Charden, "One More Last Song" des échos d' une Laroux qui se serait intoxiquée avec sa teinture... Les repères du groupe de base se retrouvent peut-être seulement dans les accords au synthé. Mais c'est cheap tout ça car noyé dans un tas de mélodies mal finies et bien trop expédiées façon My Chemical Romance, c'est dire. Quoi d'autre?  Le premier single "Coming Home" ressemble à une chanson de boys band... inévitablement on y vient, tellement l' ensemble de Education, Education, Education & War est caricatural. Et "Roses" enfonce une dernière fois le clou de la médiocrité en bonne dernière. Seul un titre, UN seul peut s'avérer digeste et chief-iens : "Ruffians Are On Parade", triste. L'ensemble est finalement davantage délavé que réellement changé, il y a eu comme une erreur de programmation dans la machine à laver des Kaisers .

Se maintenir, se renouveler ou se perdre? C'est la grande question à laquelle se confronte un groupe qui fonctionne à chacun de ses nouveaux disques. Le manque de discernement est sans doute ce qui a le plus manqué aux Chiefs à l'heure où il faut se presser un peu plus fort le citron si on ne veut pas disparaître parmi le magma de la scène anglaise, en constante ébullition. C'est dommage parce qu'on les aimait bien, mais cet arrière goût d' inquiétude flottait depuis la dernière fois et on n'est finalement pas si étonnés du dénouement ridicule de cette affaire. Les Kaiser Chiefs n'ont jamais rien sorti d'exceptionnel, et on ne leur en demandait pas tant, mais entre le divertissement et l'imposture la frontière est mince, et a malheureusement été franchie ici.

Avis de première écoute
Note de 1.5/5
Méconnaissables, les lads de Leeds s'embourbent dans un rock indé sans inspiration ni panache.
Avis de première écoute
Note de 3/5
Rien de neuf sous le soleil de Leeds : le rock popu et harangueur de Kaiser Chiefs remplit le contrat et fait chanter les foules. Et c'est déjà pas mal.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Kaiser Chiefs


Duck


Critique d'album

Kaiser Chiefs


Stay Together


Album de la semaine
À lire également