↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Damon Albarn


Everyday Robots


(28/04/2014 - Parlophone - Britpop boy - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Everyday Robots / 2- Hostiles / 3- Lonely Press Play / 4- Mr. Tembo / 5- Parakeet / 6- The Selfish Giant / 7- You And Me / 8- Hollow Ponds / 9- Seven High / 10- Photographs (You Are Taking Now) / 11- The History of a Cheating Heart / 12- Heavy Seas of Love
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (12 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Premier album de Damon Albarn qui vient couronner 25 ans de succès. Enfin."
Geoffrey, le 28/04/2014
( mots)

De Blur à Dr Dee, en passant par Gorillaz, le chemin tortueux, long de 25 ans, parcouru par Damon Albarn a toujours su le guider jusqu’à la reconnaissance du public et des critiques pour l’intelligence de ses productions, leur originalité et leur qualité. Une vingtaine d’albums (soit presque un par an), et autant d’occasions pour son public d’espérer que le prochain disque sorti de la tête de cet hyperactif de la musique soit un produit de sa propre entreprise, qu’il se mette enfin à son compte. C’est donc avec une confiance certaine, parce qu’on croit connaître l’individu, qu’on accueille Everyday Robots, cette dernière sortie qui était tant attendue.

Damon Albarn parvient tout de même à encore nous surprendre avec ce nouvel album. La pochette elle-même préfigure une certaine sobriété qui n’est pas du style des précédentes sorties, souvent plus graphiques, plus colorées. L’ancien leader de Blur est assis, là, sur son tabouret, regard vers le bas, contre un fond gris ciel anglais, comme pour se confesser. Intimiste ? Everyday Robots s’annonce être comme un livre ouvert sur l’artiste à son public. Et ça se ressent musicalement par une atmosphère toute particulière, à la fois sombre et nonchalante, à laquelle on ne s’attendait pas forcément au vu de ses projets passés. En revanche, on n’est moins surpris quand on pense au titre "Everyday Robots" offert à la toile fin janvier dernier, qui déjà ne brillait pas par sa jovialité. Depuis ce moment et l’annonce d’une date de sortie, on se remémore ce qui nous a attiré chez l’individu au look d’éternel ado, son histoire personnelle, musicale, jonchée de succès souvent marqués par des rythmes soutenus. Pop, rock, hip-hop, autant de facilités lo-fi commerciales qu’on ne trouvera donc pas ici. Au contraire, la production est riche, bien que sobre. Elle est envoutante, ambitieuse et travaillée, à l’image d’un "Lonely press play" et son piano jazzy, ou d’un "You & me" à tiroirs qu’on aime voir s’ouvrir progressivement les uns après les autres durant ces 7 minutes. 

Musicalement, toute cette démarche se traduit donc par des morceaux lents, posés. Un rythme peu élevé que Damon Albarn accentue avec beaucoup de groove, sorte de fil conducteur qui traverse tout le disque, et lui donne ce relief qui lui va si bien. Sur "You & me", une fois encore, la basse voluptueuse vient nous transporter et nous bercer. Idem pour "Hostiles" et "The selfish giant". Trois morceaux intimistes qui nous dépeignent un Damon Albarn sentimental, adulte, loin du type fun qu’on pouvait s’imaginer à son propos. Il y a bien pourtant "Mr Tembo", chanson sur un éléphanteau de Tanzanie, présent pour nous faire mentir. On y trouve toujours ce groove, mais aussi un accompagnement par un ensemble de Gospel, du ukulélé, et surtout un rythme plus enjoué. Nul doute que nous tenons là le tube de l’été. Passé ce titre, il faut donc prévoir d'écouter l'album dans une ambiance feutrée pour un ensemble de titres qui l’est tout autant, façon piano-bar, au plus proche de son auditoire. 

Davantage qu’un come-back sous les lumières et le prestige de la musique pop, Damon Albarn semble avoir hissé sa carrière d’un niveau encore. Pas celui où le génie touche-à-tout s’essaye à inventer des choses plutôt que de s’interpréter. Car c’est de ça qu’il s’agit : Damon Albarn s’interprète lui-même, il se livre. Il interprète sa musique, piquée çà et là de ses efforts discographiques passés (ses influences africaines sont présentes), ses paroles, parfois accompagné (Natasha Khan  sur "The selfish giant", Brian Eno sur "Heavy Seas of Love"), mais souvent seul, en toute simplicité. Une manière qu’à l’ancien leader charismatique des Blur de se mettre à nu dans un album des plus personnels pour nous toucher, avec la plus grande efficacité. Everyday Robots nous donne raison d’avoir attendu.

Avis de première écoute
Note de 2/5
Albarn achève sa mue bobo anglaise avec cet album chiant comme la pluie. Le pire c'est qu'il va régulièrement nous infliger des disques de cet acabit pendant les 20 prochaines années.
Avis de première écoute
Note de 3.5/5
A l'image de son protagoniste: classe, élégant et mordant.
Avis de première écoute
Note de 3,5/5
Un très bon exercice solo, de jolies chanson subtilement arrangées. Et ce n'est pas un admirateur de Damon Albarn qui parle...
Si vous aimez Everyday Robots, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également