↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Black Sabbath


Sabbath Bloody Sabbath


(01/12/1973 - Vertigo/Warner Bros - Classical Heavy - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Sabbath Bloody Sabbath / 2- A National Acrobat / 3- Fluff / 4- Sabbra Cadabra / 5- Killing Yourself To Live / 6- Who Are You ? / 7- Looking For Today / 8- Spiral Architect
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (9 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 5.0/5 pour cet album
"Le dernier grand album de Black Sabbath et le plus efficacement aventureux."
Pierre D, le 30/05/2013
( mots)

Peut-on qualifier Black Sabbath de groupe de classic rock ? Le terme désigne ce qu'on considère comme l'âge d'or du genre durant lequel toutes les bases de ses développements futurs auraient été posées. On situe cette période entre la fin des années 60 et le milieu des années 70. On parle alors de Beatles, de Rolling Stones, de Led Zeppelin... Sans vouloir remettre à plat cette catégorisation (si on parle de bases pour le rock actuel, Kyuss figurerait peut-être en bonne place) mais on peut s'étonner de l'absence de Black Sabbath dans les classements généralement établis. Cela dit, échapper à la catégorie classic rock n'est sans doute pas si néfaste si on ne veut pas finir embaumé avant l'heure. Recevoir l'extrême onction de la part de rock critics institutionnalisés n'est peut-être pas la plus grande réussite à laquelle un groupe puisse aspirer.

Néanmoins, en termes d'influence, Black Sabbath peut assurément prétendre à cette catégorie. En 1973 le groupe a lâché 4 albums qui vont définir une part conséquente du rock à venir. Sans Black Sabbath, point d'Iron Maiden (et toute la New Wave Of British Heavy Metal), Metallica, Tool, Mastodon, bref pas de metal. Peu de groupes peuvent se targuer d'avoir créé à eux seuls un courant musical. Et qu'on ne vienne pas nous parler de Led Zeppelin. Pour saisir parfaitement pourquoi le Dirigeable n'a rien à voir avec le metal, on vous renvoie à cet excellent article de Lazley sur Inside Rock. D'ailleurs pourquoi Led Zeppelin est-il aujourd'hui une institution classic rock alors que le titre échappe à Black Sabbath ? Les deux groupes officiaient au même moment, ont connu la gloire pendant une période plus ou moins égale et leurs deux batteurs John Bonham et Bill Ward s'admiraient mutuellement. Pourtant les Led Zeppelin demeurent les inventeurs, les magiciens, tandis que les membres de Black Sabbath sont des bas-du-front qui plaisent aux prolétaires.
En vérité, Black Sabbath est à Led Zeppelin ce que les Rolling Stones sont aux Beatles. McCartney et  compagnie passent pour des génies subtils et aventureux pendant que les Stones sont d'agréables suiveurs très doués pour la mélodie mais dans une version frustre et moins élaborée. Mais avec les Beatles, certains s'ennuient. La faute à cette idée de classic rock justement. Toute personne née après 1962 grandit obligatoirement dans un environnement où la musique des Beatles est omniprésente et lorsqu'arrive l'heure de s'attaquer à leur discographie on peut être déçu par le peu de choses à y découvrir, la plupart de leurs morceaux étant déjà connus de manière presque inconsciente dans la mesure où ils se sont transformés en scies musicales depuis bien longtemps. À l'inverse, alors qu'on pensait les Rolling Stones uniquement capables de sortir des riffs accrocheurs, on peut partir à l'assaut de leurs albums et découvrir des merveilles totalement inconnues ("She's A Rainbow", "Yesterday's Papers", "Sweet Virginia", on pourrait remplir un livre). Il en va de même avec leurs équivalents à haut volume sonore. Certes Led Zeppelin a mené un travail de défrichage et s'est taillé sa propre place à la hache depuis son carcan blues en gagnant le respect de tous, mais aujourd'hui il est bien difficile de découvrir beaucoup de choses inédites et renversantes en écoutant le groupe de Jimmy Page, tant ses chansons sont inscrites dans les cortex cérébraux avant qu'on ait eu le sentiment d'en avoir écouté une note. Black Sabbath, qu'on prenait pour des bourrins pas très finauds vont avec Sabbath Bloody Sabbath s'aventurer dans des territoires bien plus vastes que ceux auxquels on aurait pu penser.

