↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Bloc Party


Bloc Party EP


(16/08/2004 - Wichita / V2 / Chronowax - Rock wave - Genre : Rock)
Produit par

1- Banquet / 2- Staying Fat / 3- She's Hearing Voices / 4- The Marshalls Are Dead / 5- The Answer / 6- Banquet - Phones Disco Edit
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (14 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Soyez à la mode, écoutez Bloc Party... et en plus ça vaut le coup !"
Jérémie, le 09/08/2004
( mots)

Allez, hop ! Encore un nouveau groupe londonien qui va tout casser ! Je vous présente Bloc Party et sa punk new wave tout fraîche. Avec trois petits CD à leur actifs (huit titres en tout), ils ont réussi a créer une petite sensation dans le monde du rock. Bloc Party EP, le disque qui nous intéresse ici, est la réunion de Banquet et She's Hearing Voices, leur deux derniers maxis en date.

Le disque s'ouvre avec leur titre phare, "Banquet" : une batterie plus que parfaite, parfaitement cadencée, qui déboule génialement à l'improviste ; le chant haché de Kele Oreke, sur un timbre emprunté pour l'occasion à Robert Smith ; les guitares entêtantes, à gauche, à droite, mais toujours le même riff... Du rock pour danser, du rock pour triper ! "Staying Fat" reste dans le même esprit, mais en moins percutant, moins dansant (malgré un Matt Tong encore une fois déchaîné derrière sa batterie). De "She's Hearing Voices", on ne retiendra que le phrasé particulier de Oreke et la basse maltraitée de Gordon Moakes.

Deux pistes un peu décevantes, donc, mais vite oubliées à l'écoute de "The Marshalls Are Dead" ("don't trust art, don't trust culture!"), notamment sur la deuxième moitié de la chanson, complètement instrumentale : guitare et basse s'y répondent à l'infini et se mêlent pour un trip aérien en trémolo picking, cadencés par la batterie omniprésente et inspirée... du BON son ! Quant à "The Answer", elle mérite tout simplement la palme de l'album ! Déjà bien speedée dès le début, sur un chant entraînant, elle se laisse complètement aller sur la seconde moitié de la piste (comme sur la chanson précédente, une coupure franche en plein milieu et c'est parti !) : guitare et basse en profitent pour s'échapper en sprint et conclure sur un finish magnifique. C'est beau !

Prévu pour début 2005, leur futur album risque de mener plus d'un journaliste sur le terrain des superlatifs. Car cet EP n'est que la première esquisse d'un futur prometteur.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Bloc Party


Hymns


Critique d'album

Bloc Party


Four


Critique d'album

Bloc Party


Intimacy


Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également