↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Incubus


Morning View


(23/10/2001 - Sony Music - Funk métal - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Nice To Know You / 2- Circles / 3- Wish You Were Here / 4- Just A Phase / 5- 11 am / 6- Blood On The Ground / 7- Mexico / 8- Warning / 9- Echo / 10- Have You Ever / 11- Are You In ? / 12- Under My Umbrella / 13- Aqueous Transmission
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (28 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Incubus accomplit sa mue pop avec brio."
Pierre, le 22/04/2011
( mots)

Phénomène des 90’s, comme le grunge, la fusion (mélange de genres musicaux : rap/metal, funk/rock…) se craquelle doucement à l’approche du nouveau millénaire. Des grands noms (Faith No More, Red Hot Chili Peppers ou Rage Against The Machine), il ne reste pas grand chose, comme si la formule avait fait son temps. En cette période de crise, Incubus, frère d’armes des Red Hot, décide de se dévoiler sous une nouvelle facette. Mettant de côté l’explosivité qui avait fait le bonheur des fans de S.C.I.E.N.C.E., le groupe se tourne vers une approche musicale résolument plus pop, pleine de cordes, de chœurs cristallins et d’arrangements fouillés, tout en évitant de tomber dans le refrain mielleux.

Car, au risque de raviver de vieilles querelles, on peut aujourd’hui l’affirmer, Morning View, en plus d’être le meilleur album d’Incubus, est un grand disque de pop. Brandon Boyd et sa bande ont pris le parti de pondre un disque de synthèse où se retrouvent en vrac le meilleur du metal FM, de jolies mélodies et une volonté toujours affichée d’amener son grain de sel à l’édifice de la musique. Pour faire le lien entre l’énergie funk des débuts et son nouveau côté pop, le disque débute avec deux titres pieds au plancher, agréables sans être renversants. Rapidement pourtant s’ouvrent les portes d’un univers doux et reposant. Après "Wish You Where Here", passerelle entre l’ancien et le nouveau monde d’Incubus, les Californiens délivrent "Just A Phase", matrice de ce qui va suivre. Tout y est : la voix de Boyd, presque (trop) parfaite, les lignes de basses groovy, les scratch légèrement divulgués et une structure ultra efficace en forme de longue montée en puissance. Puis, Morning View distille tranquillement ses arguments. Des ballades épurées ("Mexico", "Warning") ou aux arrangements fouillés ("Aquous Transmission"). Des morceaux pêchus ("Are You In", "Have You Ever") portés par des guitares musclées et une section rythmique efficace. Un travail de production très propre fait le reste et permet à l’album de s’installer durablement dans la conscience de l’auditeur. L’atmosphère reposante qui s’en dégage est celle des matins ensoleillés passés à regarder les vagues s’écraser sur les rochers en contrebas.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Incubus


If Not Now, When?


Critique d'album

Incubus


S.C.I.E.N.C.E


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également