↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Woodkid


Date : 10/11/2012
Salle : La Condition Publique (Roubaix)
Première partie : Christine and the Queens
Caroline BT, le 03/12/2012
( mots)

Dans le cadre du Festival Ground Zéro 2012, rendez-vous ce samedi 10 novembre 2012 à la Condition Publique de Roubaix, pour Christine and The Queens et le phénomène Yoann Lemoine alias Woodkid. Les spectacles se tiennent dans les anciens ateliers de contrôle de la qualité des textiles (laine, coton et soie) de la Condition Publique. Pour patienter avant les sets, c'est l'occasion de parcourir l'exposition Dragons, dans le cadre de Lille 3000.christine and the queensLa Condition Publique comporte plusieurs salles ainsi qu'une cour intérieure séparant les deux batiments. Difficile à remplir au premier abord, c'est devant une foule bien fournie que s'est présentée Christine and the Queens. Agréablement surprise par ce remplacement de dernière minute du chanteur Thomas Azier, le récital pop s'avère un peu déjanté. Petit bout de femme seule sur scène, Christine n'hésite pas à employer des mots crus avec "Cripple" ("kiss my crass, Christine est sale") et à s'adresser avec franchise au public.Vêtue d'un pantalon noir, d'une paire de bottes blanches, d'un top rouge à manches courtes, elle a un petit nez retroussé accentuant son côté espiègle. Sélectionnée par le Fair 2013, la petite française écrit ses textes, dans un style décomplexé, jouant avec le français et l'anglais. Ayant pour seul accompagnement son petit ordinateur, l'interprète se débrouille plutôt bien sur sa bande son. Devant ce public attentif, mais en attente de Woodkid, Christine ne laisse pas démonter. Mais finalement un peu trop maniérée sur scène, on se lasse vite de ses gesticulations, et on se dit qu'un musicien ou deux ne serait pas de trop pour l'accompagner en live. Le reste de la foule arrive rapidement dès la fin du récital.

Quand il ne se tient pas derrière la caméra pour réaliser des clips pour des pointures internationales (Lana Del Rey "Born to die", Katy Perry "Teenage dream" ou Moby), Woodkid se consacre à la création musicale. Après avoir fait un triomphe au Grand Rex fin septembre, le jeune homme s'arrête donc à Roubaix pour un set évènement. Qualifiée de pop orchestrale, sa musique fait voyager, mixant le style classique à sa voix douce, tout en croisant violons et cuivres. A 28 ans, il est adoré aux Etats-Unis et avec un EP vendu en téléchargement à 250 000 exemplaires, c'est la révélation de l'année. Après une tournée (USA, Angleterre, Allemagne, Belgique ...), il s'entoure de The Shoes, Brodinski (auteur d'un remix d'"Iron") et prépare son premier album pour janvier 2013. Dès la première note du concert, chacun est époustouflé par la pureté du son et la fantastique vision d'un orchestre complet qui accompagne Yoann (tambour, trompette, cor ...). Quel contraste avec la première partie plutôt minimale ! La Condition Publique se prête parfaitement à l'écoute des orchestrations pop de Woodkid. La musique enveloppe les spectateurs de toute sa puissance. L'aspect visuel du spectacle nourri par les vidéos diffusées derrière la scène dépasse presque même le son. La voix de Yoann surprend également, à mille lieux de son look, barbe nourrie, casquette d'éternel adolescent, gros collier, jean et petite veste noire. Les spectateurs découvrent au fil des chansons deux immenses tatouages en forme de clés sur ses avant-bras (le symbole de son CD). En 2011, il cartonne avec "Iron", où le top Agyness Deynn se promène dans un clip noir et blanc au style très léché.woodkid roubaixPuis c'est "Run boy run" (le hit des JO illustrant les performances d'Usain Bolt) qui devient un tube. C'est donc un concert très attendu que nous offre Ground Zéro, mélangeant, lumière, son, image et perfection des clips de Yoann. Les roulements de tambour résonnent, les cuivres remplissent la nuit froide, la musique se fait tantôt mystique, tantôt dramatique. Après le titre "Golden age", Woodkid pose sa veste et salue les roubaisiens. Des icebergs, des trous noirs, des comètes, la Terre, l'espace intersidéral défilent comme autant de films fantastiques. On est proches de l'expérience ciné concert. Il annonce une chanson d'amour ("I love you"), puis le titre "Brooklyn". Woodkid sait aussi se faire doux, en démarrant au piano, entonnant une ballade pour un voyage romantique. Le concert alterne entre envolées lyriques et passages plus calmes. Le public ne se lasse pas et l'acclame avec ferveur. Même s’il a une assurance exacerbée, on lui pardonne ses excès de confiance, allant jusqu'à endosser le rôle de chef d'orchestre avec son groupe. Woodkid offre un rappel magistral de trois titres, dont le très attendu "Run Boy Run" instaurant une ambiance post apocalyptique, tant dans la salle que sur la scène. Il quitte Roubaix sur un "Merci, au revoir".

Photos Christine and the Queens La Condition Publique le 10 novembre 2012 Festival Ground Zéro

Photos Woodkid La Condition Publique le 10 novembre 2012 Festival Ground Zéro

Setlist Woodkid La Condition Publique le 10 novembre 2012 Festival Ground Zéro :

1) Intro theme
2) Baltimore
3) Falling where Ilive
4) Wasteland
5) Ghost lights
6) Golden age
7) I love you
8) Brooklyn
9) Boat song
10) The shore
11) Shadows stabat matter
12) Conquest of spaces
13) Iron
14) The great escape


Rappel

1) Run boy run
2) Theme instrumental the other side
3) Iron

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également