↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Addiction Crew


Break in Life


(14/02/2005 - Earache records - néo metal au rabais - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- What About / 2- Shall Rise / 3- Callin / 4- All / 5- Crack File / 6- Break In / 7- Higher / 8- Disconnect / 9- One Way Serial / 10- In A We Trust / 11- Damn Speaker / 12- Dust In The RMX / 13- (data track)
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 1.0/5 pour cet album
"Imaginez : un mix Evanescence/Linkin Park. Que du bonheur, non ?"
David, le 19/02/2005
( mots)

Chez les fans de métal extrême, Earache Records faisait figure de légende, pour avoir signé des formations telles que Morbid Angel ou Napalm Death. Aujourd'hui le label britannique semble avoir quelque peu perdu de sa superbe, puisque contraint à sortir ce Break In Life, grosse blague néo-métal et premier album des italiens d'Addiction Crew. Se vanter dans sa bio d'avoir comme principales influences Evanescence et Linkin Park (!) peut déjà constituer en soi une sorte de provocation, mais au moins ces deux groupes ont eu le mérite d'innover (si, si, un peu quand même) et ont leur propre identité, ce qui n'est certainement pas le cas de ces transalpins.

Prenez quatre gros tatoués-piercés et une jolie potiche qui se prend pour Amy Lee (chanteuse d'Evanescence) ; ajoutez-y tous les pires clichés du néo et du rap-métal, mélangez le tout : vous obtenez ainsi une bonne grosse soupe ultra-fashion, bien formatée, longue de douze titres plus racoleurs les uns que les autres. Bien sûr, le son est énorme, des moyens conséquents semblent avoir été mis à disposition du groupe : la production est léchée jusqu'à l'écoeurement, les riffs et les mélodies calculées pour capter l'attention du djeunz', des breaks bien sentis... Cela pourrait encore aller, si le tout n'était pas plombé d'avance par le rappeur Yuri, sorte de Fred Durst de supermarché, dont le flow ridicule n'est pas sans rappeler les glorieux temps de l'Eurodance ( vous savez, 2 Unlimited, Masterboy et consorts). Les structures des chansons n'échappent pas non plus aux stéréotypes : couplet rappé par Yuri le méchant caïd, refrain chanté par Marta la gentille et jolie jeune fille, accompagné de samples à deux balles et de scratchs bien pourris.

Cette chronique n'est pas une diatribe contre le néo-métal, loin de là. D'excellents groupes évoluent ou ont évolué dans ce style, sont parvenus à renouveler le genre, en diversifiant leurs influences et en prenant des risques artistiques, comme Incubus par exemple (plus tellement considéré comme un groupe de néo-métal, ni de métal tout court d'ailleurs). En restant collé à des clichés aussi éculés, Addiction Crew participe de la mauvaise image d'un style déjà bien décrié, à tel point qu'on pourrait qualifier leur musique de néo-métal involontairement parodique. Pour vous faire une idée, allez sur leur site, et écoutez donc "What About" et "Shall Rise". Si ça c'est pas du bon gros néo à la sauce R'N'B...

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également