↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Idle Class


The Drama's Done


(31/05/2013 - Black Star Foundation - Punk rock mélodique - Genre : Rock)
Produit par

1- The Essence of Every Fight / 2- Chances Are For Poets / 3- Home? Prove It! / 4- Han Shot First / 5- Pass On The Bottle / 6- Defiant Kids / 7- Last Night I Got Drunk With Mark Twain / 8- Bridge Blues / 9- Angus One / 10- Sometimes You Eat The Bear
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"Du punk rock mélodique sans surprises"
Didier, le 07/08/2013
( mots)

Le punk rock mélodique, cet enfant des 90s, a ses deux écoles. La californienne, bercée aux sons de ses héros tels que Pennywise, Bad Religion, The Offspring et toute la clique signée par Epitaph et/ou Fat Wreck Chords. Et la Scandinave, époque Burning Heart, qui a enfanté de monstres sacrés tels Millencolin, No Fun At All ou Satanic Surfers. Des groupes qui ont connu un âge d'or certains, semant les graines du succès pour les Blink 182 et Against Me de ce monde, désormais millionnaires. Un genre qui s'est aussi trop souvent retrouvé face à ses contradictions, au point de bien souvent se faire taxer de "punk à roulettes". Un genre surtout qui, malgré le temps qui passe, ne s'est jamais vraiment renouvelé  - sans pour autant, il est vrai, perdre son succès populaire, qui reste toujours très significatif.

C'est donc dans ce petit monde aussi quadrillé que les eaux de la Manche que débarquent les Allemands de Idle Class, avec leur premier album, The drama's Done, signé chez les Suédois de Black Star Foundation (cela fait bien longtemps que Burning Heart a plié bagage pour s'unir à Epitaph en Europe).

Un artwork soigné, un très beau digipack en forme d'écrin, et au menu, une dizaine de morceaux menés tambour battant par les cinq (très) jeunes natifs de Munster.

L'ensemble penche plutôt du côté américain de la balance décrite ci-dessus, se veut festif au sens positif du terme, pêchu, voir même parfois légèrement rentre-dedans. C'est néanmoins très mélodique, bien balancé, assez carré et globalement insouciant. Des qualités qui auraient indubitablement permis à nos amis teutons de vendre des disques par camions il a quinze ans de cela.

Un chant en alternance, une petite touche emo, des chœurs destinés à mettre le souk en concert, des breaks, des contre-breaks, des départs à toute allure, des mélodies imparables , tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce "The Drama's Done" un excellent album de punk rock mélodique. Et, en termes de drame, c'est effectivement bien là que cela se trame: cette qualité correspond également à bon nombre de poncifs du genre, de ceux qui ont été ressassés des milliers de fois par une armée de punk rockeurs à travers le monde. Ce qui laisse tout de même à l'auditeur averti un arrière-goût de redite risquant de virer à l'écoeurement.

Un album tout de même fort bien ficelé, qu'on imagine réellement dévoiler toutes ses qualités en concert. The Drama's Done devrait sans problème convaincre les adeptes du genre, jeune génération en tête pour autant que celle-ci n'ait pas encore exploré tout le généreux back catalogue disponible dans le même registre. Pour les autres, on repassera sans doute tant cet album s'avère totalement dénué du moindre imprévu. Une triste injustice temporelle sans doute.

Si vous aimez The Drama's Done, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également