↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

All Them Witches


Dying Surfer Meets His Maker


(30/10/2015 - New West Records - Blues, stoner, psyché - Genre : Rock)
Produit par Mikey Allred

1- Call Me Star / 2- El Centro / 3- Dirt Preachers / 4- This Is Where It Falls Apart / 5- Mellowing / 6- Open Passageways / 7- Instrumental 2 (Welcome To The Caveman Future) / 8- Talisman / 9- Blood And Sand / Milk And Endless Waters
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Une superbe fusion de genres authentiquement inclassable"
Marc, le 02/11/2015
( mots)

On ne sait trop comment ni pourquoi, certains groupes arrivent à fusionner comme par magie leurs diverses influences tout en affirmant une identité qui leur est propre. All Them Witches en fait incontestablement partie. Un combo difficilement classable, issu de Nashville (Tennessee), grand centre de l'industrie du disque aux Etats-Unis et berceau de la musique country. Un lieu idéal pour se forger un son hybride qui va du blues au space rock, en passant par le rock psyché ou le hard rock avec quelques éléments de stoner et de rock celtique.

Tout aussi mystérieux que le titre de ce troisième album puisse paraître, Dying Surfer Meets His Maker emprunte la voie tracée dans les deux derniers opus du groupe avec quelque chose d'intangible en sus. Cette plongée semble à première vue moins périlleuse que les précédentes, plus structurée et riche d'instruments acoustiques. Avec cette nouvelle ouverture, les All Them Witches se permettent d'approfondir les parties calmes sans renier leurs tempétueuses sections de gros sons symbolisées par une batterie et une basse omniprésentes lorsque cela est nécessaire, le tout étant escorté par une guitare délivrant autant de réverbération que de fuzz ou de distorsion. Ce mélange élégant et sincère de heavy blues mélancolique au songwriting aventureux est ainsi matérialisé par une belle alchimie entre les fluides émotionnels ressentis et le contraste du poids sonique.

"Call Me Star" est l'amorce idéale pour entrer dans cette création à l'atmosphère immersive. Les arpèges de guitare et les couches éthérées de cette chanson à la Bon Iver concordent parfaitement avec la voix apaisante de Michael Park avant que "El Centro" nous embarque inexorablement dans un insondable voyage au centre de la terre. Un must instrumental, rythmiquement lourd, sombre et hypnotique, à trame répétitive. Près de 9 minutes avec des textures stoner rehaussées par une dynamique toujours changeante. Tel un roman de Jules Verne, Dying Surfer Meets His Maker est à la fois cosmique et terre à terre. Les racines rurales incarnées par le blues latent de All Them Witches se muent en une conscience musicale qui leur permet de prendre la fuite vers un plan astral. Pour preuves, le rock garage se transforme en un flot de guitare vaporeuse dans "Dirt Preachers", "This Is Where It Falls", avec un harmonica et une voix susurrée, sonne comme un morceau de Tricky façon bluesy, alors que "Open Passageways" est un mélange détonnant de pop, de claviers qui accompagnent un vibrant et douloureux refrain "Chew up your love then swallow", et de rock celtique à la Led Zeppelin. Une influence que l'on retrouve dans deux autres instrumentaux de l'album avec une guitare acoustique ("Mellowing") et un psyché-rock-bluesy doté d'une batterie en première ligne ("Instrumental 2"). Chaque membre de All Them Witches semble être essentiel à la construction de l'ensemble et délivre sa partition à la perfection, sans trop en faire. Les harmonies, la structure et la montée en puissance de "Talisman" avec un chant à la hauteur en témoignent avant que "Blood and Sand/Milk and Endless Waters", intro de guitare, batterie et basses puissantes, spoken word en voix psyché, ne vienne impressionner le tout dans un périple contraire à "El Centro". Tel un voyage de la terre à la lune...

Dying Surfer Meets His Maker est tout aussi poignant que rafraîchissant. Au-delà de ses composantes il en résulte une impression de fond et de forme qui en fait l'un des albums de cette année 2015. Tout genre confondu puisque All Them Witches est décidément et authentiquement inclassable.
 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur vos smartphones et tablettes Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également
Compte-rendu de concert