En 1973 il est question de sophistication dans le cerveau de Tony Iommi qui conçoit le plan de bataille du groupe. Et il faut bien que quelqu'un prenne en charge cela car Ozzy et ses copains semblent partir à vau-l'eau. Trop de fatigue post-tournée, trop de drogues consommées qui font sécher les neurones et pour la première fois l'inspiration ne vient pas. Être à Los Angeles n'aide sans doute pas à la concentration et les membres de Black Sabbath décident donc de retourner en Angleterre et louent un château où ils répètent. Autant pour la légende des chauve-souris sataniques pratiquant un heavy metal de cimetières, sauf que l'album, lui, est enregistré à Londres avec des instruments inédits chez le Sabbat Noir : synthétiseurs, cordes... À la sortie de Sabbath Bloody Sabbath le groupe est enfin fêté par la critique. Il faut dire que l'album est d'une richesse et d'une complexité jusqu'alors inédite chez Black Sabbath. Alors que les titres du groupe semblaient suivre une voie tracée par les coulées de fonte déversées par la guitare de Tony Iommi et clouées par les marteaux de Bill Ward, chaque chanson de Sabbath Bloody Sabbath contient son lot de surprises. "A National Acrobat" a peut-être l'un des meilleurs riffs jamais sorti des doigts amputés de Iommi, une mélodie parfaite immédiatement doublée par une deuxième guitare plus aigue, quand s'élève le chant majestueux d'Ozzy Osbourne qui glace instantanément le sang. Du Black Sabbath classique en somme, quand le titre mute soudain en chevauchée kitsch, la cavalerie déboule sabre au clair et à toute vitesse. Le Sab' se moque-t-il ouvertement de lui et de ses auditeurs ?
Peut-être bien, et l'instrumental acoustique "Fluff", qui détourne les vocations celtiques de Led Zeppelin, confirme l'idée. C'est une composante de Black Sabbath souvent oubliée par ses détracteurs comme par ses admirateurs : l'humour. Là où Led Zeppelin (encore) vitrifie son public avec un sérieux imperturbable tout au long d'étirements de gammes blues ponctuées de cris de chatte en chaleur, Black Sabbath fait preuve d'une ironie mordante vis-à-vis de lui-même et de ce qu'on attend de lui. On les avait pris pour des malabars champions toute ânerie, on les retrouve à faire presque dans la dentelle en incorporant des instruments inattendus comme les claviers de Rick Wakeman, claviériste des prog rockeurs de Yes, sur "Sabbra Cadabra", transformant le titre en pièce montée totalement digeste. Les claviers offrent des élans épiques avant de lancer la danse pour le dernier tour de piste en forme de boogie de croquemitaine où Rick Wakeman fait swinguer le Sab'.

L'heure est aux expérimentations et aux surprises, aux compositions à tiroirs. Mais contrairement aux prétentieux d'Emerson, Lake and Palmer, Ozzy, Geezer, Bill et Tony n'oublient jamais de se marrer un bon coup devant la chantilly qu'ils versent sur leurs morceaux, en plaçant par exemple une salve d'applaudissement en leur propre honneur à la fin de "Spiral Architect". Les élaborations de Black Sabbath sont toujours mises au service des chansons. On ne trouve pas sur Sabbath Bloody Sabbath de mélodies de Berlioz jouées à la guitare électrique. La technique de Tony Iommi est bien trop rudimentaire pour se permettre pareilles digressions. À la place le Django Reinhardt métallique profite des possibilités offertes par les cordes et les synthétiseurs pour se décharger de la lourdeur systématique et emmener ses compositions vers quelque chose de plus...pop ? Sabbath Bloody Sabbath contient assurément quelques unes des mélodies les plus efficacement pop du répertoire sabbathien. "Looking For Today" se fredonne sans mal sous la douche (ou ailleurs, surtout ailleurs), d'autant que son beat disco ferait presque danser.

Tout n'est pas heureux dans ces avancées stylistiques. Parfois le Sab' se plante complètement comme sur "Who Are You ?" qui dégueule ses synthétiseurs de science-fiction ultra cheap en en mettant partout. Mais au moins le groupe tente des choses. Pas encore fossilisé dans les sédiments métalleux qui dessineront son image pour le meilleur et surtout pour le pire, la formation se montre aventureuse, loin des airs bourrus et mal dégrossis qui seraient les siens face au Dirigeable prétendument génial dans tous les genres musicaux qu'il profane (alors que... "D'Yer Mak'er" quoi!). Iommi s'essaie même aux power chords de Pete Townshend sur "Spiral Architect" avec un bonheur communicatif entre deux envolées de cordes.  Le Sab' n'oublie toutefois pas de créer des pièces de titane forgeant le corpus des adolescents qui l'écoutent alors religieusement en attendant leur tour (Lars Ulrich, James Hetfield, Kerry King...). L'introductif "Sabbath Bloody Sabbath" est d'une lourdeur inouïe, l'ours Ward cogne ses fûts comme on abat un mur. Il n'est pas le technicien qu'a pu être John Bonham et sa frappe manque parfois de précision mais il compense ses carences d'autodidacte par un sens du groove extraordinaire. On ne mentionnera pas la basse de Geezer Butler oubliée par le mixage, en dehors de son heure de gloire au moment de la charge héroïque qui conclut "A National Acrobat". On n'a pas fini de disserter sur le timbre d'aliéné d'Ozzy Osbourne, sur sa splendeur démente qui se gargarise de sa propre folie et surjoue ses coups de sang pour mieux dominer la concurrence des hurleurs bluesy que sont Robert Plant et Ian Gillan. Là où ces derniers crient très fort des légendes arthuriennes en carton-pâte et des pulsions sexuelles très convenues, la gorge d'airain d'Osbourne expulse les angoisses post-apocalyptiques de la génération seventies avant de se rouler par terre, mort de rire devant le sérieux que ses auditeurs lui accordent.

Il fut donc un temps où Black Sabbath expérimentait avec bonheur, remettant en question ses propres limites et c'est ce groupe qui inspirera le meilleur du metal, de Metallica hier à Mastodon et Kylesa aujourd'hui. Et pendant que la descendance reprend à son compte ses avancées glorieuses, Black Sabbath pioche dans le pire du metal pour accoucher d'une musique régressive. Ce n'est pas ce que l'on préfère chez lui.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur vos smartphones et tablettes Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Black Sabbath


13


Critique d'album

Black Sabbath


Never Say Die!


Critique d'album

Black Sabbath


Technical Ecstasy


Album de la semaine
À lire également