↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

HellFest 2018


Rudy, le 04/07/2018

Vendredi

Arrivée


C’est parti pour notre premier HellFest! Nous arrivons un peu tard vendredi, mais il fallait quand même traverser la France depuis Metz hein… Mais bon ça va, nous sommes accueillis par le Pirate des Caraïbes, anciennement Donnie Brasco, enfin Johnny Depp quoi, qui est venu avec Alice Cooper et Joe Perry d'Aerosmith sous l'appellation Hollywood Vampires. Et ce qu'on a pu entendre n'était pas mal, avec des reprises bien torchées de Motorhead (“Ace of Spades”), David Bowie (“Heroes”) ou encore du mythique “Dream On” du père Tyler. Nous passons ensuite de Stone Sour, qui envoie un son énorme avec un Corey Taylor (Slipknot) très communicatif, à Judas Priest pour le côté culte et folklore, avec les vestes à clous, les flammes et l’arrivée à moto sur scène de Rob Halford, mais tout ça a ses limites! Nous attendons A Perfect Circle avec impatience mais profitons de l'éclectisme des six scènes (!) pour jeter un coup d’oeil à d’autres groupes cultes comme Napalm Death et son chanteur complètement habité, ou encore Corrosion of Conformity. Après avoir passé une petite heure à choisir de quoi nous rassasier (le choix est juste phénoménal et de qualité…), nous allons voir A Perfect Circle

A Perfect Circle


Le Mainstage 2 est surplombé de trois petites scènes: pour Maynard James Keenan en retrait, le batteur Jeff Friedl sur le côté et Jimi Howerdel sur le devant (MJK considère que c'est son groupe, mais remarquez, il est aussi en retrait avec Tool). L'heure est tardive (1h du matin) mais heureusement le son est parfait dès les premières notes d'un “Counting bodies like sheep to the rythmn of a war drum” remanié.


Le nouveau titre Hourglass raisonne bien, d'autant plus qu'il est suivi du magnifique “The Hollow”. Certaines parties vocales, comme sur “Weak and powerless” sont malgré tout un peu gâchées par le chant doublé par Howerdel: on se dit que quand on a la chance d'avoir MJK au micro, on ne devrait pas le couvrir ou même trop l'accompagner...


Parce que dès que le viticulteur chante seul comme sur “Rose”... Bah ça envoie! Le show prend encore de la hauteur avec le récent “Disillusioned”, tout en touché, en finesse...pfiouuu ce qu'on est bien...


On a même droit à une surprise avec Dog eat dog d'AC/DC! Dédiée au créateur légendaire des riffs du groupe: Malcolm Young. C'est quoi ce bordel: du AC/DC avec MJK qui chante!! Bon, il y a quand même deux bémols à ce concert trop court (festoche oblige): l'absence des deux meilleures titres du groupe: 3 Libras et l'énorme Judith...


Mais quelle prouesse de rendre une telle copie sans ces deux là…

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également