↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Broken Bells


Broken Bells


(09/03/2010 - Columbia - James Mercer + Danger Mouse - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- The High Road / 2- Vaporize / 3- Your Head Is on Fire / 4- The Ghost Inside / 5- Sailing to Nowhere / 6- Trap Doors / 7- Citizen / 8- October / 9- Mongrel Heart / 10- The Mall and Misery
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (7 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"La rencontre James Mercer - Brian Burton accouche d'un disque sobre et élégant."
Nicolas, le 28/04/2010
( mots)

On le sentait venir depuis un petit moment, en particulier depuis que les longues séances passées en studio pour peaufiner Wincing The Night Away avaient passablement éreinté le leader des Shins : James Mercer avait vraiment besoin de changer d'air. Car si l'homme reste un mélodiste hors pair, probablement même l'un des tous meilleurs mélodistes en activité à ce jour (sans exagérer), ses dernières livraisons pêchaient peut-être par un certain manque de souffle, de renouvellement. Pas étonnant qu'il ait souhaité donner un nouveau coup de fouet à son groupe, même s'il a fallu pour cela qu'il dégage de façon assez peu cavalière son batteur attitré en le renvoyant à ses baraques à frites de Seattle (sic). Pour autant, la libération de James Mercer n'est pas venue des Shins, mais d'un certain Brian Burton, alias Danger Mouse.

La naissance de Broken Bells tient entièrement au hasard, et notamment à la rencontre entre le doux barbu de la pop indie et le dinosaure de l'électro branchouille lors du projet collaboratif Dark Night Of The Soul édifié autour de Mark Linkous (R.I.P. Sparklehorse) et de David Lynch. Le temps d'un titre, "Insane Lullaby" (pas franchement inoubliable, d'ailleurs), voilà que Mercer et Burton se trouvèrent des atomes crochus, suffisamment en tout cas pour envisager un duo et même un album. Or si l'alliage de Danger Mouse et des Black Keys dégageait dès le départ quelque chose de saugrenu (et ce n'est pas le rendu final d'Attack & Release qui ira à l'encontre de ce sentiment), l'idée de marier un pro de la pop surf vintage avec le papa de Gnarls Barkley éveillait une certaine forme de curiosité. Surtout, l'idée de voir Mercer tourner légèrement le dos à quelques tendances surannées pour embrasser complètement notre époque moderne aux côtés d'un bidouilleur compulsif ne pouvait vraiment pas laisser indifférent. Et on comprend désormais pourquoi : cet album éponyme est une entière réussite.

Faisons tout de suite tomber le masque du songwriting commun. Le féru des Shins ne s'y trompera pas une seule minute : chaque ligne mélodique issue de Broken Bells transpire la patte de James Mercer à plein nez. "Vaporize" représente même la parfaite carte d'identité du gentil songwriter, montant et descendant ses gammes en des arpèges douces-amères aussi élégantes que lumineuses. Un style inimitable, impossible à falsifier. D'ailleurs le rêveur "Trap Doors" aurait presque pu trouver sa place sur Wincing The Night Away. Mais n'allons pas imaginer que Brian Burton se soit contenté d'un rôle de faire-valoir : c'est au niveau des arrangements que l'on sent sa griffe originale et racée. Si les trois premiers morceaux ne dénotent pas forcément une énorme différence avec ceux de la fratrie Shin, "The Ghost Inside" renverse la vapeur avec ses beats cools et ses synthés gorgés de LSD bon enfant. On pourra alors noter a posteriori l'intro très MGMT de "Your Head Is On Fire" avec ses choeurs noyés par des claviers en phase de déréalisation avancée, les voix trafiquées d'un "Citizen" qui respire un bonheur serein communicatif, ou même les rythmiques trépidantes surfant sur les "ohohoh" planants en diable et l'intermède gorgé de cuivres à la Enio Moricone de "Mongrel Heart". Mais l'explication de cette singulière alchimie se situe en fait juste à mi-chemin entre la gratte sèche et la voix immaculée de Mercer et les milliers de trouvailles portant la signature de Danger Mouse. Avec en point d'orgue des mélodies splendides, au premier rang desquelles l'impeccable "The High Road" qui se permet d'enchainer deux couleurs musicales succesives sans aucun accroc : c'est ce qu'on appelle la classe avec un grand C.

Mais ne nous leurrons pas : la plus grande partie d'entre vous s'est déjà jetée avidement sur le très surfait Plastic Beach ou encore sur le ridicule Congratulations. Que voulez-vous, les lois du marketing et de la branchitude sont ainsi faites. Cela ne doit pourtant pas vous empêcher de vous tourner impérativement vers Broken Bells si vous tenez à vous rassasier de chansons, de vraies chansons, troussées avec intelligence et délicatesse. Il va sans dire (et c'est encore mieux en le disant) que l'album éponyme du duo Mercer-Burton enfonce à plate couture les deux galettes précitées, même si, on vous l'accorde, les trois disques ne s'attaquent pas exactement au même type de pop. De toute façon, ceux qui connaissent les Shins ont déjà fait leur choix, et quant aux autres, ils ne savent pas à côté de quoi ils passent. En un sens, tant pis pour eux.

 

Edit, le 23/05 : finalement, Congratulations n'est pas aussi ridicule qu'on aurait pu le penser. Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Broken Bells


After the disco


Album de la semaine
À lire également


TalkTalk - Messagerie privée en direct