↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Headlights


Some Racing, Some Stopping


(19/02/2008 - Polyvinyl - Indie pop - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Get Yer Head Around It / 2- Cherry Tulips / 3- Market Girl / 4- On April 2 / 5- School Boys / 6- Some Racing, Some Stopping / 7- So Much for the Afternoon / 8- Catch Them All / 9- Towers / 10- January
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Laissez vous conquérir par cette indie pop venue de l'Illinois..."
Nicolas, le 03/10/2008
( mots)

Quand on essaye de rapprocher Illinois et rock, on pense immédiatement aux Smashing Pumpkins, seul phénomène local à avoir véritablement retenu l'attention du public. Ce serait oublier un peu vite que, dans cet état comme dans le reste des Etats Unis, de nombreux groupes indie - peu ou pas du tout connus - font vibrer les scènes locales et enchantent les amateurs éclairés de musique libre et originale. Issu de la séparation du groupe de dream pop Absinthe Blind et emmené par Tristan Wraight et Erin Fein, Headlights fait partie de ces formations quasi-anonymes dans notre douce France mais qui sont pourtant loin de démériter.

Le second effort studio de ce groupe de Champaign nous offre une pop sophistiquée de tout premier choix. D'emblée, on est conquis par la qualité des parties vocales assurées alternativement ou simultanément par Tristan et Erin. Avec en point d'orgue l'excellent "School Boys", véritable joyau de ce disque qui réalise à lui seul une symbiose parfaite entre masculin et féminin. Cette alliance de talents est mise au service d'une pop rock pimpante et ensorceleuse, douce-amère, alliant la chaleur optimiste des Beach Boys à la flamboyance lyrique de Band Of Horses, et réalisant un parcours musical éclectique puisant aux différents pôles de l'indie américain. Certaines chansons privilégient un son électrique appuyé et accrocheur ("Get Yer Head Around It", "Catch Them All"), d'autres préfèrent se focaliser sur des ambiances synthétiques qui font ressortir un synthé allant de l'harmonium léger ("Cherry Tulips") à l'orgue solennel ("Towers"), tandis que d'autres encore se parent de textures acoustiques simples ("Market Girl", épatant de fraîcheur). Tout n'est pas idéal, bien sûr, et on regrettera certains titres plus faibles qui alourdissent notablement la deuxième partie de l'album, comme "Some Racing, Some Stopping" ou encore le quasi-instrumental "So Much for the Afternoon", tous deux pêchant par manque de profondeur. Dommage également que "On April 2" s'enferme dans une couleur rétro peu flatteuse qui met si mal en valeur le chant d'Erin Fein, laquelle ne ménage pourtant pas son talent et réalise selon les plages un improbable grand écart entre l'insolence de Kate Nash et la douceur enjôleuse d'Enya.

Some Racing, Some Stopping est de la même trempe que nombre de disques indépendants US : noyé dans la masse des petites productions locales, pas forcément remarquable au premier coup d'oreille, mais pourtant d'une facture des plus honorables et ne demandant rien d'autre que d'être essayé. Il se pourrait alors que l'un d'entre vous ressorte véritablement charmé par ce disque et que celui-ci parvienne, le temps de quelques semaines, à vous faire oublier votre musique habituelle. C'est là que réside toute la magie des indies : on sait qu'à force de recherche, on finira par dénicher ce groupe qui nous touche tout particulièrement, qui résonne en harmonie avec notre être, même s'il semble laisser de marbre tous nos voisins. Essayez donc Headlights et soyez sans aucune crainte : les qualités dont font preuve ces américains ont toutes les chances de vous conquérir.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également