↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Air Traffic


Fractured Life


(08/10/2007 - EMI - Rock anglais - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Just Abuse Me / 2- Charlotte / 3- Shooting Star / 4- No More Running Away / 5- Empty Space / 6- Time Goes By / 7- I Like That / 8- Never Even Told Me Her Name / 9- Get In Line / 10- I Can't Understand / 11- Your Fractured Life
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (6 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Le renouveau pop-rock made in England. A suivre."
Nicolas, le 30/11/2007
( mots)

Il paraît qu' Air Traffic est la nouvelle sensation de la scène pop-rock anglaise, scène dont tout le monde s'accorde à peu près à reconnaître l'incroyable vitalité. Sortis de nulle part, et plus précisément de Bournemouth, les 4 petits gars se contentent pourtant d'aligner des ingrédients on ne peut plus basiques : deux bonnes guitares, une basse, une batterie, un piano, une voix écorchée, sans oublier bien sûr de belles harmonies. Il n'en fallait pas plus pour que ces provinciaux se fassent signer illico chez EMI et partent à l'assaut des salles de concert du Royaume Uni. Soit, pourquoi ne pas y jeter une oreille ? Parfait. Mesdames et messieurs, veuillez attacher votre ceinture, relever le dossier de votre siège ainsi que votre tablette, et éteindre vos téléphones portables : notre avion va bientôt décoller.

Les premières minutes sont plutôt flatteuses, même si on pourra largement repasser pour l'originalité de l'ensemble. "Just Abuse Me" est un titre plaisant et rythmé, avec un bon mélange piano-guitare et un son de cordes pesant et râpeux. L'occasion également d'une prise de contact avec la voix de Chris Wall, chaude, ronde, à peine enrouée, parfaitement à l'aise dans un registre aigu popularisé il y a peu par un certain Thom Yorke. Mais plus l'album progresse, plus il se met à sentir le réchauffé à plein tube. Dès le troisième titre, les instruments commencent à sonner comme sur un disque de Coldplay , et c'est ensuite avec "No More Running Away" que Wall se met au diapason en reprenant tout simplement les intonations et les maniérismes vocaux de Chris Martin. A ce niveau là, ce n'est plus de l'inspiration ni même de l'hommage, ça ressemble plutôt à du vol de grand chemin ! Que dire alors de "Empty Space", où ce même usurpateur se prend carrément pour Matthew Bellamy, l'emphase en moins ? Le pire, c'est qu'il le fait bien ! On croirait vraiment enetendre une ballade sortie d'un album de Muse . Chris Wall : chanteur doué ou imitateur de génie ? Dès lors, la messe semble bel et bien dite. Comme en plus, à partir de "Shooting Star", l'album s'enfonce dans son ventre mou (à savoir une série de 4 titres pas franchement énergiques), on a bien envie de sortir les clous et de crucifier sans plus attendre cet album sur l'autel des plus grosses mystifications de l'histoire du rock.

Mais voilà, passée cette très désagréable impression de déjà entendu, il faut bien reconnaître que Fractured Life est plutôt bon. Même si l'ombre de Coldplay et de Muse y plane en permanence, les chansons y dégagent une maturité et une force musicale peu communes pour un premier album. Par ailleurs, quand Chris Wall oublie ses trop évidentes références (et cela arrive heureusement assez souvent), il produit un timbre vocal singulier, très agréable, particulièrement varié, dégageant charisme et émotion d'une égale manière. Et puis il y a "Charlotte", avec son riff génial et son rythme trépidant, une vraie bombe anglaise comme on les aime. Si l'album prend ensuite une direction plus douce, c'est pour mieux rebondir en fin de tracklist, notamment avec un "I Like That" impertinent et viril, et un "Never Even Told Me Her Name" enjoué, sur fond de rythmique pop faisant place à des guitares sous adrénaline en guise de conclusion. Voilà qui permet à Air Traffic de réussir (de justesse) son atterrissage. Fractured Life, s'il n'est évidemment pas incontournable, n'en est pas pour autant inintéressant. On se surprend même à trouver ses balades Coldplayennes presque meilleures que les dernières moutures de la bande à Chris Martin. Un comble pour une contrefaçon ! Ecoutez ne serait-ce qu'une fois "Shooting Star" ou "I Can't Understand", et il ne vous en faudra pas plus pour fredonner leur mélodie toute la journée. Un groupe à surveiller, donc. Si Wall & Co parviennent ultérieurement à couper les ponts avec leurs voyantes idoles pour arriver à voler de leurs propres ailes, l'Angleterre risque de ne pas s'en remettre de sitôt. Souhaitons juste que tout cela ne reste pas qu'un tas de promesses en l'air...

Si vous aimez Fractured Life, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également