↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Amy Winehouse


Back To Black


(01/03/2007 - AZ - Soul - Genre : Autres)
Produit par

1- Rehab / 2- You Know I'm No Good / 3- Me & Mr Jones / 4- Just Friends / 5- Back To Black / 6- Love Is A Losing Game / 7- Tears Dry On Their Own / 8- Wake Up Alone / 9- Some Unholy War / 10- He Can Only Hold Her / 11- Addicted
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (24 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Second album du désormais phénomène jazz-soul britannique. Vaut le détour."
Bylli, le 13/09/2007
( mots)

Après un premier album resté en France dans l’ombre des fonds de quelques bacs avant de tirer sa révérence, le phénomène Amy Winehouse a pris un envol surprenant depuis les pétaradantes hauteurs de Back To Black. Remake imbibé du surprenant succès pop Nora Jones , on peut se demander, à l’heure de l’irrésistible force du rétro, s’il ne s’agit pas d’un pastiche de plus d’un genre que la plupart ont la flemme d’épousseter. La chanteuse de jazz a popularisé un genre qui le méritait, sans toutefois y apporter quoi que ce soit. The Pipettes livrent une parodie amusante mais indigne des girls bands de la grande époque. Amy, quant à elle, a le mérite de faire du Winehouse, mais cela vaut-il un voyage au grenier pour aller chercher Ike, Tina et autres perles Motown ?

On ne fera pas un autre tour de "Rehab", vitrine fanfaronnante qui a le mérite, dans cette outrance clinquante de cuivres poussiéreux, d’ouvrir une porte sur l'objet de bien des curiosités. Surtout lorsqu’on dépasse "You Know I’m No Good", soul grand-mère au beat de ses petits enfants. Si l’on met le phénomène de côté, s’accrochant au sentiment que sans relever du génie, la miss s’en sort honorablement, et se dégage la sensation que l’on attendait ce genre de disque, inconsciemment, depuis longtemps.

Un picotement dans les doigts qui se propage au long de la première écoute de ce second album. Cependant, à grandes attentes, trop grandes exigences il faut croire, et un "Just Friends" un peu plat par exemple ne lève pas les sourcils longtemps. La voix jazzy de la britannique offre en dépit de cela de belles interprétations, et ce côté vieux toc brillant exagérément donne un cachet incontestable à l’ouvrage.

Cachet qui, en une époque dont la seule source d’originalité est certes le revival, de quoi que ce soit, fait de ce Back To Black, de son brillant "Wake Up Alone" et de certains autres, l’une des plus rafraîchissantes bouffées d’air aspirées des bacs ces derniers temps.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également