↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Bloc Party


Hymns


(29/01/2016 - BMG - Rock wave - Genre : Rock)
Produit par Tim Bran, Roy Kerr

1- The Love Within / 2- Only He Can Heal Me / 3- So Real / 4- The Good News / 5- Fortress / 6- Different Drugs / 7- Into the Earth / 8- My True Name / 9- Virtue / 10- Exes / 11- Living Lux
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (7 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Le Bloc Party nouveau est arrivé. Hymns, leur 5ème opus porte en lui la renaissance d’une formation en pleine quête de soi. Entre espoirs et désillusions, notre cœur balance."
Laurent, le 01/02/2016
( mots)

Née au début des années 2000 dans l’Essex et en plein boom du rock indépendant avec l’émergence de leurs consorts The Strokes, Interpol, Franz Ferdinand and co… ;  la troupe  menée par l’emblématique chanteur Kele Okereke ne traina pas pour débarquer rapidement au premier plan de la scène internationale. En effet, 2005 fut marquée par Silent Alarm et ses mémorables tubes tels que "Helicopter", "Banquet" ou "Modern Love", trempés de la new wave des années 80, forgés d’une rythmique efficace et d’une guitare nerveuse à souhaits. La bande de potes se retrouva ainsi catapultée comme un grand espoir de l’indie. 


Les années passèrent ; les 4 amis grandirent et firent évoluer leurs écritures en gagnant en maturité et expériences. Leur second essai, A Weekend In The City, fut certainement leur meilleure réalisation à ce jour. Grâce à une production aboutie et un style plus affirmé, le groupe gagna incontestablement en amplitude émotionnelle avec ce disque et ses chutes jamais publiées, l’excellent mais introuvable Another Weekend  in the City.


Intimacy marqua une évolution dans la musique des britanniques avec l’intégration outrancière de sons électroniques. Le résultat n’en fut pas moins surprenant mais l’homogénéité était encore sauvegardée. Après quelques interludes solitaires du chanteur et du guitariste Russel Lissack, le temps nous amena en 2012 avec la parution de Four. Les musiciens s’orientèrent à nouveau vers un rock plus direct, aérien par moments, brutal par d’autres. La tournée qui suivit, souleva des tensions à l’image de l’album et de son manque de cohérence. Pas étonnant de voir le départ du batteur Matt Tong et du bassiste Gordon Moake à cette époque.


2016 semble donc être le nouveau départ d’une formation réduite de moitié, et qui s’est offerte les services de Justin Harris et Louise Bartle pour leur ligne rythmique. Leur dernier brulôt semble représenter un hymne à la cohésion perdue. Mais qu’en est-il réellement et vers quelle direction le nouveau Bloc Party s’oriente-t-il ?


Dévoilé depuis plusieurs semaines, "The Love Within" ouvre donc le nouvel bal. Sympathique aux premiers abords, ce single surprend par ses claviers et son allure hybride dance-pop. Le quatuor joue volontiers avec cet air sautillant au travers d’un clip réussi et qui finalement le met bien en valeur. Malgré une démonstration vocale de monsieur Kele sur "Only He Can Heal Me" et sur le dépouillé "Fortress" ; l’auditeur a du mal à trouver les repères habituels des anglais et à rentrer dans cette œuvre. 


Et c’est justement là, le gros souci de ce disque qui n’est ni bon, ni mauvais,  mais qui s’écoute simplement. Les titres s’enchaînent sans retenir l’attention. De temps en temps, on croit en une réminiscence du passé, comme avec "Different Drugs" ; mais l’enchainement hasardeux avec "Into The Earth", au demeurant plutôt joyeux  et mélodieux, décontenance totalement et fait retomber la tension. Ce problème est notable et très surprenant de la part de musiciens de cette trempe.


Autre surprise, la part belle est offerte aux petits jeunes fraîchement débarqués avec une production axée sur la basse et la batterie, tandis que le jeu de Russel Lissacks est en net retrait. Le guitariste est à peine présent sur "So Real", "My True Name", "Exes" et "Virtue", l’une des meilleures pistes au passage. Cependant, ses quelques incursions ont tout perdu de leurs effets aériens et de l’agressivité de ses riffs d’antan. Finalement, la réelle expérimentation de l’album se résume en "The Good News", morceau sur lequel la guitare renvoie à une ambiance country. 


De manière générale, l’aspect décousu des 11 chansons fait plutôt référence à de jeunes rockers, en pleine recherche de leur univers ; qu’à un poids lourd déjà affirmé. 


Hymns est un disque écrit par un groupe en quête d’une nouvelle identité. Bien qu’il soit agréable à écouter ; la tiédeur globale et le manque de rythme  de ces compositions empêcheront vraisemblablement le nouvel élan d’une formation avec laquelle nous avons grandi.


 

Avis de première écoute
Note de 2.5/5
Balayant son héritage du revers de la main, le nouveau Bloc Party plonge sans retenue dans la dance et tente de se réinventer : Hymns joue la carte de la séduction mais peine à convaincre, la faute à une nouvelle formule pas totalement aboutie. À peaufiner néanmoins, l'album offrant malgré tout de beaux instants de musique.
Avis de première écoute
Note de 2.5/5
C'est un honnête disque de pop, parfois assez inspiré ("The good news") . La basse continue d'illuminer certaines de leurs créations ("New Blood"). Mais dans l'ensemble, ça reste assez peu convaincant. Bloc Party semble avoir perdu sa formule magique des débuts, sans avoir réussi à la remplacer.
Commentaires
patroc, le 24/02/2016 à 19:21
Flop party.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Bloc Party


Four


Critique d'album

Bloc Party


Intimacy


Critique d'album

Bloc Party


Silent Alarm


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également