↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Interpol


Date : 21/09/2010
Salle : L'Aéronef (Lille)
Première partie :
Caroline BT, le 29/09/2010
( mots)
Ce n'est pas l'effervescence des grands jours pour cette soirée à guichets fermés à l’Aéronef. Près de trois ans après le dernier passage d’Interpol à Lille, le public lillois est curieux de découvrir les titres du nouvel album sur scène et de comprendre pourquoi le groupe new-yorkais s'est fourvoyé aux côtés de U2 en première partie de leur tournée 360°. L’angoisse se fait d'autant plus sentir suite au départ (amical) du moteur du groupe, le bassiste Carlos Dengler, quelques temps après la sortie du quatrième album. Interpol sera-t-il toujours à la hauteur des espérances des fans ? Lentement, la salle se remplit et la foule se fait de plus en plus dense. La chaleur monte et l'Aéronef est plein à craquer quand le quintet new-yorkais arrive enfin dans une ambiance bleu nuit. Le public peut alors découvrir le nouveau bassiste David Pajo (Zwan, Slint) et le clavier Brandon Curtis (Secret Machines).
 
Le groupe démarre avec "Success", le premier titre de leur dernier album éponyme. Paul Banks charme instantanément le public avec sa voix, si pure qu'elle magnifirait n'importe quel morceau. Ils sont élégants et ils ont pris de l'assurance. Paul nous fait même l'honneur de nous parler dans un français appliqué ! "Success" est suivi par des applaudissements nourris, le public est heureux de retrouver Interpol. Après un changement de guitare, dans une ambiance rouge parsemée de flash jaunes, Paul entonne "Say hello to the angels". Les premiers rangs bougent timidement, tandis que Paul prononce un merci, en français s'il vous plait, à la fin de ce titre. Le tube "C'mere" est joué tout aussi parfaitement malgré un public un peu calme, mais attentif. Dans une ambiance violette, chacun écoute et filme religieusement le 4e morceau " Leif erikson". Il est vrai que ce live est un quasi sans fautes car le groupe bénéficie d'une grande cohésion, intégrant parfaitement les derniers arrivants. Le titre suivant "Summer well" est joué dans un calme monacal. Paul réveille le public en prononçant cette phrase en français "Merci Lille, ce titre là s'appelle "Summer", summer c'est aussi un verbe, qui veut dire que l'été on va à Saint Tropez". Interpol fait même de l'humour pour dérider un public quasi hypnotisé, venu pour déprimer tranquille. Il est vrai que le son du nouvel album reste délicieusement sombre et dépressif.
 
Ce public de trentenaires peut-être vieillissant, semble également un peu trop émerveillé devant les petits pas et entrechats de guitariste Daniel Kessler. L'ambiance monte péniblement d'un cran avec le titre "Rest my chesmitry", qui va satisfaire les fans et provoquer de réels applaudissements.
 
Par ailleurs, le groupe reste statique ; seuls les mouvements du guitariste Daniel Kessler donnent envie de danser. Après quelques secousses dans les huit premiers rangs, le titre "Evil" provoque une émeute de courte durée, quand le mot "Rosemary" est chanté par Paul. "Narc" suit, accueilli par des cris de joie dans une ambiance bleue et une poignée de spectateurs motivés. La montée en puissance et la fin brutale de chaque titre, provoque à coup sûr un enthousiasme de courte durée. "Obstacle 1", le dernier titre avant le rappel, déchaine enfin les premiers rangs et la salle daigne se remuer au 3e refrain.
 
Après quelques sifflets et timides applaudissements de la salle, Interpol revient sur scène pour trois morceaux. A cet instant, le public réalise que la fin du concert est proche et qu'il faudrait peut-être essayer d’en profiter. Un léger soubresaut se fait donc ressentir au sein de cette foule quasi neurasthénique. Interpol saisit l’occasion pour faire durer le plaisir en enchainant sur le dernier titre. Paul Banks, souhaitant décidément pratiquer le français, nous gratifie d'un "Nous avons toujours été heureux ici car vous êtes les meilleurs fans du monde !".Est-il indulgent ou sert-il ce compliment dans chacune des villes de sa tournée ?
 
Faute du meilleur public, nous avons vu ce soir l’un des meilleurs groupes du monde.


Set list :

1 Success
2 Say hello to the angels
3 C'mere
4 Leif Erikson
5 Summer well
6 Rest my chemistry
7 Barricade
8 Evil
9 Narc
10 Hands away
11 Lights
12 Try it on
13 Not even jail
14 Obstacle 1

1 NYC
2 Slow hands
3 PDA
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Album de la semaine
À lire également