↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

The Rapture


Date : 12/11/2011
Salle : Le Grand Mix (Tourcoing)
Première partie :
Caroline BT, le 23/11/2011
( mots)

Fêtons le retour des new-yorkais dans l'hexagone au Grand Mix avec ce samedi 12 novembre 2011 un concert exceptionnel des Rapture. Plutôt discrets depuis 4 ans après le succès de l'album Echoes et le départ du bassiste Matt Safer, The Rapture a trouvé un nouveau souffle avec In the grace of your love sorti à la rentrée. Mixé par le talentueux Philippe Zdar, ce CD combine la voix claire et la guitare de Luke  Jenner, le saxophone de cet électron libre qu’est Gabriel Andruzzi et la batterie de Vito Roccoforte. Au fil des semaines, bouche à oreille aidant, le buzz s'est fait autour de ce concert dans la métropole lilloise. C'est donc un Grand Mix affichant complet qui attend Luke Jenner, Gabriel Andruzi, Vito Roccoforte et le nouveau bassiste. Le début de soirée est animé par le DJ Soglove. Une ambiance boite de nuit, avec spots et faisceaux lumineux se met doucement en place avant l'arrivée des américains.

Enfin, les premiers accords "In the grace of your love" résonnent dans un Grand Mix plein à craquer. La batterie suit, puis c'est Luke qui monte sur scène sous les cris d'admiration des fans de la première heure.tHE RAPTURE TOURCOING 2011D'allure toujours aussi juvénile, intimidé, portant un tee-shirt rayé et des baskets, Luke garde les yeux fermés en interprétant "In the grace of your love". Il termine la chanson a capella, et déjà l'émotion nous submerge. Il a d'ores et déjà le public dans sa poche, même si ce soir, le Grand Mix accueille une audience composée plus de curieux que de fans assidus. Il enchaine avec "Never die again". Ce titre souffre de quelques petits ratés (contretemps) bien vite oubliés avec "People". Le public s'anime enfin sur l'électrofunk "Get myself into into it", parfaitement joué et forcément entrainant. Mais il va en falloir un peu plus que ça pour remuer les spectateurs. C'est aussi le retour de notre saxophoniste préféré, toujours aussi exubérant, qui, lui, fera son show à gauche de la scène que ce soit avec sa cloche ou avec ses claviers. C'est une agréable surprise d'entendre le furieux "Killing". Mais ce dernier n’est pas accueilli à la hauteur de sa qualité par un auditoire décidemment bien décevant ce soir. " Whoo! Alright - Yeah...Uh Huh " suit, Luke esquisse enfin quelques pas de danse. Dans cette ambiance encore calme à notre goût, nous observons le nouveau bassiste, plutôt triste, au visage fermé. Sans surprises, la salle va enfin se réveiller sur l'ancien tube "House of jealous lovers" où les cris de Luke apparaissent toujours aussi stridents. Cela permettra même un -petit- surfcrowed. Puis, The Rapture enchaine avec "Olio" titre pendant lequel le batteur s'installe aux claviers avec Gabriel Andruzzi.The Rapture GRAND MIX 2011Est-ce un set à l'économie ou un peu de fatigue, quoi qu'il en soit, il semble que les torts soient partagés pour cette soirée qui manque d'euphorie et de "lâcher prise" tant du côté artistes que du côté public. A la fin du morceau, Luke quitte la scène et passe derrière les rideaux noirs, et là : angoisse : serait-ce déjà la fin du show ? Ou alors a-t-il décidé de faire payer le piètre enthousiasme de ses auditeurs ? C'est alors que le son de l'accordéon résonne, annonçant le début du parfait "Come back to me". Calibré dance pour la scène, "Come back to me" installe enfin l'ambiance survoltée tant attendue dans la salle. Puis, c'est "Sail away", même si ce titre parait parfois simpliste à la première écoute, la voix de Luke est irrésistible, et chacun a instantanément envie de partir voguer avec lui. Le set se termine avec l’électrisant "Echoes" nous plongeant quelques années en arrière. Pourtant ce morceau pêchu est toujours utilisé dans le générique de la série Misfits (saison 3 actuellement sur la BBC ). The Rapture offre un rappel au public tourquennois avec le décevant "Childrens" toujours aussi enfantin. The Rapture GRAND MIXLuke s'adresse au public, taquin : "At this part of the night, would you like a big kiss and we say goodbye ?" "No ? Ok !" Il enchaine donc heureusement, avec le fabuleux "How deep is your love ?" et clôture la soirée en beauté. Après un petit tour devant les premiers rangs permettant quelques marques d'affection, Luke récupère sa main et s’en retourne backstage.

La prestation de ce soir reste assez courte (1 heure 15). Sommes-nous trop exigeants envers nos idoles ? Le show était sans doute trop attendu. Le manque de panache du set proposé est peut-être la réponse à un public trop mollasson. N’oublions pas qu’un concert est l’occasion d’un échange entre un artiste et son public, et qu’il engage la participation de chacun à sa réussite… Comme chacun reste sur sa faim, l'équipe lilloise fera donc le voyage à Paris au 104 samedi 19 novembre pour la soirée I love DFA (complète) organisée par le célèbre label de la grosse pomme. Espérons que le public parisien se décoincera plus facilement.

Photos The Rapture Le Grand Mix Tourcoing 2011 samedi 12 novembre 2011

Setlist The Rapture :

1 In the grace of your love
2 Never die again
3 People (Pieces of the people we love)
4 Get myself into it
5 The devil
6 Killing
7 Whoo! Alright - Yeah...Uh Huh
8 House of jealous lovers
9 Olio
10 Come back to me
11 Sail away
12 Echoes

Rappel

1 Children
2 How deep is your love ?

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également