↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Ghost


Popestar


(16/09/2016 - Loma Vista Recordings - Heavy Metal / Doom - Genre : Hard / Métal)
Produit par Tom Dalgety

1- Square Hammer / 2- Nocturnal Me (Echo & the Bunnymen cover) / 3- I Believe (Simian Mobile Disco cover) / 4- Missionary Man (Eurythmics cover) / 5- Bible (Imperiet cover)
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (9 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Pop-Cornes"
Etienne, le 17/10/2016
( mots)

Les démons se mettent à la pop music.


A Ghost de nous refaire le coup de l’EP sorti de derrière les fagots. En pleine tournée américaine triomphale et après plus d’une année de pitreries sur les scènes du monde entier à prêcher sa vile parole, les ecclésiastiques fantômes ajoutent un nouveau verset à l’évangile Meliora, excellentissime troisième album parvenu l’an dernier aux oreilles des fidèles. A quelles ambitions peut décemment prétendre ce Popestar annoncé en deux genoux trois flexions quelques jours avant sa sortie ? L’un des Ghoûls-Sans-Nom avait évoqué une sensible continuité avec l’approche mélodique entamée au travers de Meliora, et un disque salvateur, une bouffée d’air divin dans les vapeurs asphyxiantes des tour-bus. Il est surtout l’occasion pour Ghost de démontrer qu’il sait tout faire, particulièrement ce dont on ne le soupçonne pas.


D’un groupe qui cite comme influence majeure – et dans la même phrase – ABBA, quatuor légendaire de la pop, et Venom, monument du heavy metal britannique qui a créé le black metal sans en jouer – tout un concept - on ne sait jamais trop à quoi s’attendre. Même si Papa Emeritus III et ses Ghoûls cultivent un goût prononcé pour le mélange des genres, ils restent avant tout un groupe de metal, heavy voire doom pour les puristes, découpant du riff comme un boucher du jambon. C'est précis, efficace et cela donne surtout l'ingrédient de base d'une recette qui fonctionne à merveille si l’on en croit la programmation de plus en plus tardive des fantômes sur les scènes des festivals. "Square Hammer", seul morceau propre à Ghost de l'EP, suit d'ailleurs parfaitement la route tracée par Meliora en appuyant ses guitares de claviers christiques et en pilonnant sa caisse claire d'une frappe martiale, direction un refrain prophétique à entonner à l'unisson avec son prochain. D'une efficacité monstre, ce préambule - qui a tout d'un futur classique - n'a pourtant rien à voir avec les quatre titres restants. Dommage ? Pas du tout, bien au contraire.


Alors que Ghost vient encore de faire étalage de son talent pour composer des hymnes heavy-pop - cf le clip un peu barré de "Square Hammer" - il expose avec Popestar une palette totalement différente de son patrimoine musical. Il ose s'aventurer dans les terres peu orthodoxes de la pure pop music (Eurythmics), de l'obscur post-punk britannique de la fin des 70's (Echo & The Bunnymen), même de l'électro moderne débilitante (Simian Mobile Disco) le temps d'un titre aux antipodes des fertiles entrailles des enfers desquelles il extrait sa principale matière. Papa Emeritus III ne loue plus les démons que sa caricature impose mais chante à plein poumon, avec toujours cette diction parfaite, comme le ferait l'homme derrière le masque. Fendant enfin la solide armure de la satyre, Ghost éteint la domination des guitares au profit de superbes arrangements monastiques ("I Believe") et de refrains exaltés lors d'un hommage au groupe suédois Imperiet ("Bible"). Croyance, châtiment, prophétie, Ghost ne renie aucunement son acrostiche vaticane mais l'ornemente d'une chape de cérémonie pop apaisée, élégante et inattendue. Brillant.


Papa Emeritus et ses Ghouls se laissent aller à quelques confessions inavouées sur ce Popestar aux allures d'hommage à des racines musicales profondes et personnelles. Sans toucher à ses valeurs, évidemment, car le doom metal si singulier de Ghost est toujours sous-jacent, présent par intermittences ("Nocturnal Me") ou tapi dans l'ombre d'un morceau dont la lourde chape sonore est palpable ("Missionary Man"). Popestar, ou comment réécrire ses dogmes pour mieux les adapter à un monde moderne en perpétuel mouvement. Et si Ghost calque son image sur celle des représentants religieux actuels, il serait bon que la réciproque puisse exister...


Chansons conseillées: "Square Hammer", "I Believe"

Note de 2.5/5
Un titre et quatre reprises dans un registre assez étonnant, excellent par ailleurs, mais même si on aime ce côté décalé et l'ambiance très spéciale qu'apportent les claviers, on ne peut que constater qu'avec le succès Ghost s'éloigne de plus en plus de ses racines metal qui ont fait d'eux un groupe majeur ces dernières années...
Si vous aimez Popestar, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Ghost


Meliora


Album de la semaine
À lire également


TalkTalk - Messagerie privée en direct