↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Daughter


Not to Disappear


(15/01/2016 - 4AD - Indie Folk - Genre : Chanson / Folk)
Produit par Igor Haefeli, Nicolas Vernhes

1- New Ways / 2- Numbers / 3- Doing the Right Thing / 4- How / 5- Mothers / 6- Alone/With You / 7- No Care / 8- To Belong / 9- Fossa / 10- Made of Stone
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Daughter continue de tisser sa toile de lumière. A quand la reconnaissance ?"
Erwan, le 29/03/2016
( mots)

Après quelques années passées à faire leur trou en Angleterre, les trois membres de Daughter ont décroché le graal en 2012. Une signature chez 4AD et un premier album produit par un label. If You Leave avait permis au groupe de tourner un peu partout, aux USA et en Australie notamment, et de grandir. En 2016, Daughter a assez grandi pour sortir son second album, qu’on attendait de pied ferme.


Plus profond, embrumé et moins acoustique que son prédécesseur, Not To Disappear ressemble à une version torturé de If You Leave. Là où les arpèges folk allégeaient l’atmosphère, Daughter a choisi de plutôt travailler autour des réverbes et de la basse. Un nouveau ton qui sied parfaitement à la magnifique voix d’Elena Tonra, qui prend une dimension encore plus impressionnante avec toute cette résonnance et l’espace autour d’elle. Les arrangements de "How" la transforment en déesse lunaire, chantant d’une voix lointaine avec une portée incroyable. Sa façon de murmurer dans le creux de notre oreille ne l’empêche pas de prendre toute la place au sein des nouvelles compositions du groupe. Elle était l’une des révélations du premier album de Daughter, et confirme ici être l’une des plus belle voix britannique de l’indie/folk.


Les sons clean en arpège des guitares de Tonra et Haefeli, et celui des basses, ont été travaillés avec beaucoup de délicatesse pour tirer tous les morceaux vers la lumière. Ainsi, quelques soit les tempos ou l’intensité, aucun titre de Daughter n’est vraiment triste sur Not To Disappear. On sent au contraire beaucoup d’apaisement même sur une chanson comme "Doing The Right Thing" qui contient beaucoup de mélancolie dans ses paroles. Des paroles très inspirées sur l’ensemble du disque, qui ont ce petit équilibre entre abstraction et intimité qui fait qu’on sent qu’Elena Tonra parle d’un vécu qui l’a marqué, mais sans être excluant et en nous laissant facilement nous identifier, comme sur "Alone / With You". Le petit bémol étant que les thèmes abordés sont vite redondants, la solitude, les relations amoureuses, la vie quoi…


Côté rythmique et percussions, beaucoup de variété dans le jeu de Remi Aguilella qui peut plonger sur "No Care" dans un tempo presque extrême alors qu’il était quasi endormi plus tôt sur "Numbers". No Care et son beat très électro reste quand même une exception dans un album où les percussions sont souvent en retrait voir absentes sur les couplets ("Mothers"). En retrait, mais pas sans importance. Aguilella multiplie les techniques de jeu, cognant parfois bien fort pour profiter de tout l’écho disponible, ou se contentant de petits claquements secs à peine remarquables. La palette de sons qu’il utilise sur ses percussions, sûrement électroniques la plupart du temps, lui permet d’apporter vraiment sa patte à chaque morceau plutôt que de simplement accompagner les deux autres membres du groupe. Il est clairement le battement de cœur de Daughter.


 


Not To Disappear s’écoute sans faim et Daughter continue de prendre une place de choix dans la sphère britannique avec ses nuances de lumière et la voix divine d’Elena Tonra. Une vraie réussite qui promet un bel avenir si le groupe parvient à garder cet équilibre entre pop et musique alternative qui pour l’instant en fait un groupe capable de plaire à un large public sans se dénaturer. Daughter est actuellement en tournée américaine, n’est pas encore annoncé en festival cet été, et leur prochaine venue à Paris ne semble pas prévue de sitôt (le groupe était à La Gaité Lyrique fin janvier dernier). Gardez pourtant un œil sur la formation londonienne, dont vous entendrez certainement de plus en plus parler.


A écouter d'urgence : "New Ways", "Doing The Right Thing" et "Alone / With You"

Si vous aimez Not to Disappear, vous aimerez ...
Commentaires
Raphaelle, le 29/03/2016 à 11:46
Difficile de ne pas penser à London Grammer quand on entend cette voix languissante entourée de boîtes à rythmes ! Plus de guitares ici quand même, le genre qui fait plâner. Bel album en tout cas
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Daughter


If You Leave


Album de la semaine
À lire également