↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Fates Warning


Inside Out


(26/07/1994 - Metal Blade Records - Pionniers du metal prog - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Outside Looking In / 2- Pale Fire / 3- The Strand / 4- Shelter Me / 5- Island In the Stream / 6- Down to the Wire / 7- Face the Fear / 8- Inward Bound / 9- Monument / 10- Afterglow
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Un album typique du Fates Warning des années 1990"
François, le 29/10/2020
( mots)

Perfect Symmetry avait défini le son du groupe dans une perspective très progressive, Parallels poursuivait cette esthétique en étant plus direct et moins torturé quoique toujours froid et parfois sinueux. Inside Out est réellement l’album de la continuité tant les ressemblances avec son prédécesseur, dans les sonorités et les compositions, sont nombreuses. Ce n’est pas une simple répétition, un bégaiement, mais les deux albums fonctionnent ensemble, creusant la voie tracée avec les très progressif Perfect Symmetry sans approfondir cette caractéristique déjà réduite dans Parallels


"Outside Looking In" signe ainsi un manifeste vers la continuité. Rupture rythmique, mélodie du refrain, riff de guitare, tout évoque, un peu trop même, la couleur du groupe telle qu’elle se développe sur le précédent opus. On relève ainsi cette accessibilité propice à de bons moments très heavy ("Down to the Wire"), ou des morceaux accrocheurs ne reniant pas l’identité de Fates Warning. "Pale Fire" possède des mélodies très mémorisables, de nombreuses aspérités et un contraste bien géré entre un couplet assez sobre et un refrain plus dense. Le groupe se permet d’être un peu plus  aguicheur même sur "Shelter Me", mais attention, il ne tombe jamais dans le kitsch puisque le morceau regroupe les caractéristiques de la formation jusqu’aux plus exigeantes. On est donc bel et bien dans la suite directe de Parallels, le groupe mâtinant sa touche des sonorités 1990’s typiques de l’époque.  


Inside Out souffre pourtant d’un certain nombre de longueurs et d’un manque de relief à de nombreux moments qui rendent l’ensemble parfois un peu terne. "Island in the Stream", un des deux plus longs titres de l’opus, est dans cette catégorie, de même que le court "Inward Bound" tardant à lancer la belle suite qu’il annonce. Le final "Afterglow" laisse ainsi sur un souvenir un peu trop languissant (mis à part un petit thème jouait à la guitare relativement bien pensé). On pourrait aussi ajouter les passages sombres, mélancoliques et un certains minimalisme sur « The Strand ». 


Tout cela est heureusement compensé par de belles idées et deux très beaux morceaux. "Face the Fear" entre les jeux rythmiques très complexes et la composition des différents riffs et mélodies qui donnent un relief incroyable au morceau dans leur entremêlement savant mais envoûtant. Son final très progressif modifie l’ambiance du titre et ajoute encore de l’intérêt à l’écoute. De même la pièce plus ambitieuse qu’est "Monument" est à la fois prenante par son thème saccadé, puis sa partie chorus très expérimentale et rushienne (au niveau de la batterie, de la basse et du riff funky) – avec un excellent passage espagnolisant. Bref, Fates Warning a des idées à revendre. 


Inside Out satisfait par ses fulgurances et l’élaboration de son identité, mais il peut se révéler un peu trop redondant par rapport aux deux derniers albums, et manque parfois de relief. Si vous voulez vous procurer cet album, je ne saurai trop vous conseiller l’édition de 2012 qui comporte un premier disque contenant l’album, un second avec des pistes live et des démos (en plus du "Circle" inédit) et un dvd reprenant l’intégralité de l’album live avec des images glanées sur différents concerts entre 1993 et 2010 avec son lot de bonus. Une pièce de collection au prix raisonnable pour les amateurs de Fates Warning.  


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Fates Warning


FWX


Critique d'album

Fates Warning


Disconnected


Album de la semaine

Deftones


Ohms


"

2000. Après deux albums beaucoup plus bruts de décoffrage, Deftones sort son magnum opus, White Pony, considéré par beaucoup comme l’un des sommets indépassables de ce curieux courant musical aujourd’hui moribond qu’est (que fut ?) le nü métal, fruit de cette improbable alchimie entre les guitares ultra-distordues à la Meshuggah qu’affectionne Stephen Carpenter et la new wave des The Cure, Duran Duran et autres Bad Brain dont raffole Chino Moreno, lequel met dès lors un point d’honneur à tempérer ses hurlements par des phases chantées en apesanteur. Cette union des contraires permet au gang de Sacramento de survivre dignement alors que les Korn, Limp Bizkit, Incubus et autres Linkin Park mordent successivement la poussière, de gré ou de force. Vingt ans plus tard, que reste-t-il de la verve deftonienne, de cet entre-deux si saisissant, de cette bouillonnante association de talents ? Eh bien force est de constater que la machine infernale californienne fonctionne du feu de Dieu, et ce ne sont ni le précédent Gore, ni l’actuel Ohms qui viendront démentir cette affirmation, bien au contraire.

"
À lire également