↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Actualité

Cette fois où Bowie a dit non à Coldplay


Alan, le 20/01/2016

C'est au cours d'une interview avec NME que Will Champion raconte : "Il y a cette fois où Chris [Martin] lui a soumis une chanson accompagnée d'une note : 'Pourriez-vous chanter sur cette chanson s'il vous plait ? Elle a ce truc en trois parties', et nous avions un personnage inspiré de Bowie, explique-t-il. Bowie nous a alors répondu : 'Ce n'est pas une très bonne chanson, si ?' J'ai pensé 'Ok, on va dire que c'est un non'. Il a été très selectif. Il ne pose pas son nom sur n'importe quoi, et je le respecte pour ça."

Ni Champion, Ni Jonny Buckland, qui était aussi présent lors de l'interview, n'ont révélé de quel titre il s'agissait, ni même si celui-ci est connu du public. Une chose reste certaine néanmoins : un featuring avec Bowie, ça aurait eu carrément plus de gueule qu'un certain autre avec Beyoncé.


Source : Rolling Stone
En savoir plus sur Coldplay, David Bowie
Commentaires
Alan, le 02/02/2016 à 14:49
Il a dit non aux Red Hot aussi - et pas qu'une fois : http://www.nme.com/news/david-bowie/91061
Etienne, le 20/01/2016 à 16:34
Il se fait pas chier Chris Martin. Il te pond une bouse et il demande à un grand nom de poser sa voix dessus histoire de rattraper le truc. Bref... Bravo Dave !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert